Les chefs d’État socialistes tentent de peser sur la feuille de route de l’UE

Des défenseurs des droits pour les immigrants. Hambourg, 2009. [Rasande Tyskar/Flickr]

EXCLUSIF / Lors du sommet des 26 et 27 juin, les chefs d’État européens adopteront une proposition stratégique sur les grandes priorités de l’UE pour les cinq prochaines années. EURACTIV s’est procuré le projet de document.

Le « calendrier stratégique de l’Union européenne en temps de changement » est venu s’ajouter à la dernière version des projets de conclusions du Conseil. Cet addenda est une initiative des chefs d’État européens sociaux-démocrates Ils s’étaient réunis ce week-end à Paris pour discuter de la désignation du conservateur Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne.

>> Lire : Les chefs d’État socialistes choisissent Juncker pour la présidence de la Commission

Les leaders socialistes auraient demandé au président du Conseil, Herman Van Rompuy, d’ajouter un texte aux conclusions du sommet. Objectif : déterminer la trajectoire pour les cinq années à venir.

Selon les propositions, il est temps que les chefs d’État européens fixent leurs objectifs pour l’Union européenne, entre autres sur  le fonctionnement des institutions européennes et la méthode pour sortir de « la crise économique la plus grave depuis une génération ».

Pas de dates butoirs

Les leaders européens comptent « exploiter pleinement » le potentiel du marché unique, promouvoir un climat d’entrepreneuriat et de création d’emploi, ainsi qu’investir dans l’avenir et préparer les économies aux défis futurs. Ils souhaitent également poursuivre le renforcement de l’Union économique et monétaire et rendre l’UE plus attractive à l’échelle mondiale.

Ce document ressemble à une déclaration d’intentions reflétant les priorités de plusieurs pays. Les objectifs semblent globaux et ne sont pas étayés de dates butoirs concrètes ou de cadre de référence.

Les dirigeants de l’UE s’engagent à accélérer la lutte contre le chômage des jeunes et à contrer les exploitations abusives des systèmes d’assistance sociale des États membres. Ils veulent également veiller à ce que les régimes de protection sociale soient justes à l’avenir, mieux gérer l’immigration, éviter et combattre le crime et le terrorisme et enfin investir dans la coopération en matière de sécurité et de défense.

Union énergétique

Une partie du texte est consacrée à l’union énergétique. « En vue d’assurer le contrôle total de notre avenir énergétique, nous souhaitons établir une Union énergétique qui garantit une énergie verte en toute sécurité et à un prix abordable », peut-on lire dans le document.

Ces derniers mois, la Pologne est le fer de lance des mesures visant à établir une Union énergétique européenne, notamment dans le contexte de la crise ukrainienne.

Les dirigeants européens sont en train de préparer le sommet du 26 et du 27 juin prochains. Le premier jour, le Conseil se réunira à Ypres afin de célébrer les cent ans du début de la Première Guerre mondiale. La cérémonie débutera en fin d'après-midi. Un dîner entre dirigeants européens bouclera la journée. Le jour suivant, les dirigeants tiendront une session régulière de travail à Bruxelles.

Les commémorations de cette année du centenaire de la Première Guerre mondiale, la « Grande Guerre », pourraient refaire surgir les souvenirs d'une Europe tâtonnante et divisée qui rappellerait celle d'aujourd'hui face à la crise ukrainienne.

La troisième bataille d'Ypres a fait le plus grand nombre de victimes et a engendré les plus gros dégâts sur le plan économique. Du 21 juillet au 6 novembre 1917, lors de cette bataille également appelée de Passchendaele, 500 000 soldats de deux camps ont péri et les forces alliées sont parvenues à gagner du terrain sur seulement quelques kilomètres. Au cours de la guerre, la ville a presque été entièrement détruite par des tirs d'artillerie. Ypres était l'un des premiers endroits où l'on a eu recours aux armes chimiques.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.