L’UE proroge d’un an ses sanctions contre l’Iran

La communauté iranienne en Belgique manifeste contre la répression menée par le gouvernement iranien. [EFE/ Olivier Hoslet]

Les États membres ont décidé de prolonger jusqu’au 13 avril 2019 les sanctions imposées à l’Iran depuis 2011, en raison de « graves violations des droits de l’Homme » dans le pays. Un article de notre partenaire, Euroefe.

« Le 12 avril 2018, le Conseil a prolongé jusqu’au 13 avril 2019 les mesures restrictives qu’il avait adoptées en réaction aux violations graves des droits de l’homme commises en Iran », a indiqué l’UE dans un communiqué le 12 avril.

Les sanctions en vigueur depuis 2011 consistent en « une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs imposés à 82 personnes et une entité, ainsi qu’une interdiction des exportations vers l’Iran d’équipements qui pourraient être utilisés à des fins de répression interne ou pour la surveillance des télécommunications », selon le communiqué.

Ces mesures restrictives, imposées sur la base de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, visent à faire pression sur l’Iran pour que le pays respecte « ses obligations internationales », a déclaré le Conseil européen dans un communiqué.

L’accord nucléaire de l’Iran, signé en 2015 avec la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Union européenne, les États-Unis, la Russie et la Chine, a permis de lever progressivement les sanctions imposées à Téhéran pour accompagner le processus de dénucléarisation du pays.

En Iran, l'accès à l’éducation des réfugiés afghans s’améliore

L’école n’est pas un droit pour les enfants afghans réfugiés en Iran, qui accueille plus de trois millions de réfugiés fuyant les guerres interminables. Ils sont nombreux à travailler avec leurs parents et exercer des emplois précaires. Un article d’EuroEfe

Subscribe to our newsletters

Subscribe