L’Allemagne, la Suède et la Pologne renvoient des diplomates russes

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe [EPA/RUSSIAN FOREIGN AFFAIRS MINISTRY]

L’Allemagne a renvoyé un diplomate russe de son territoire avant de le qualifier « persona non grata » lundi (8 février) en réponse à l’expulsion de diplomates de l’UE par Moscou vendredi (5 février) ; une décision que le ministère allemand des Affaires étrangères a décrite comme étant « non justifiée ». La Pologne et la Suède ont pris des mesures similaires pour expulser des diplomates russes le même jour, ce qui, selon Tagesschau, a été étroitement coordonné entre les trois gouvernements et le Service européen pour l’action extérieure. Il s’agit de la dernière escalade dans l’affaire Navalny.

Moscou a déclaré que les diplomates allemands, polonais et suédois qu’elle a expulsés vendredi avaient pris part à ce qu’elle a appelé des « manifestations illégales » en faveur d’Alexei Navalny, une affirmation que les trois gouvernements ont réfutée.

« Le diplomate allemand concerné ne faisait que remplir son devoir, comme le prévoit la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, de s’informer par des moyens légaux sur l’évolution de la situation sur le terrain », a déclaré vendredi (5 février) le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas (SPD).

La Pologne et la Suède ont pris des mesures similaires pour expulser un diplomate russe lundi (8 février), ce qui, selon Tagesschau, a été étroitement coordonné entre les trois gouvernements et le Service européen pour l’action extérieure (SEAE), citant des sources du ministère allemand des Affaires étrangères.

Les renvois ont eu lieu pendant le voyage du Haut représentant Josep Borrell à Moscou.

Comme le révèle EURACTIV, ce dernier a déploré l’échec de ce voyage dans un blog, écrivant qu’une « conférence de presse agressivement organisée et l’expulsion de trois diplomates de l’UE pendant ma visite indiquent que les autorités russes ne voulaient pas saisir cette occasion d’avoir un dialogue plus constructif avec l’UE ».

UE-Russie: Moscou "refuse le dialogue", l'UE doit en "tirer les conséquences" (Borrell)

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell s’est déclaré très inquiet du refus des autorités russes d’engager un dialogue « plus constructif » avec l’UE et a appelé les dirigeants européens à « en tirer les conséquences ».

Il a poursuivi en déclarant que l’UE et les États membres devront définir d’autres mesures à l’égard de la Russie, ajoutant que « celles-ci pourraient inclure des sanctions ».

Pour sa part, Moscou a affirmé que l’expulsion de ses diplomates était « infondée, inamicale et une continuation de cette série d’actions, actions que l’Occident entreprend contre notre pays et que nous qualifions d’ingérence dans les affaires intérieures ».

Entre-temps, la Pologne a renvoyé un diplomate russe du consulat général de la Fédération de Russie à Poznań, a annoncé lundi (8 février) le ministère polonais des Affaires étrangères.

Peu après l’expulsion du diplomate russe, le ministère des Affaires étrangères polonais a publié une déclaration, indiquant que « la partie polonaise attend des autorités russes qu’elles reviennent sur cette mauvaise décision. Sinon, la Pologne envisage la possibilité de prendre les mesures appropriées ». La décision a été soumise à l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Varsovie et a été prise en coordination avec les autorités allemandes et suédoises, a informé le ministère.

La diplomatie polonaise « voudrait s’assurer que, indépendamment des pressions exercées par les autorités russes, les diplomates polonais continueront dans la Fédération de Russie à accomplir leur mission officielle en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques », selon le communiqué de presse.

Subscribe to our newsletters

Subscribe