Un Russe et deux Lituaniens arrêtés pour espionnage dans une usine militaire bulgare

Parmi les personnes arrêtées, il y a deux Lituaniens (24 ans et 59) et un Russe de 60 ans. [Elnur/Shutterstock]

La police bulgare a arrêté un citoyen russe et deux Lituaniens, soupçonnés d’avoir exporté des « informations sensibles » de l’usine militaire de l’Arsenal à Kazanlak.

Parmi les personnes arrêtées, il y a deux Lituaniens (24 ans et 59) et un Russe de 60 ans. Ils travaillaient dans le secteur de la production innovante de l’usine militaire. Les trois étrangers étaient en congé sans solde jusqu’au 17 septembre, mais n’ont pas repris le travail depuis.

Le 3 octobre, la direction a signalé à la police que les produits et les documents de l’usine avaient disparu. Le ministère de l’Intérieur bulgare indique que « des informations extrêmement sensibles » pour l’entreprise d’armement ont disparu. Ces informations présentent un intérêt pour des concurrents bulgares ou étrangers, a indiqué la police.

Le service de renseignement intérieur (SANS) a participé à la recherche des étrangers disparus et les autorités ont découvert qu’ils sont entrés en Bulgarie le 2 octobre, se sont rendus dans la ville où se trouve l’usine — Kazanlak, puis ont quitté la ville. Trois jours plus tard, ils ont été arrêtés à la frontière alors qu’ils tentaient d’entrer en Grèce.

Ce n’est pas la première grande enquête impliquant des usines militaires bulgares cette année. Le bureau du procureur bulgare a annoncé en avril qu’il soupçonnait des agents des services de renseignement russes d’être à l’origine d’attentats de sabotage contre quatre usines militaires bulgares.

La Bulgarie expulse deux autres diplomates russes

Le ministère bulgare des affaires étrangères a déclaré deux diplomates russes persona non grata et leur a donné 72 heures pour quitter le pays, a annoncé le ministère lundi (22 mars).

Subscribe to our newsletters

Subscribe