Plus de 3 500 cas de désinformation prorusse depuis 2015

Federica Mogherini [EFE/Archivo]

L’UE a détecté plus de 3 500 cas de « désinformation prorusse » depuis 2015, date de lancement du groupe de travail East Stratcom, chargé de compiler et publier ces fausses informations. Un article d’Euroefe.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a expliqué que l’UE prenait « très au sérieux » ce problème, qui dans la plupart des cas, « discrédite et déforme les processus démocratiques, les politiques et les valeurs européennes ».

Federica Mogherini a indiqué que le groupe de travail manquait de données suffisantes pour déterminer correctement la véritable portée des activités de désinformation servant les intérêts du Kremlin dans les États membres. Elle a en effet rappelé que pour mener à bien son mandat, le groupe dépendait en grande partie de la coopération des pays européens.

Mogherini jugée inefficace face à la désinformation russe

Soixante-cinq experts et parlementaires de 21 pays ont signé une déclaration reprochant à la cheffe de la diplomatie européenne de ne pas prendre assez de mesures contre la désinformation russe.

Elle a également signalé qu’une des tâches du groupe était de « diffuser largement les résultats » de ce travail et que les exemples compilés étaient « à la disposition du public sur la base de données de son site Internet ».

La responsable italienne a expliqué que depuis sa création, le groupe de travail « a doublé ses effectifs et est aujourd’hui constitué de 14 membres ». Elle a ajouté que les experts qui travaillent à temps plein sur les questions liées à la désinformation étaient passés de un à trois.

Selon elle, le budget de l’UE pour 2018 prévoit de dédier 1,1 million d’euros pour essayer de contrecarrer la désinformation de manière systématique et efficace.

Une eurodéputée espagnole, Beatriz Becerra, a salué « la bonne volonté de Mogherini et le travail réalisé » mais regrette que « la haute représentante n’apporte pas d’information concrète sur l’ingérence russe dans le processus sécessionniste de la Catalogne ».

La désinformation russe s’emballe suite à la crise catalane

Le groupe d’experts créé par l’Union européenne pour combattre la propagande russe a constaté une augmentation de l’interférence russe par rapport à la crise catalane. Un article d’Euroefe.

« La désinformation russe est une menace pour tous les pays de l’Union et pour l’Union elle-même. Le groupe de travail devrait étendre ses priorités pour éviter des cas comme celui des ingérences dans le référendum sur le Brexit, dans les élections françaises ou dans le putsch sécessionniste, cherchant à déstabiliser l’Europe », a-t-elle commenté.

Le groupe de travail chargé de contrecarrer la désinformation publie chaque semaine un récapitulatif dans lequel il analyse la manière dont les médias pro-Kremlin voient le monde et l’opinion des voix indépendantes russes.

Les eurodéputés s'écharpent sur la propagande russe

L’influence de Moscou au sein des États membres préoccupe les eurodéputés. Si les principaux groupes politiques dénoncent l’ingérence du Kremlin, les eurosceptiques défendent Poutine sans états d’âme.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.