Roumanie : le Premier ministre désigné jette l’éponge faute de majorité

« J'ai espéré trouver une solution politique (...) mais la réalité mathématique est celle que nous connaissons tous », a déclaré aux journalistes Nicolae Ciuca (à gauche sur la photo), qui avait été nommé il y a dix jours par le président Klaus Iohannis (à droite). [ROBERT GHEMENT/EPA]

Le Premier ministre désigné roumain, un général à la retraite converti à la politique, a renoncé lundi (1er novembre) à former un gouvernement faute de majorité, une décision prolongeant encore la crise politique que traverse ce pays.

« J’ai espéré trouver une solution politique (…) mais la réalité mathématique est celle que nous connaissons tous », a déclaré aux journalistes Nicolae Ciuca, qui avait été nommé il y a dix jours par le président Klaus Iohannis.

De nouvelles négociations entre son parti libéral (PNL) et les autres formations politiques commenceront mardi, a-t-il ajouté, précisant qu’il appartiendrait à M. Iohannis de décider s’il le chargeait une nouvelle fois de former un gouvernement.

M. Ciuca, 54 ans, ministre de la Défense dans le gouvernement sortant, avait tenté sans succès d’obtenir le soutien des sociaux-démocrates (PSD, opposition) ou des réformistes de l’USR, alors que les libéraux et leurs alliés du parti de la minorité hongroise (UDMR) ne disposent que de 150 sièges sur un total de 465.

Le pays est dans l’incertitude depuis que le Parlement a censuré le mois dernier le gouvernement libéral de Florin Citu, lâché par l’USR, qui l’accusait d’autoritarisme.

M. Ciuca est le deuxième candidat au poste de Premier ministre à jeter l’éponge en deux semaines, après un échec de l’ancien commissaire européen à l’Agriculture Dacian Ciolos.

Cette crise intervient alors que la Roumanie traverse une quatrième vague particulièrement virulente de Covid-19, avec une moyenne de 400 morts chaque jour depuis trois semaines.

En Roumanie, les discussions pour un nouveau gouvernement ne se déroulent pas sans heurts

Le Premier ministre désigné Nicolae Ciuca tente de trouver un soutien pour son cabinet, mais l’opposition n’est pas si enthousiaste à l’idée de le soutenir, malgré une offre de trêve.

Subscribe to our newsletters

Subscribe