Un sous-marin russe se serait abîmé dans la mer du nord

Photo de l'appareil publiée par le ministère de la défense suédois.

La Suède a publié le 19 octobre une photo d’un mystérieux appareil qui semblerait être un sous-marin russe dans les eaux de Stockholm. Le pays scandinave a lancé la plus grande opération militaire de chasse dans ses eaux territoriales depuis la guerre froide. 

Une nouvelle source de tension entre l’UE et la Russe est en train d’émerger des eaux. Depuis le 17 octobre, l’armée suédoise a lancé une chasse dans la mer Baltique à moins de 50 km de Stockholm. Cet évènement rappelle les dernières années de la guerre froide, quand la Suède s’était lancée dans la chasse de potentiels sous-marins russes au large de ses côtes.

Les militaires suédois ont publié une photo dimanche 19 octobre de ce qui semble être un appareil marin émergeant de l’écume. Le témoin à l’origine de cette photographie a expliqué que l’appareil a replongé dans les eaux peu après la prise du cliché. Les militaires ont affirmé de leurs côtés qu’une des trois observations signalisées était crédible.

Un petit appareil

« Il peut s’agir d’un sous-marin, ou d’un petit sous-marin », a déclaré le contre-amiral Anders Grenstad lors d’une conférence de presse. « Il pourrait s’agir de plongeurs qui utiliseraient une sorte de cyclomoteur sous-marin et ce pourrait bien être des plongeurs qui n’ont rien à faire dans nos eaux territoriales », a ajouté ce dernier.

Le contre-amiral a indiqué que les observations avaient eu lieu « dans une zone qui représente un certain intérêt aux yeux des puissances étrangères ». Cependant, il a expliqué qu’il n’était pas en mesure de déterminer l’État qui était à l’origine de ces activités.

« Cet appareil ne nous appartient pas. Il s’agit d’un appareil étranger, et jusqu’à maintenant nous n’avons aucune information quant à des groupes civils engagées dans des activités sous-marines », a-t-il précisé.

L’incident arrive alors que les tensions des pays du nord et baltes  – la plupart membres de l’Union européenne – avec la Russie s’accentuent dans le contexte de l’engagement russe dans la crise ukrainienne. La Finlande a accusé la semaine dernière la marine russe d’avoir interférer dans l’activité d’un navire finlandais de recherche environnemental en eaux internationales.

Les observations rapportées parlent d’un homme vêtu de noir nageant dans l’eau, ce qui laisserait penser à des forces spéciales russes qui agirait dans l’archipel, une région en outre touristique.

Un SOS intercepté

Les militaires suédois ont déclaré que les informations primaires quant à de suspectes activités sous-marines provenaient d’une source sûre, sans donner d’autres détails. Actuellement 200 membres du personnel militaire sont engagés dans l’enquête.

Le quotidien suédois Svenska Dagbladet, qui cite des sources anonymes impliqués dans l’enquête militaire, a annoncé que l’opération avait commencé après une transmission radio en russe sur une fréquence d’urgence.

Plusieurs échanges radiophoniques cryptés émis d’un point de l’archipel vers l’enclave de Kaliningrad, territoire où résident les quartiers généraux de la flotte russe de la mer Baltique, ont été intercepté le 17 octobre, une fois que les autorités suédoises ont lancé la recherche, selon le même quotidien.

Le contre-amiral suédois a précisé que les forces armées n’avaient reçu aucune information au sujet d’un éventuel signal de détresse.

Le ministère de la défense russe a pour sa part assuré qu’il n’avait aucun navire en situation de détresse dans la mer Baltique.

Rien à signaler du côté russe

« Les navires et les sous-marins russes remplissent leurs tâches dans les océans de par le monde selon le plan mis en place par les autorités russes », selon l’agence de presse Interfax qui cite un porte-parole du ministère russe. « Il n’y a aucune situation hors-norme ou d’urgence engageant un navire russe », aurait garanti le porte-parole.

Les pays de la mer Baltique sont devenus de plus en plus méfiants face aux ambitions militaires de la Russie, et ce, depuis l’annexion russe de la Crimée ukrainienne en mars dernier à la suite du renversement de l’ancien président prorusse par une partie du peuple ukrainien.

Le mois dernier, la Suède a dénoncé l’entrée de deux avions de guerre russes dans son espace aérien. « Une violation grave » avait alors déclaré Stockholm.

Si l’enquête actuelle devait mettre en évidence des activités militaires étrangères dans les eaux côtières de la Suède, ceci représenterait la première véritable épreuve pour le premier ministre Stefan Löfven et pour son gouvernement minoritaire de centre gauche, au pouvoir depuis seulement trois semaines.

Whiskey on the rocks

En 1981, un sous-marin soviétique, « U137 » selon le nom que lui avaient confié les autorités suédoises à l’époque, s’était abîmé dans les eaux territoriales de Stockholm à deux pas d’un base de la marine, alors que la Suède était un pays pourtant neutre. À l’époque, cet incident avait déclenché de forts soupçons quant à l’étendue et aux motivations d’une telle incursion.

Il s’agirait d’un sous-marin de classe « Whiskey » selon la classification de l’OTAN, une classe de sous-marin de l’ère soviétique. L’incident a été qualifié avec humour par la presse internationale de « Whiskey on the rocks », en référence au fameux cocktail et morceau d’ACDC. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer