EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/02/2017

La recherche médicale pour les PVD ne cesse de ralentir

L'Europe dans le monde

La recherche médicale pour les PVD ne cesse de ralentir

L'investissement dans la recherche pour les maladies des pays en développement est en baisse.

[Riccardo Mayer/Shutterstock]

La Fondation Bill Gates s’est penché sur la recherche médicale effectuée en faveur des pays en développement. Les fonds consacrés ne cessent de diminuer.

Un rapport financé par la fondation Gates s’alarme de la baisse des dépenses pour les maladies affectant principalement l’Afrique et les pays en développement en 2015. Ses auteurs tirent la sonnette d’alarme : « les financements mondiaux pour la R&D liée aux maladies négligées ont atteint un minimum historique en 2015, avec un déclin de l’investissement public ».

Bill Gates a lui-même présenté ce rapport, lors d’un événement organisé par les Amis de l’Europe.

Le texte a été rédigé par six médecins et universitaires, et se penche sur le financement, privé et public, des maladies dites « négligées » en 2015, comparé aux neuf années précédentes. Il révèle qu’un total de 2,85 milliards d’euros a été investi dans la R&D de ce secteur. Cela représente une baisse de 2,3 % par rapport à 2014, et marque une troisième année consécutive de chute des financements. Les chiffres pour 2016 ne sont pas encore disponibles.

L’ensemble des dépenses a systématiquement diminué tous les ans, sauf un, depuis 2009, selon le rapport G-Finder 2016 : Policy Cures Research. Les données indiquent que le financement de la recherche dans des maladies négligées de premier plan avait chuté, principalement à cause d’une diminution des sommes allouées au VIH/sida.

Dans l’ensemble, les financements de la recherche ont chuté de 3,3 %, avec une baisse de 5,4 % pour le VIH/sida, de 3 % pour la malaria. La tuberculose connait une légère augmentation des financements, de 0,5 %. Le financement des maladies de deuxième catégorie a aussi chuté, de 5,9 %. Cette catégorie comprend notamment la dengue, la diarrhée, l’hépatite, la méningite et la pneumonie. La dernière catégorie de maladies inclut la lèpre, le rhumatisme articulaire aigu et le trachome. Chacune de ces maladies a reçu moins de 0,5 % des financements mondiaux à la R&D, ce qui rend les fluctuations moins importantes.

Le rapport évoque Ebola, dont la dernière épidémie a éclaté en 2014 en Afrique occidentale, dans une section spécifique.

>> Lire : Ebola illustre le manque de recherche sur les maladies des plus pauvres

Les financements publics sont en baisse depuis 2012, mais représentent toujours 63 % des investissements totaux dans la recherche. Ces versements proviennent avant tout de pays au revenu élevé, principalement les États-Unis, l’UE et le Royaume-Uni.

En 2015, les financements européens ont augmenté de 20 %, ce qui fait passer l’Europe avant le Royaume-Uni dans le classement. Londres et Washington ont pour leur part raboté leurs dépenses de 20,7 et 41,2 millions d’euros.

>> Lire aussi : La Commission débloque 10 millions d’euros pour la recherche sur le virus Zika

Continuer l’investissement

L’une des ONG qui a participé à l’élaboration du rapport, la Deutsche Stiftung Weltbevölkerung, s’est félicitée de l’augmentation des financements européens.

« C’est évidemment une bonne nouvelle que l’UE prenne le contre-pied d’autres donateurs important et augmente ses dons à la recherche dans ces secteurs vitaux. L’UE s’est clairement engagée dans la recherche liée aux maladies comme le VIH/sida et la malaria. Dans ce domaine, la recherche sauve des vies, tout en créant de l’emploi ici en Europe », souligne Cécile Vernant, qui dirige le bureau bruxellois de l’ONG.

« Il ne s’agit cependant pas d’une grande victoire », précise-t-elle cependant. « Dans l’ensemble, la recherche médicale internationale continue à décliner, et des questions politiques liées au Brexit et à la nouvelle administration américaine pourraient mettre en danger les travaux accomplis. C’est pourquoi l’UE doit poursuivre ses investissements et se positionner en leader de l’innovation médicale mondiale.

>> Lire aussi : L’enjeu du prix des médicaments concerne aussi les pays en développement

Plus d'information