Moscou et Nicosie réaffirment leurs liens malgré la crise ukrainienne

Anastasiades et Poutine, à Moscou. [Le Kremlin]

Lors d’une visite officielle à Moscou, le président chypriote, Nicos Anastasiades a remercié Vladimir Poutine pour son soutien lors de la crise bancaire de 2013 et regretté les sanctions européennes à l’encontre de son partenaire historique. 

Deux ans après la crise bancaire chypriote, le président du pays, Nicos Anastasiades a rencontré Vladimir Poutine lors d’une visite officielle à Moscou.

« La Russie continuera d’aider Chypre à se relever de la crise de la dette », a affirmé le Président russe. « Nous pensons que la Fédération de Russie a ainsi contribué à la normalisation de la situation dans la zone euro après la période difficile entre 2011 et 2013 », a affirmé le président russe.

En 2013, la Russie avait fait un prêt de 2,5 milliards de dollars à Chypre pour aider le système bancaire du pays à se stabiliser, a rappelé Vladimir Poutine. Les personnes ayant fait des placements importants dans les banques chypriotes, dont de nombreux Russes, avaient  vu leurs économies écrémées de 47,5 % en 2013.

>> Lire : La Russie est prête à aider Chypre financièrement

De son côté,  Nicos Anastasiades a lui aussi salué la coopération de son pays avec la Russie et a remercié Vladimir Poutine pour la renégociation des termes du crédit de 2,5 milliards d’euros consentis par Moscou.

Le soutien russe à l’économie chypriote se poursuit d’ailleurs. Sberbank, une des plus grandes banques d’Europe, dont le gouvernement russe est actionnaire majoritaire, est très active sur le marché chypriote, a rappelé Poutine.

La banque commerciale russe, une filiale de la banque VTB, est l’une des trois plus grandes institutions financières et de crédit du pays.  Par ailleurs,VTB Capital est l’une des plus grandes banques d’investissements en Russie. Ce sont VTB Capital et le ministre des Finances chypriote qui ont mis en place la première émission d’euro-obligations souveraines chypriotes depuis la crise, levant ainsi un total de 750 millions d’euros.

Des liens économiques, culturels et historiques

Vladimir Poutine a également rappelé l’importance des liens économiques liant les deux pays. Les investissements russes à Chypre représentaient 80 %  des investissements du petit pays insulaire, soit 33 milliards d’euros, selon le président.

Et cette relation est réciproque puisqu’en termes d’investissement dans l’économie russe, Chypre se situe en deuxième place, avec 65 milliards d’euros. « Nous savons qu’une grande partie de ce montant est du capital rapatrié, mais aussi que cet argent vient de Chypre, ce qui n’est pas une mauvaise chose. C’est toujours bien de voir notre argent réintégrer notre économie. »

Les oligarques russes placent leur argent à Chypre, et ces mêmes fonds reviennent en Russie en tant « qu’investissement étranger ».

Chypre est aussi l’une des destinations les plus en vogue pour les touristes russes, qui n’ont pas besoin de visa pour visiter ce pays européen. En effet, plus de 600 000 Russes ont visité l’île l’année dernière, soit une hausse de 5 %.

Chypre, un ami européen de la Russie

Nicos Anastasiades a tenu à montrer son soutien à son partenaire historique en  regrettant lors de sa visite  que le conflit ukrainien ait débouché sur l’adoption de sanctions de l’UE envers la Russie.

Selon le communiqué de presse publié sur le site du Kremlin, Nicos Anastasiades a également exprimé la détermination de son pays « à créer des conditions plus favorables pour que la coopération militaire entre Moscou et Bruxelles soit restaurée au plus vite ».

>> Lire : Porochenko réclame d’autres sanctions si Moscou rompt le cessez-le-feu

« Cher Président, je crois que ma visite à Moscou est le signe d’une évolution encore plus profonde de la relation exclusive entre la Fédération de Russie et Chypre. Les conclusions de notre rencontre aujourd’hui confirment, selon moi, les liens historiques, culturels et religieux de nos deux pays, des liens qui perdurent malgré les effets du temps. Des liens qui sont la preuve de l’amitié et de la coopération entre nos gouvernements et nos peuples », a déclaré Nicos Anastasiades, selon le communiqué.

Le président de Chypre a accepté l’invitation au 70ème anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale, qui aura lieu le 9 mai à Moscou.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.