Qatar et UE tirent profit d’une relation plus étroite que jamais

DISCLAIMER: All opinions in this column reflect the views of the author(s), not of EURACTIV.COM Ltd.

Abdulrahman bin Mohammed Al Khulaifi

Face au blocus de ses voisins, le Qatar diversifie son économie et surmonte son isolement grâce à la diplomatie, avance l’ambassadeur du Qatar auprès de l’Union européenne.

Abdulrahman bin Mohammed Al Khulaifi est ambassadeur du Qatar pour la Belgique et le Luxembourg et chef de mission auprès de l’Union européenne et de l’OTAN.

Il y a un an aujourd’hui, l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont imposé un blocus économique et politique à mon pays, le Qatar. Ce blocus est une violation manifeste des droits de l’homme, puisqu’il a déchiré des familles, interrompu des carrières professionnelles et universitaires et limité l’accès aux soins médicaux, même pour les malades. Le mois sacré du ramadan, un moment pendant lequel les familles sont traditionnellement réunies, est un rappel douloureux de la peine causée par le blocus.

Au cours des douze derniers mois, les pays à l’origine du blocus ont proféré de fausses accusations pour justifier leurs actions illégales. Ils ont prétendu que le Qatar soutenait le terrorisme. Le Qatar n’a jamais financé le terrorisme. Notre pays est l’un des partenaires de la Coalition internationale de lutte contre Daesh, et un chef de file des efforts de lutte contre le terrorisme, notamment grâce à la base aérienne d’Al Udeid, d’où des avions de la Coalition décollent chaque jour pour combattre des groupes terroristes.

Malgré cela, l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont tenté d’affaiblir notre pays en mettant en place une campagne diffamatoire de cyberattaques, corruption, coercition et relations publiques déloyales.

Cette stratégie a échoué. Le Qatar est devenu un pays plus fort et tourné vers l’avenir. Le blocus a servi de catalyseur pour l’accélération de différentes politiques publiques économiques et sociales et de réformes politiques.

Notre pays a par exemple poursuivi une stratégie de diversification économique. Et, surtout, l’ambition d’une économie autosuffisante a été partagée par tous les résidents de Qatar. Par conséquent, le Qatar pourra bientôt cesser d’importer des produits laitiers et ne dépendre que de sa propre production. Nous nous ouvrons à l’investissement étranger, nous soutenons les start-ups et avons créé de nouvelles zones économiques. Le Fonds monétaire international a félicité le Qatar pour la force et la résistance de son économie.

Le blocus nous a également permis d’accélérer la mise en œuvre de politiques publiques que nous construisons depuis longtemps, notamment en ce qui concerne notre droit du travail. Avec le soutien de l’Organisation internationale du travail, nous avons institué des lois qui offrent une plus grande protection et une plus grande liberté à nos travailleurs et à la communauté des expatriés. À cet égard, nous sommes un modèle dans la région.

Les tentatives d’isoler le Qatar ont échoué. Nous avons renforcé nos relations diplomatiques avec nos partenaires internationaux, dont nos amis européens. Le chef de la délégation de l’UE pour l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Koweït, Oman et le Qatar, Michele Cervone D’urso, a ainsi affirmé que le Qatar est de plus en plus considéré comme un partenaire stratégique pour l’Union européenne, et le Qatar a récemment fait des investissements de plusieurs milliards d’euros en Europe.

Les liens renforcés entre l’Union européenne et le Qatar ont considérablement dynamisé nos relations commerciales.

À la fin de l’année 2017, l’Union européenne était l’une des principales destinations de nos exportations, avec 10 % des exportations du Qatar vers l’UE, et 25,9 % de nos importations en étaient originaires. Selon M. Cervone D’urso, il y a un énorme potentiel pour de nouveaux investissements, et l’UE envisage de relancer les négociations pour un accord de libre-échange avec le Conseil de coopération du Golfe.

Le Qatar est le fournisseur énergétique le plus fiable de l’Union européenne. Nous avons toujours honoré nos engagements et nos contrats, et n’avons jamais manqué une seule cargaison de gaz naturel liquéfié, même après le blocus. L’Union européenne est la destination de près d’un quart des exports de gaz naturel liquéfié du Qatar, et le Qatar fournit à l’Union européenne 6 % de ses besoins en gaz naturel liquéfié.

Nous sommes reconnaissants envers la Haute représentante pour les Affaires étrangères Federica Mogherini pour ses appels répétés à une résolution pacifique de la crise, et pour son soutien à la médiation du Koweït pour amoindrir les tensions dans la région. Le dialogue est primordial pour établir unité et stabilité dans le Golfe.

À la Conférence de Munich pour la Sécurité en février dernier, Son Excellence l’Emir du Qatar a félicité l’Union européenne pour son rôle dans la résolution pacifique des différends entre les nations européennes. Le Qatar admire la capacité de l’UE à établir la sécurité partagée, la stabilité et une forte coopération transnationale parmi ses membres.

Les progrès économiques, sociaux et politiques réalisés par le Qatar au cours des dernières années prouvent que de petits États peuvent surmonter les obstacles posés par des voisins plus grands et ambitieux grâce à l’usage de la diplomatie, et à une planification économique stratégique. Le peuple qatarien a fait preuve d’une extraordinaire résilience durant cette année. Nous sommes résolus à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour en ressortir plus fort et continuer à bâtir un avenir prospère, heureux et pacifique grâce au dialogue.

Subscribe to our newsletters

Subscribe