L’Ukraine fustige l’Otan pour ne pas avoir accéléré son adhésion

Le secrétaire général de l’OTAN, M. Jens Stoltenberg (à droite) et le ministre ukrainien des Affaires étrangères, M. Dmytro Kuleba, se sont rencontrés le 13 avril à Bruxelles pour discuter du renforcement des troupes de la Russie le long de la frontière avec l’Ukraine. [EPA-EFE/Francisco Seco]

L’Ukraine a critiqué l’Otan mercredi (26 mai), lui reprochant de n’avoir rien fait pour accélérer son adhésion malgré les vives tensions avec la Russie, qui avait massé des dizaines de milliers de soldats à sa frontière.

S’exprimant à Kiev au cours d’une conférence de presse commune avec la secrétaire générale de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Helga Schmid, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a assuré que son pays était reconnaissant à l’Alliance atlantique pour sa « porte ouverte » aux ex-républiques soviétiques.

« Mais pas une seule mesure n’a été prise pour mettre en œuvre cette décision », a-t-il regretté, alors que l’Ukraine a émis son souhait de rejoindre l’Otan dès 2008.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait demandé en avril à l’Alliance atlantique d’accélérer la procédure d’adhésion de son pays, selon lui le seul moyen de mettre un terme à la guerre qui oppose depuis 2014 les forces de Kiev à des séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine.

Il avait adressé cette requête au moment où Moscou avait déployé près de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne et en Crimée annexée, officiellement pour des manœuvres militaires. Ces troupes ont depuis été retirées.

Les pays membres de l’Otan sont toutefois réticents à accepter l’Ukraine en leur sein, dont une adhésion serait perçue par la Russie comme une grave menace à ses frontières.

M. Kouleba a encore dénoncé mercredi la décision de l’Otan de ne pas inviter l’Ukraine au sommet du 14 juin à Bruxelles, où devrait être présent le président américain Joe Biden.

« Nous ne comprenons pas comment il est possible de ne pas inviter l’Ukraine et pourquoi il n’est pas possible de trouver un format adapté à la participation de l’Ukraine au sommet de cette année », a-t-il déclaré.

Il a toutefois dit s[attendre, comme la Géorgie, une autre ex-république soviétique, à recevoir cette année une invitation au sein du Plan d’action pour l’adhésion, la première étape officielle en vue de devenir membre de l’Alliance atlantique.

UE-Russie : Macron demande à "recadrer" la relation car les sanctions ne sont "plus efficaces"

Emmanuel Macron était questionné sur l’impact des sanctions européennes adoptées contre le Belarus, mais aussi de celles prises contre Moscou pour faire libérer l’opposant Alexei Navalny.

Subscribe to our newsletters

Subscribe