L’UE s’accorde sur de nouvelles sanctions contre Pyongyang

Drapeau nord-coréen [fljckr/Flickr]

Les pays de l’UE sont parvenus le 21 septembre à un accord politique pour imposer une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord pour ses programmes de missiles balistiques et nucléaires. Un article de notre partenaire Euroefe.

« Le Comité politique et sécurité s’est entendu sur un ensemble de nouvelles mesures autonomes » contre la Corée du Nord en réponse à son essai nucléaire, a dit un haut responsable européen.

Les ministres européens des Affaires étrangères se sont montrés favorables lors d’une réunion informelle à Tallin les 7 et 8 septembre à la mise en place de sanctions autonomes contre le régime nord-coréen, venant compléter les dernières mesures de rétorsion imposées par les Nations unies.

L'UE prépare des sanctions «autonomes» contre la Corée du Nord

La chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, prépare de nouvelles sanctions en réponse au dernier essai nucléaire de la Corée du Nord, qui viendront compléter les sanctions envisagées à l’ONU, a-t-elle annoncé à Tallinn.

Ils ont donc demandé d’accélérer le travail en interne pour cela, une tâche qui « progresse bien » selon les sources communautaires.

Dans ce contexte et suite à l’accord politique des ambassadeurs des 28 États membres, les groupes de travail concernés du Conseil de l’UE développeront ces nouvelles sanctions afin qu’elles puissent être officiellement approuvées par les ministres des Affaires étrangères lors de leur prochaine rencontre le 16 octobre au Luxembourg.

Le comité politique et sécurité a aussi rappelé le 21 septembre la nécessité de continuer à faire pression sur tous les membres de l’ONU pour qu’ils appliquent toutes les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité.

Actuellement, l’UE maintient des sanctions contre 62 personnes et 50 entités liées au régime nord-coréen, inclues dans les listes des Nations unies et contre 41 personnes et 6 entités de manière autonome.

Le Conseil devra maintenant définir quelles nouvelles sanctions pourra imposer l’UE. Une des possibilités est que cette liste soit étendue à de nouvelles personnalités, entreprises ou institutions, ce qui entraînera un gel de leurs avoirs dans l’UE et une interdiction d’entrer sur le territoire de l’Union.

Une autre option est que l’UE impose une interdiction totale pour les entreprises européennes d’exporter du pétrole vers la Corée du Nord et d’y investir.

L’UE envisage par ailleurs d’abaisser encore le plafond pour l’envoi de fonds en liquide en Corée du Nord, actuellement fixé à 15 000 euros, et demande à la Commission européenne de passer en revue, pour l’allonger, la liste de produits de luxe dont l’exportation vers la Corée du Nord est déjà interdite.

Les Européens veulent également limiter le nombre de travailleurs détachés nord-coréens, qui seraient 300 à 500 à travailler en Pologne, selon ces sources.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.