La CJUE confirme les sanctions de l’UE à l’encontre du chef du groupe Wagner

Dans un arrêt rendu mercredi (1er juin), la CJUE a estimé que les sanctions imposées par l’UE à Evgeny Prigozhin en 2020 pour son rôle dans le financement des mercenaires du groupe militaire privé russe Wagner qui ont commis des violations des droits de l’homme en Libye étaient juridiquement fondées. [Twitter]

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rejeté cette semaine la tentative de Evgeny Prigozhin, accusé de soutenir financièrement les activités du groupe de mercenaires russe Wagner, de se faire retirer de la liste des sanctions de l’UE.

Dans un arrêt rendu mercredi (1er juin), le tribunal basé à Luxembourg a estimé que les sanctions imposées par l’UE à Evgeny Prigozhin en 2020 pour son rôle dans le financement des mercenaires du groupe militaire privé russe Wagner qui ont commis des violations des droits de l’homme en Libye étaient juridiquement fondées, en invoquant des « preuves spécifiques, précises et cohérentes ».

L’UE avait gelé ses avoirs dans tout le bloc et l’avait placé sur une liste noire pour l’octroi de visas.

Les forces du groupe Wagner ont combattu pour le chef rebelle basé dans l’est du pays, le général Khalifa Haftar, dont l’Armée nationale libyenne a mené une guerre civile contre le gouvernement soutenu par les Nations unies à Tripoli pendant la majeure partie de la dernière décennie.

Pour sa défense, M. Prigozhin a affirmé qu’il n’avait pas connaissance d’une « entité connue sous le nom de groupe Wagner ».

Proche associé du président russe Vladimir Poutine, M. Prigozhin, qui serait propriétaire du groupe Wagner, a récemment cherché à prendre ses distances avec celui-ci. Cependant, dans de nombreux pays africains et à Bruxelles, Wagner est considéré comme un produit de l’État russe qui menace les intérêts de l’UE et des États-Unis dans la région.

« Le dossier de preuves contenait suffisamment de détails, étayés par des informations crédibles, indiquant que les activités du groupe Wagner, qui ont été suffisamment identifiées, menaçaient la paix, la sécurité et la stabilité en Libye », explique le tribunal de l’UE dans son arrêt.

Les activités de Wagner dans un nombre croissant d’États africains, notamment dans la région du Sahel, ont conduit la France à mettre fin à sa mission de sécurité et de défense au Mali.

La France et ses partenaires européens se retirent militairement du Mali

Poussés dehors par les « obstructions » de la junte au pouvoir à Bamako, la France et ses partenaires européens ont officialisé jeudi (17 février) leur retrait militaire du Mali au terme de neuf ans de lutte antijihadiste menée par Paris.

De son côté, l’UE a décidé de réexaminer ses propres missions de défense et de sécurité en Afrique après que plusieurs gouvernements militaires ont décidé d’engager des agents du groupe Wagner.

En décembre dernier, le bloc a imposé des sanctions plus larges au groupe Wagner parce qu’il était responsable de l’envoi de mercenaires « dans des zones de conflit du monde entier pour alimenter la violence, piller les ressources naturelles et intimider les civils au mépris du droit international ».

M. Prigozhin figurait également parmi les politiciens, fonctionnaires et oligarques russes sanctionnés par l’UE et accusés de « porter atteinte à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Ukraine » en avril.

Plusieurs alliés de M. Poutine ont contesté leur inscription sur la liste des sanctions devant la CJUE, comme Roman Abramovitch, l’ancien propriétaire du club de football de Chelsea, qui a fait appel à cette décision la semaine dernière.

Mali : l'UE "arrête" ses formations militaires mais reste au Sahel, selon Josep Borrell

L’Union européenne a décidé lundi (11 avril) « d’arrêter » ses missions de formation et d’entraînement de l’armée et de la garde nationale au Mali, mais va rester au Sahel et se déployer dans les pays voisins, a annoncé Josep Borrell.

Subscribe to our newsletters

Subscribe