Ukraine : discussion des ministres des Affaires étrangères de l’Otan

Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan (ici le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg) échangeront en amont de pourparlers avec la Russie la semaine prochaine. [Stéphanie Lecocq/epa]

Les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Otan tiendront une réunion d’urgence par visioconférence pour discuter des tensions autour de l’Ukraine et de la sécurité en Europe ce vendredi (7 janvier).

Les Occidentaux accusent Moscou de préparer une invasion de l’Ukraine, des dizaines de milliers d’hommes et quantités de matériel et d’armements étant déployés à la frontière.

De hauts responsables des États-Unis et de l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) doivent s’entretenir la semaine prochaine avec la Russie, dans le cadre de pourparlers destinés à permettre une désescalade des tensions.

Pour sa part, la Russie exige l’interdiction de toute expansion future de l’Alliance atlantique et de toute coopération militaire dans ce que la Russie considère comme sa zone d’influence. Mais les Américains ont fait savoir que la plupart des exigences russes étaient irrecevables, et prévenu que les États-Unis et leurs alliés répondraient « énergiquement » en cas d’attaque russe contre l’Ukraine.

L’administration du président américain Joe Biden a cherché à rassurer les alliés européens qu’elle agirait en concertation avec eux dans les pourparlers avec la Russie.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, en visite officielle en Ukraine jusqu’à jeudi (6 janvier), a fait savoir qu’il s’était entretenu avec le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, avant son départ.

M. Borrell avait jusqu’à présent insisté pour que « toute discussion sur la sécurité de l’Europe se tienne en coordination et avec la participation de l’UE », mais une déclaration faite après l’entretien avec M. Stoltenberg n’a pas repris cette demande.

Ces discussions « doivent s’appuyer sur les engagements et obligations dans le cadre de l’OSCE et des Nations unies et les renforcer », a souligné Josep Borrell, selon ce communiqué publié mardi (4 janvier).

La dernière réunion du Conseil Otan-Russie s’était tenue en 2019 et les relations entre les deux anciens adversaires de la Guerre froide sont restées gelées dans un contexte de profonde méfiance réciproque.

La Russie nie de son côté vouloir menacer l’Ukraine, dont elle a pourtant déjà annexé une partie du territoire, la Crimée, en 2014, et affirme devoir se protéger face à l’hostilité des Occidentaux qui soutiennent Kiev, notamment dans son conflit avec des séparatistes prorusses.

La Russie est largement considérée comme le parrain de ces séparatistes engagés dans le conflit qui déchire l’Est du pays depuis bientôt huit ans et a fait plus de 13000 morts.

Borrell arrive en Ukraine pour une visite de soutien face à Moscou

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell est arrivé mardi (4 janvier) en Ukraine pour une visite destinée à afficher le soutien de l’UE aux autorités de Kiev, en plein pic de tension avec la Russie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe