Moscou tente de s’immiscer dans l’accord Grèce-Macédoine

L'énorme statue d'Alexandre le Grand érigée sur une place de Skopje. [Alan & Flora Botting/Flickr]

Le gouvernement grec va expulser deux diplomates russes, accusés d’avoir essayé de faire dérailler l’accord sur le nom de la Macédoine avec la Grèce, qui doit permettre à Skopje de rallier l’OTAN.

La Grèce a annoncé qu’elle expulserait deux diplomates russes et qu’elle interdirait l’entrée à deux autres, les suspectant d’avoir essayé de faire chavirer un accord décisif entre la Grèce et la Macédoine le mois dernier,  qui doit ouvrir la voie à l’adhésion de Skopje à l’OTAN.

Un accord historique réconcilie Grèce et Macédoine

Grèce et  Macédoine ont signé un accord préparant un changement de nom historique, qui clôt un conflit bilatéral et ouvre la voie de l’OTAN et de l’UE à Skopje.

 

Le 11 juillet,  Athènes a accusé les diplomates russes d’activités « non adaptées à leur statut », y compris d’activités illégales contre la sécurité nationale, rapporte le journal Kathimerini.

L’ambassadeur grec à Moscou, Andreas Fryganas, a été convoqué par le ministère russe des Affaires étrangères pour discuter de l’expulsion des deux diplomates d’Athènes.

Pendant ce temps, l’agence de presse Interfax a rapporté que la préparation d’une visite prévue du ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, en septembre, avait été suspendue.

Le gouvernement américain a soutenu la décision grecque et mis en garde la Russie contre une tentative de déstabiliser la région.

Ingérence russe

« Les États-Unis ont exprimé par le passé leur préoccupation au sujet de l’influence malintentionnée de la Russie dans cette région. L’ingérence dans les processus démocratiques d’autres pays est inacceptable et nous soutenons la Grèce dans la défense de sa souveraineté », a déclaré la porte-parole du département d’État, Heather Nauert.

Heather Nauert a également exprimé la préoccupation des États-Unis au sujet d’éventuels efforts russes visant à saper « l’accord important entre Athènes et Skopje sur la question du nom de la Macédoine ».

« La Grèce a expulsé deux fonctionnaires russes et interdit l’entrée de deux autres pour tentative d’ingérence dans la politique grecque. Nous soutenons la Grèce dans la défense de sa souveraineté. La Russie doit mettre fin à son comportement déstabilisateur », a-t-elle ajouté.

Trump prépare sa tournée européenne dans un climat de tensions

Le président américain démarre le 10 juillet une tournée européenne lors de laquelle il devra se plier à un exercice d’équilibriste pour promouvoir le dégel avec la Russie sans endommager un peu plus les relations avec  ses alliés de l’OTAN. Un article d’Euroefe

 

Lors du sommet de l’OTAN du 12 juillet, les 29 dirigeants de l’Alliance ont invité l’ARYM à entamer des pourparlers d’adhésion, ce qui a déclenché une forte réaction de la Russie, qui a accusé l’OTAN d’essayer d’« avaler de force » Skopje afin d’étendre son influence dans les Balkans.

« Peut-être que nous pouvons être une sorte de cible de la Russie, je ne sais pas, mais plus de 80 % de nos citoyens sont favorables à l’OTAN, le gouvernement et l’opposition sont en faveur de l’OTAN », a déclaré le Premier ministre de l’ARYM, Zoran Zaev, dans un entretien avec Euronews.

Versatile, Trump clot le sommet en jugeant l'OTAN « beaucoup plus fort »

Le président américain Donald Trump a déclaré le 12 juillet qu’il était capable d’obtenir 33 à 40 milliards d’euros supplémentaires de la part de ses alliés, et qu’il était donc ravi que l’OTAN devienne « beaucoup beaucoup plus forte » en deux jours.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.