Venezuela : rencontre de la mission de l’UE avec le ministre de la Défense

Le président de l’organisation, Jorge Rodriguez (C), alors qu’il participe à une réunion avec les membres de la mission technique de l’Union européenne à Caracas, au Venezuela, le 09 juillet 2021. M. Rodríguez a rencontré la mission technique de l’UE qui évalue la possibilité de déployer une autre mission d’observation pour les prochaines élections locales et régionales et a assuré qu’il existe de « larges garanties électorales ». [EPA-EFE/National Assembly Presidency press office]

Les experts électoraux de l’Union européenne ont rencontré mercredi (13 juillet) à Caracas le puissant ministre de la Défense Vladimir Padrino ainsi que des responsables de la Justice alors qu’un célèbre opposant et un médiatique militant d’une ONG sont en détention accusés de terrorisme.

Les experts, arrivés la semaine dernière, effectuent une « mission exploratoire » pour évaluer la possibilité de déployer une mission d’observation des élections régionales du 21 novembre.

« Agréable rencontre avec la mission exploratoire de l’UE à la veille des prochaines méga-élections au Venezuela », a tweeté le général Padrino. « Nous avons réitéré notre vocation démocratique et le rôle fondamental que doit jouer la FANB (Force armée nationale bolivarienne) comme garante de la paix ».

Auparavant, les experts avaient rencontré les magistrats du Tribunal Suprême de Justice : « Notre objectif est la paix et le respect de la volonté du peuple », a affirmé le président de l’institution Maikel Moreno, dans un communiqué sur l’entrevue.

Pour le moment, l’UE s’est refusée à tout commentaire sur la mission.

Il n’a pas été possible de savoir si les arrestations de Freddy Guevara, une des figures de l’opposition et proche du leader de celle-ci Juan Guaido, ainsi que celle de Javier Tarazona, directeur l’ONG de défense des droits humains Fundaredes, critique du pouvoir et spécialiste de la zone frontalière avec la Colombie, avaient été à l’agenda des discussions.

M. Tarazona a été arrêté le 2 juillet alors que M. Guevara, qui faisait partie d’une délégation de l’opposition qui a rencontré les experts européens, a lui été interpellé lundi (12 juillet). Les deux sont accusés de « terrorisme ».

Ces arrestations surviennent alors que pouvoir et opposition cherchent à reprendre les négociations avant les élections.

Le pays est dans une impasse politique, avec un président Nicolas Maduro, non reconnu par une cinquantaine de pays dont les États-Unis qui cherchent à l’évincer du pouvoir, et un leader de l’opposition Juan Guaido, considéré comme président intérimaire par les États-Unis, mais qui n’a aucun pouvoir.

Celui-ci a rencontré les experts mardi (13 juillet).

Le président Nicolas Maduro a évoqué une possible rencontre au Mexique avant le scrutin mais exigé la levée des sanctions en échange de sa participation. Il a récemment donné des gages de bonne volonté promettant notamment de respecter toute victoire de l’opposition, qui peut désormais se présenter en coalition.

De leur côté, l’UE, les États-Unis et le Canada se sont dit prêts fin juin à « revoir » les sanctions s’il y a des avancées en vue d’élections « crédibles ».

En 2020, l’UE avait déjà envoyé une mission pour tenter de convaincre les autorités de reporter les élections législatives afin de pouvoir déployer une mission d’observation.

Le pouvoir avait refusé et les élections législatives se sont tenues le 6 décembre, malgré le boycott d’une grande partie de l’opposition, en particulier de son chef de file, Juan Guaido.

Expulsée, l'ambassadrice de l'UE a quitté le Venezuela

L’ambassadrice de l’Union européenne au Venezuela, la Portugaise Isabel Brilhante Pedrosa, a quitté mardi ce pays après avoir été déclarée « persona non grata » par le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Subscribe to our newsletters

Subscribe