L’UE s’alarme de la coupure d’Internet en RDC après les élections

Les congolais devraient connaître d'ici la fin de la semaine leur nouveau président.

Le gouvernement congolais a coupé l’accès à Internet le 31 décembre, au lendemain du scrutin qui doit désigner le prochain président. L’Union européenne plaide pour une normalisation de la situation dans l’attente des premiers résultats.

Dans un communiqué paru le jour de l’an, l’UE demande « au gouvernement de ne pas bloquer les moyens de communication et notamment l’accès à Internet ainsi que les médias ». Adressé au pouvoir congolais, le mot est également signé par les États-Unis et plusieurs pays européens à titre individuel, dont la France.

Depuis lundi après-midi, les Congolais rencontrent des difficultés pour se connecter au réseau et plusieurs opérateurs de téléphonie ont déclaré avoir reçu une injonction du gouvernement de RDC en ce sens.

Le pouvoir craint que des informations trompeuses circulent en ligne et provoquent une montée des tensions. Il appelle à attendre les résultats officiels de la commission électorale, qui doivent être délivrés le 6 janvier au plus tard.

Moment politique crucial

La RDC a connu dimanche 30 décembre un scrutin historique : la tenue d’élections générales dans presque tout le pays, en proie par ailleurs à de violentes tensions armées dans l’est et à la présence du virus Ebola dans certaines régions.

Elles doivent notamment désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 18 ans et qui ne peut pas se représenter, selon la Constitution. Sa fin de mandat théorique aurait dû avoir lieu il y a un peu plus de deux ans déjà.

L’UE conditionne le financement des élections en RDC au respect des libertés

Tant que le pouvoir harcèlera l’opposition, Bruxelles ne compte pas apporter son soutien financier aux élections de décembre 2018 en République démocratique du Congo.

La lutte électorale oppose principalement Emmanuel Ramazani Shadary, le successeur désigné de Joseph Kabila, à Martin Fayulu et Félix Tshisekedi, les poids lourds de l’opposition. Les trois ont d’ors et déjà exprimé leur certitude de remporter la victoire.

C’est dans ce contexte éruptif que le signal de RFI a été coupé aujourd’hui. Le gouvernement accuse la radio internationale de « mettre de l’huile sur le feu » avant les résultats officiels. L’action a été vivement critiquée par l’opposition.

L’UE évincée

Vendredi 28 décembre, le représentant de l’Union européenne avait été « invité » à quitter le pays sous 48 heures. Federica Mogherini, la haute-représentante de l’Union pour les affaires étrangères, a dénoncé un geste « arbitraire ».

« L’UE est un partenaire de premier plan de la RDC et de sa population. Elle maintient dans le pays une coopération importante. A la veille d’élections cruciales pour le pays, cette décision est totalement contre-productive et nuit aux intérêts de la population », a-t-elle estimé.

Le climat est donc loin d’être serein dans le plus grand pays francophone au monde au moment de faire un pas démocratique inédit depuis l’indépendance en 1960.

Le 2 janvier, le représentant de l’Union africaine pour ces élections a appelé de ses voeux que « les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du people congolais ».

Mogherini veut sortir les relations UE/Afrique de l'écueil migratoire

L’Union européenne doit travailler sur autre chose que la migration avec l’Afrique, a mis en garde Federica Mogherini. Sous peine d’envenimer davantage les relations internationales.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.