Une cinquantaine de chefs d’Etats réunis à Paris pour une marche historique

La quasi totalité des chefs d’Etats européens, mais aussi d’autres, sont attendus à Paris pour une marche inédite pour la liberté de la presse le 11 janvier.

Paris a mis en place un disposif de sécurité renforcé pour accueillir, dimanche, une marche républicaine rassemblant un nombre inédit de chefs d’Etats. Une cinquantaine d’entre eux sont attendus place de la République à 15 h où le cortège doit démarrer. Ils doivent se réunir auparavant à l’Elysée, avant de rejoindre le lieu du rassemblement en bus, par ordre protocolaire.

Marche historique

En plus de la plupart des chefs d’Etats européens, dont Angela Merkel (Allemagne), David Cameron (Royaume-Uni), Matteo Renzi (Italie), Mariano Rajoy (Espagne), ou le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’Elysée a fait part de la participation de Benjamin Netanyahu et du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Des dirigeants dont les déplacements entraînent toujours des dispositifs de sécurité exceptionnels, leurs voitures étant systématiquement entourés d’autres véhicules de tireurs d’élite.

Aucune marche républicaine n’a jamais réuni autant de dirigeants politiques. Même après les attentats du 11 Septembre 2001, ce qui s’explique sans doute par une culture de la manifestation plus dévelopée en Europe qu’aux Etats-Unis.

>>Lire aussi : la France en deuil après l’attentat contre Charlie Hebdo

La préfecture de police sur les dents

Paris attend des centaines de milliers de manifestants, alors que les Français se regroupent très massivement derrière cette idée de marche républicaine, et ce malgré les hésitations de certains politiques.

La quasi-totalité des Français (97%) estiment qu’il est nécessaire de se rassembler et de faire preuve d’unité nationale face au terrorisme, selon un sondage Ifop pour Paris Match publié samedi à la veille d’une grande marche républicaine.

« Il faut que les Français sachent que toutes les mesures sont prises pour que cette manifestation puisse se dérouler dans le recueillement, dans le respect et aussi bien entendu dans la sécurité», a dit Bernard Cazeneuve.

« Je veux d’ores et déjà dire que toutes les dispositions ont été prises pour assurer la sécurité de ce rassemblement auquel ceux qui souhaitent s’y rendre pourront s’y rendre en toute sécurité ».

Un peu plus tôt, sur Europe 1, le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, avait déclaré qu’il fallait » assurer la complète sécurité, la totale sécurité de ce cortège » qui devrait partir de République pour rejoindre Nation.

« Les dispositions seront prises pour qu’elle puisse se passer dans les meilleures conditions », a-t-il dit.

« C’est une marque de reconnaissance vis-à-vis de la démocratie contre la barbarie, pour la liberté de la presse pour considérer qu’on ne tue pas des journalistes et des policiers impunément et librement dans ce pays ».

Les attentats terroristes contre le journal Charlie Hebdo le 7 janvier puis contre une épicerie casher le 9 janvier ont provoqué une vague de soutien mondiale aux valeurs républicaines, sous le slogan "Je suis Charlie". Les manifestations d'hommages se sont multiplié depuis. 700.000 personnes ont défilé en province le 10 janvier, et des centaines de milliers sont attendues à Paris.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer