L’Estonie devient le premier pays balte à interdire l’élevage d’animaux à fourrure

L'interdiction n'entrera pas en vigueur avant le début de l'année 2026. [Nicolai Dybdal/Shutterstock]

Le parlement estonien Riikikogu a adopté mercredi (3 juin) une interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure, par 56 voix pour et 19 contre, rapporte ERR News.

Les modifications apportées à la loi sur la protection des animaux et à la loi sur la conservation de la nature interdiront l’élevage si son seul but est de produire de la fourrure. L’interdiction est en discussion depuis 2009 et a été rejetée deux fois auparavant, en 2017 et 2019.

L’interdiction n’entrera pas en vigueur avant le début de l’année 2026. Jusqu’à présent, neuf pays européens ont interdit les fermes à fourrure, le premier étant le Royaume-Uni en 2000.

En Finlande voisine, l’un des principaux producteurs de fourrure en Europe, la décision de l’Estonie va animer la discussion. Interviewé par Helsingin Sanomat, le porte-parole de l’Association finlandaise des éleveurs d’animaux à fourrure (FIFUR) a minimisé l’importance de l’interdiction estonienne en affirmant que la production de fourrure du pays était déjà très faible.

Animalia, une organisation finlandaise de protection des animaux, estime que la Finlande devrait suivre le mouvement et que les éleveurs devraient être consultés pour trouver de nouveaux secteurs d’activité.

L'Estonie prête à envisager d'accorder l'asile à Alexeï Navalny

L’Estonie envisage « sérieusement » d’accorder l’asile au leader de l’opposition russe et critique du Kremlin Alexeï Navalny au cas où il serait banni ou quitterait volontairement la Russie, a déclaré Eva-Maria Liimets, ministre estonienne des affaires étrangères.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer