Le futur président moldave se distancie de l’OTAN

Igor Dodon

Le nouveau président moldave, le socialiste Igor Dodon, a réitéré son opposition au projet d’ouvrir un bureau de l’OTAN dans la capitale Chișinău. Un article d’EURACTIV Roumanie.

Lors d’une conférence de presse le 6 décembre, Igor Dodon a déclaré que les autorités avaient délibérément retardé les élections présidentielles et repoussé son investiture pour faire passer un certain nombre de projets.

Ceux-ci incluaient une réforme des retraites, la nomination d’un procureur général et la mise en place d’un accord pour ouvrir un bureau de liaison de l’OTAN dans la capitale moldave. Le président élu a insisté sur le fait qu’il était « complètement contre » cette dernière initiative.

>> Lire : Le candidat prorusse remporte la présidentielle en Moldavie

La semaine dernière, le gouvernement a approuvé le projet d’ouverture d’une branche de l’alliance militaire, provoquant un tollé au parlement puisque les partis d’opposition socialistes et communistes estimaient qu’une telle décision mettrait en péril la neutralité du pays.

Pour entrer en vigueur, l’accord nécessite la ratification du parlement et le soutien du président.

Le président sortant, Nicolae Timofti, a salué la proposition et insisté sur le fait que « rien n’affectait plus la neutralité de notre pays que la présence illégales des forces armées russes sur notre territoire national ».

Nicolae Timofti, qui quittera son poste au cours du mois de décembre a ajouté que le bureau serait « civil et non pas une base militaire », comme le prétendent les médias russes.

Le bureau de l’OTAN a pour objectif d’identifier les zones où la Moldavie a besoin de réformer ses secteurs de la défense et de la sécurité.

>> Lire : La Moldavie doit engager de véritables réformes

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.