Les e-mails du chef du cabinet du Premier ministre polonais continuent de fuiter

Le chef du bureau du Premier ministre polonais, Michal Dworczyk, assiste à une conférence de presse à Varsovie, en Pologne, le 13 octobre 2020. [EPA-EFE/Wojciech Olkusnik]

Le service russe Telegram a publié de nouveaux messages, les premiers ayant été révélés la semaine dernière, qui ont été divulgués à partir du compte de messagerie de Michał Dworczyk, le chef du bureau du Premier ministre et membre du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS).

Les e-mails divulgués auraient été volés par le biais d’un compte privé que l’homme politique a créé sur l’un des portails polonais les plus populaires. La fuite aurait eu lieu à la fin de l’année dernière et de nombreuses indications laissent penser que M. Dworczyk a été victime d’une attaque par hameçonnage.

Les courriels divulgués ne contiennent aucune information top secrète, mais il ne fait aucun doute que le chef du cabinet du Premier ministre utilisait un compte de messagerie privé pour ses contacts officiels, car les e-mails concernent ceux entre lui et le Premier ministre Mateusz Morawiecki, le porte-parole du gouvernement Piotr Müller et le ministre du Développement, du Travail et de la Technologie Jarosław Gowin.

Cependant, comme les fuites l’ont clairement montré, aucun des politiciens n’a utilisé ses comptes de messagerie gouvernementaux protégés par les services de contre-espionnage, mais a utilisé ses comptes Gmail privés.

Les e-mails divulgués portent sur l’introduction de restrictions COVID-19 en Pologne et sur les relations polono-ukrainiennes et polono-biélorusses. On ne sait pas encore qui est à l’origine de l’attaque, mais les métadonnées des documents divulgués montrent des traces d’édition de fichiers par une personne utilisant un logiciel en langue russe.

Les experts en cybersécurité ont toutefois souligné qu’il ne s’agit pas encore d’une preuve de l’implication d’une personne de Russie dans la fuite, car il n’est pas rare que les pirates laissent de fausses traces pour confondre les enquêteurs. Le ministère public et l’Agence de sécurité intérieure enquêtent déjà sur cette affaire.

Commission européenne : la Pologne ne peut pas remettre en cause la primauté du droit communautaire

Le commissaire à la justice Didier Reynders appelle Varsovie à retirer une motion, en attente au Tribunal constitutionnel, visant à contrôler la constitutionnalité de certaines parties des traités de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe