L’opposition biélorusse sacrée par le prix Sakharov 2020

À Minsk, des femmes biélorusses et militantes de l'opposition résistent à la tentative de la police de les arrêter. [EPA-EFE/STRINGER]

L’opposition démocratique en Biélorussie, emmenée par Svetlana Tijanovskaya, sa cheffe de file en exil, a reçu le prix Sakharov 2020 du Parlement européen, qui récompense « la liberté de l’esprit ». Un article d’Euroefe.

David Sassoli, le président du Parlement européen, a dévoilé ce jeudi 22 octobre que l’opposition démocratique en Biélorussie était la lauréate du prix Sakharov 2020. Il s’est exprimé à l’issue d’une réunion de la Conférence des présidents, qui rassemble le président du Parlement – soit David Sassoli lui-même – et les dirigeants des groupes politiques représentés dans l’hémicycle.

« Les manifestations de masse qui ont lieu dans les rues biélorusses ont ému le monde entier au cours des 11 dernières semaines. Et alors que notre admiration pour le peuple biélorusse grandit, nous sommes également révoltés par les [actions] de plus en plus violentes du (président Alexandre) Loukachenko », a déclaré David Sassoli devant la plénière.

Le politicien italien a insisté sur le fait qu’Alexandre Loukachenko et son gouvernement avaient « perdu les élections et [qu’il était] temps pour eux d’écouter la voix de leur peuple ». Il a félicité l’opposition pour « son courage, sa résistance et sa détermination ».

« Jour après jour, ils montrent qu’ils sont l’incarnation de la liberté de pensée et d’expression que le prix Sakharov récompense. Ils continuent à faire la preuve de leur force face à un adversaire redoutable », a souligné David Sassoli, qui a ajouté que « la violence ne vaincra[it] jamais la vérité ».

L’opposition vénézuélienne reçoit le prix Sakharov

L’épouse du leader de l’opposition vénézuélienne emprisonné a dénoncé lors de sa visite au Parlement européen la dictature du président de gauche, qui selon elle emprisonne tout le pays.

L’opposition démocratique en Biélorussie est représentée par le Conseil de coordination, instauré par Svetlana Tijanovskaya le 18 août dernier, neuf jours après l’élection présidentielle présumée frauduleuse et remportée à 80% des voix par Alexandre Loukachenko.

Parmi les autres membres de cette organisation figurent la musicienne Maria Kolésnikova, le blogueur Sergei Tijanovski, qui est aussi l’époux de Svetlana Tijanovskaya, le fondateur du Centre des droits de l’homme « Viasna » Ales Bialiatski, et le candidat à l’élection présidentielle de 2010 Nikolai Statkevich, qui a été condamné par la justice biélorusse.

La candidature de l’opposition biélorusse pour l’obtention du prix a été présentée par les trois groupes majoritaires au Parlement européen – le Parti populaire, les sociaux-démocrates et les libéraux – et a finalement reçu le soutien des conservateurs et des réformistes.

Les finalistes de cette édition étaient l’écologiste hondurienne Berta Cáceres – assassinée en 2016 – et les activistes de Guapinol (Honduras), emprisonnés pour avoir participé à une manifestation pacifique contre une compagnie minière, ainsi que l’archevêque de la ville irakienne de Mossoul.

Depuis 1988, le Parlement européen décerne le Prix Sakharov, un prix baptisé en mémoire du physicien et dissident politique soviétique Andreï Sakharov. Il récompense des personnes et des organisations pour leur défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer