Les trois défis de l’humoriste Zelensky, désormais président de l’Ukraine

Volodymyr Zelensky arrive à sa cérémonie d'investiture le 20 mai. EPA-EFE/STEPAN FRANKO

Le comédien est désormais président: Volodymyr Zelensky a été investi lundi chef de l’Etat d’Ukraine. Il a annoncé sans tarder la dissolution du parlement, et convoqué des élections législatives anticipées. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Pendant vingt ans, il a tourné en dérision la politique de l’Ukraine. Investi président ce lundi 20 mai 2019, Volodymyr Zelensky va être confronté à des défis très sérieux avec des interlocuteurs redoutables, que ce soit Vladimir Poutine, le FMI ou une classe politique frondeuse.

Son parti, nouvellement créé, n’a aucun représentant au parlement. La convocation d’élections anticipées semblait un impératif pour bénéficier de son actuelle popularité et s’atteler à la tâche.

  1. Un conflit dans l’impasse

Pendant la campagne, son principal rival, le président sortant Petro Porochenko, n’a cessé de brandir le risque d’élire un novice en politique dans un contexte de guerre et de grave crise avec la Russie.

Volodymyr Zelensky hérite d’un conflit à l’origine de presque 13 000 morts en cinq ans, qui prive l’Ukraine de contrôle sur le bassin houiller et industriel du Donbass et sur une partie de sa frontière avec la Russie.Kiev et les Occidentaux accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes pro-russes à la tête de ces territoires, ce que réfutent les autorités russes malgré les constatations de plusieurs médias.

Les accords de Minsk de début 2015, signés sous l’égide de Paris, Berlin et Moscou, ont permis de réduire l’intensité des combats, sans mettre fin au conflit ni apporter de solution politique.

S’il s’est dit prêt à négocier avec Vladimir Poutine, Volodymyr Zelensky reste ferme : ces territoires doivent revenir pleinement dans le giron ukrainien, sans statut particulier, de même que la péninsule de Crimée annexée par la Russie en 2014.

Trois jours après son élection, le Kremlin a facilité l’octroi de la nationalité russe aux habitants des territoires séparatistes ukrainiens, initiative vue par beaucoup comme un test pour le nouveau président.

Nouvelle ère en Ukraine après l'élection de l'acteur et humoriste Zelensky

L’Ukraine est entrée dans un nouvelle ère après la victoire du comédien Volodymyr Zelensky à la présidentielle de ce pays épuisé par la corruption, les difficultés économiques et une guerre meurtrière.

  1. Un parlement hostile et des oligarques ambitieux

S’il a dit vouloir moderniser le pouvoir en introduisant une procédure de destitution, déménageant de la présidence au profit d’un « open space » ou se déplacer en vols réguliers, Volodymyr Zelensky n’a pas de majorité au Parlement pour former un gouvernement ou adopter de quelconques réformes.

« Je dissous le Parlement », a-t-il lancé devant les députés et délégations internationales réunies dans l’hémicycle lors de son investiture, malgré les incertitudes juridiques persistant sur sa capacité à lancer ce processus très encadré. Il espère ainsi obtenir une majorité dans une assemblée dominée par les partisans de son prédécesseur Petro Porochenko.

–>Lire la suite sur Ouest-France

Arseni Iatseniouk :«L’UE doit en faire plus pour soutenir l’Ukraine»

L’ancien Premier ministre ukrainien explique les tensions en mer d’Azov et les mesures que l’UE devrait prendre pour mieux soutenir l’Ukraine face à la Russie.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.