L’Italie et la Commission parviennent à un accord sur la relance de la compagnie aérienne Alitalia

Entre-temps, les syndicats du transport aérien du pays ont critiqué le fait de n’avoir appris le sort de la compagnie « que par les médias » et ont déjà annoncé une grève pour le 18 juin. [Yaya Photos/Shutterstock]

La Commission européenne et le gouvernement italien sont parvenus à un accord pour la relance d’Alitalia, la compagnie aérienne nationale italienne, a annoncé mercredi (26 mai) l’exécutif européen à l’issue d’une réunion entre la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager et les ministres italiens des Finances et du Développement économique, Daniele Franco et Giancarlo Giorgetti.

« À l’issue de discussions intenses et constructives à tous les niveaux, la Commission européenne et les autorités italiennes sont parvenues à un accord commun sur les paramètres essentiels pour garantir la discontinuité économique » entre la nouvelle compagnie Ita et Alitalia, indique la note.

« La Commission soutient les efforts de l’Italie pour préparer dès que possible le lancement d’Ita en tant que nouvel acteur vital du marché, conformément à la réglementation de l’UE » et, en vue de finaliser l’accord, les contacts entre Bruxelles et Rome « vont maintenant se poursuivre à plein régime au niveau technique ».

Selon des sources à la Commission, l’accord prévoit que la partie relative à l’aviation sera transférée à Ita sous une forme réduite, « avec moins de la moitié de la flotte actuelle » et une « réduction significative » du personnel.

La compagnie devrait ainsi disposer d’une soixantaine d’avions et de 5 000 employés contre 11 000 actuellement. En outre, les pièces de manutention et de maintenance, ainsi que la marque Alitalia, devront faire l’objet d’un appel d’offres auquel la nouvelle compagnie pourra participer.

Si l’Italie présente rapidement une feuille de route pour conclure les étapes techniques, la décision « arrivera à temps pour permettre à Ita de partir dès qu’elle sera prête », a ajouté la Commission.

Maintenant « le chemin technique pour la naissance d’une compagnie durable commence », car « le gouvernement veut qu’elle naisse dans des conditions de durabilité économique, en démontrant qu’elle peut rester sur le marché », a déclaré M. Giorgetti, ajoutant que le nouveau transporteur « devra être opérationnel le plus tôt possible, raisonnablement en août. Nous avons le devoir de garantir les opérations pendant la saison d’été ».

Avant la rencontre avec Mme Vestager, M. Franco a déclaré au Parlement italien que l’objectif ultime « est de rendre à l’Italie un transporteur aérien national, capable d’assurer des liaisons internes et externes, de garantir le développement des activités et de l’emploi, et d’opérer dans des conditions de rentabilité, de manière à générer un rendement économique pour l’actionnaire public ».

Entre-temps, les syndicats du transport aérien du pays ont critiqué le fait de n’avoir appris le sort de la compagnie « que par les médias » et ont déjà annoncé une grève pour le 18 juin.

L’Italie va lancer des trains «Covid-free» entre Rome et Milan

Tout le personnel ainsi que les passagers seront testés avant de monter à bord, a expliqué le patron des chemins de fer transalpins. Selon sa compagnie, il s’agit d’une première en Europe, destinée à relancer les voyages après un an de pandémie de Covid-19.

Subscribe to our newsletters

Subscribe