Trump critique Nord Stream 2 au sommet de l’OTAN

[EPA/EFE]

Le président américain Donald Trump s’en est pris à l’Allemagne pour son soutien au gazoduc Nord Stream 2, visant à acheminer plus de gaz russe vers l’Allemagne en passant sous la mer Baltique.

C’est autour d’un petit-déjeuner aux côtés du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, à l’ambassade des États-Unis à Bruxelles, le 11 juillet, que Donald Trump a déclaré que l’Allemagne était « prisonnière de la Russie » et a critiqué son échec pour augmenter le budget de la défense.

Le président américain a déclaré que l’Allemagne payait « des milliards et des milliards de dollars » à la Russie, le pays contre lequel nous sommes censés vous protéger », a-t-il estimé.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump vise Nord Stream 2. Le 17 mai, le Wall Street Journal rapportait que le président avait demandé à l’Allemagne d’abandonner le projet. Il s’agissait pour lui d’une condition pour un accord commercial avec l’Europe qui n’incluait pas des droits de douane élevés sur l’acier et l’aluminium européens.

Donald Trump a par ailleurs déjà essayé de promouvoir le gaz naturel liquéfié américain (GNL) lors d’une rencontre à Varsovie en juillet 2016 avec des dirigeants d’Europe centrale et orientale.

Donald Trump mise sur les exportations de GNL vers l’Europe de l’Est

Le président américain Donald Trump prévoit de promouvoir les exportations de gaz naturel liquéfié lors d’un sommet à Varsovie le 6 juillet prochain, aux côtés d’une douzaine de dirigeants d’Europe centrale et de l’Est, une région fortement dépendante du gaz russe.

La Pologne encouragerait Donald Trump à s’opposer au gazoduc en raison de l’approche anti-russe du pays. Mais le président américain a également ses propres raisons de se présenter comme le promoteur de l’alternative américain au gaz russe.

Ce n’est pas à l’OTAN que les décisions concernant Nord Stream 2 pourront être prises. La Commission européenne examine les aspects légaux du projet, mais ne semble pas trouver d’arguments pour le stopper.

« Pour Nord Stream, il y a différents points de vue. Ce n’est pas à l’OTAN de résoudre ce problème », a déclaré Jens Stoltenberg plus tard au siège de l’Alliance.

Le président letton, Raimonds Vejonis a essayé de dissiper les tensions en disant que tous les pays d’Europe utilisaient du gaz russe.

Donald Trump doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel lors du sommet de l’OTAN en fin de journée et rencontrera le président russe Vladimir Poutine à Helsinki le 16 juillet.

Trump prépare sa tournée européenne dans un climat de tensions

Le président américain démarre le 10 juillet une tournée européenne lors de laquelle il devra se plier à un exercice d’équilibriste pour promouvoir le dégel avec la Russie sans endommager un peu plus les relations avec  ses alliés de l’OTAN. Un article d’Euroefe

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe