Nord Stream 2 : un document classifié fait la lumière sur les tentatives de conciliation entre les États-Unis et l’Allemagne

Les États-Unis et certains pays européens s’opposent à ce gazoduc qui contourne l’Ukraine dont le coût s’élève à 11 milliards de dollars. Ils affirment qu’il rendrait l’Europe trop dépendante du gaz russe. D’autres gouvernements européens estiment au contraire que cette liaison est essentielle pour sécuriser les approvisionnements énergétiques. [Nord Stream 2 website]

Un document classifié qui a été rendu public révèle la collaboration entre Berlin et Washington pour éviter les sanctions américaines concernant le gazoduc Nord Stream 2.

L’Allemagne a déclaré dimanche (28 novembre) qu’elle continuait à travailler en étroite collaboration avec les États-Unis pour conclure un accord sur le gazoduc Nord Stream 2, dont la construction vient d’être achevée et qui acheminera du gaz de la Russie vers l’Allemagne sous la mer Baltique.

Les États-Unis et certains pays européens s’opposent à ce gazoduc qui contourne l’Ukraine dont le coût s’élève à 11 milliards de dollars. Ils affirment qu’il rendrait l’Europe trop dépendante du gaz russe. D’autres gouvernements européens estiment au contraire que cette liaison est essentielle pour sécuriser les approvisionnements énergétiques.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration avec l’administration américaine pour mettre en œuvre une déclaration commune sur le gazoduc.

« Nous rejetons catégoriquement les sanctions entre alliés », a-t-il déclaré en réponse à une question de Reuters concernant un document de six pages classé « confidentiel » et obtenu par Axios. Ce document indique que Berlin a exhorté les membres du Congrès américain à ne pas sanctionner le gazoduc Nord Stream 2, car cela « affaiblirait » la crédibilité des États-Unis et « porterait finalement atteinte à l’unité transatlantique ».

L’administration Biden a renoncé aux sanctions à l’encontre de l’opérateur du gazoduc et a conclu un accord avec l’Allemagne en juillet, mais la semaine dernière, elle a imposé de nouvelles sanctions à l’encontre de la société russe Transadria Ltd et de son navire.

Le 8 novembre, un groupe de républicains du Sénat américain a déclaré qu’il avait introduit une législation qui imposerait des sanctions obligatoires au Nord Stream 2.

L’Allemagne a accepté de prendre des mesures si la Russie venait à utiliser l’énergie comme une arme dans le cadre de ses relations avec l’Ukraine, mais l’accord ne prévoit pas de critères spécifiques pour juger de cette utilisation.

Le document du 19 novembre obtenu par Axios décrit les mesures que l’Allemagne prendrait en cas d’agression russe contre l’Ukraine, notamment des « messages publics forts » condamnant le comportement de la Russie et évaluant la suspension des réunions politiques.

Au niveau de l’Union européenne, le document indique que l’Allemagne « participe activement au processus visant à identifier les options en vue de mesures restrictives supplémentaires », selon Axios.

Le document indique également que le Nord Stream 2 ne présente « pas une menace pour l’Ukraine tant qu’un transit raisonnable du gaz est assuré », et qualifie les sanctions potentielles contre le gazoduc de « victoire pour Poutine », car elles diviseraient les alliés occidentaux, ajoute Axios.

Le document indique également que l’Allemagne et les États-Unis soutiendront les investissements visant à atteindre un milliard de dollars via le Fonds vert pour l’Ukraine, y compris ceux d’États tiers et d’entités du secteur privé. L’Allemagne accordera une subvention initiale d’au moins 175 millions de dollars à ce fonds.

La crise du gaz naturel a été provoquée par la Russie, selon un ministre roumain

La crise du gaz naturel est une crise artificielle créée par la Fédération de Russie, par l’intermédiaire de Gazprom, a déclaré mercredi (17 novembre) le ministre roumain de l’Énergie par intérim, Virgil Popescu, lors d’une conférence commerciale.

Subscribe to our newsletters

Subscribe