Visé par une enquête, le chancelier autrichien Sebastian Kurz ne démissionnera pas

Le chancelier d'Autriche, Sebastian Kurz, arrive avant une réunion avec le Premier ministre bavarois Markus Soeder, le 11 mai 2021. [EPA-EFE/LUKAS BARTH-TUTTAS]

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré qu’il ne démissionnerait « certainement pas » malgré l’enquête menée par le bureau du procureur pour les affaires économiques et la corruption pour avoir prétendument donné de faux témoignages à la commission d’enquête du parlement.

Dans une interview accordée au radiodiffuseur public autrichien ORF, M. Kurz a déclaré qu’il avait « tout fait pour dire la vérité » et a critiqué le « jeu » auquel se livre l’opposition pour le présenter sous un mauvais jour.

« Ils utilisent toutes les subtilités pour créer une fausse déclaration », a-t-il affirmé.

M. Kurz a déclaré qu’il ne démissionnerait pas même si le ministère public commençait à porter des accusations contre lui, et il a refusé de dire s’il démissionnerait s’il était reconnu coupable.
En réponse, l’opposition au Parlement a réagi avec férocité. « Dans tous les autres États de droit civilisés et démocratiques, un responsable gouvernemental démissionne lorsqu’il est poursuivi », a commenté le principal politicien autrichien du SPÖ, Christian Deutsch.

Les Verts, qui sont actuellement en coalition avec le parti conservateur ÖVP de M. Kurz, ont déclaré qu’ils avaient « pleine confiance dans le système judiciaire » et se sont abstenus jusqu’à présent de tout commentaire sur la question de savoir si M. Kurz devait démissionner s’il était reconnu coupable.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz accusé d'« Orbanisation » de l'Autriche

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s’est vu décerner le prix de la liberté des médias par un éditeur allemand lors du sommet Ludwig-Erhard, un geste que Christian Deutsch, l’une des figures de proue du SPÖ, a qualifié d’ « absurde ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe