Allemagne : un « optimisme prudent » concernant la reprise des négociations du Format Normandie

Les négociations multilatérales qui ont suivi les négociations de Genève à l’OTAN et à l’OSCE ont largement échoué et « n’ont donné aucun résultat concret », a confié Andras Racz, chercheur principal au Conseil allemand des relations étrangères (DGAP), à EURACTIV Allemagne. [EPA-EFE/CHRISTOPHE PETIT TESSON]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BERLIN

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, se rendra lundi en Ukraine et en Russie. Lundi, Annalena Baerbock se rendra en Ukraine puis en Russie pour tenter de désamorcer les tensions croissantes à la frontière ukrainienne et pour redynamiser le Format Normandie afin de s’assurer que l’UE ne soit pas mise à l’écart dans les négociations.

Vendredi, la porte-parole adjointe du gouvernement allemand, Christiane Hoffmann, a déclaré que le gouvernement allemand fait preuve d’un « optimisme prudent » pour que les discussions entre l’Allemagne, la France, l’Ukraine et la Russie puissent être « permanentes et continues ».

Des diplomates allemands et français se sont déjà rendus en Russie au début du mois pour discuter de la possibilité de rétablir ce format.

Les responsables russes et ukrainiens ont depuis lors signalé leur volonté de reprendre les négociations de Normandie.

« Il est temps de parvenir à un accord sur la fin du conflit, et nous sommes prêts à prendre les décisions nécessaires pour cela lors d’un nouveau sommet des dirigeants des quatre pays », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy dans un communiqué mardi.

La Russie a également manifesté sa volonté de coopérer et a indiqué que « le simple fait de mener des négociations est positif ». C’est ce qu’a déclaré lundi dernier (10 janvier) le secrétaire de presse du président russe, Dmitri Peskov. Toutefois, il a également souligné qu’une « avancée ou tout autre progrès sérieux » était peu probable.

Retour à la table des négociations

Les négociations de Normandie sont au point mort depuis novembre, et le dernier sommet officiel entre l’Allemagne, la France, la Russie et l’Ukraine s’est tenu en 2019.

La relance du format réunissant les quatre pays a pour objectif de garantir que l’UE ne soit pas mise à l’écart dans le conflit ukrainien, car la Russie a jusqu’à présent « agi comme si nous n’existions pas », a estimé vendredi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Le président russe Vladimir Poutine a toujours privilégié les négociations bilatérales avec ses homologues américains. Mercredi dernier, il a d’ailleurs rencontré Joe Biden à Genève pour discuter de la situation.

Alors que l’UE était absente des négociations à Genève, le renouveau du Format Normandie vise à la ramener à la table des négociations.

« La France et l’Allemagne travaillent en étroite collaboration pour reprendre de nouvelles négociations dans le cadre du Format Normandie car une chose est claire : il ne peut y avoir de décision sur la sécurité en Europe sans l’Europe », a affirmé Mme Baerbock au Bundestag mercredi.

Selon le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après sa visite en Ukraine et en Russie, Mme Baerbock « préparera une visite conjointe franco-allemande sur la ligne de démarcation » en Ukraine.

Au cours du week-end, l’ambassadeur ukrainien à Berlin, Andriy Melnyk, a exhorté Mme Baerbock à reconsidérer la livraison d’armes défensives à Kiev.

Selon lui, les réticences, sinon le refus des livraisons d’armes de la part de M. Baerbock et du nouveau gouvernement fédéral allemand sont « très frustrantes et ont un goût amer ».

En effet, cela fait des années que l’Ukraine réclame en vain des livraisons d’armes en provenance d’Allemagne afin de pouvoir se défendre contre une éventuelle attaque russe.

Échec des démarches multilatérales

Les négociations multilatérales qui ont suivi les négociations de Genève à l’OTAN et à l’OSCE ont largement échoué et « n’ont donné aucun résultat concret », a confié Andras Racz, chercheur principal au Conseil allemand des relations étrangères (DGAP), à EURACTIV Allemagne.

« Cela donne une importance supplémentaire — et apporte peut-être aussi des complications — à cette visite : maintenant que les canaux de la diplomatie multilatérale semblent échouer à désamorcer la crise, maintenir les canaux de communication bilatéraux est essentiel », a-t-il ajouté.

L’ordre des visites de M. Baerbock, à Kiev d’abord puis à Moscou ensuite, témoigne également de l’engagement clair de l’Allemagne vis-à-vis de l’Ukraine. En choisissant de se rendre en Ukraine d’abord, M. Baerbock montre la solidarité de l’Allemagne et souligne que la coopération de longue date et multiforme avec la Russie n’a pas de prix, et qu’elle ne se fait « surtout pas au détriment de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a expliqué M. Racz.

Pendant ce temps, les tensions à la frontière ukrainienne continuent de couver.

Vendredi, les États-Unis ont accusé la Russie de planifier une opération « sous un faux drapeau » en Ukraine qui servirait ensuite de prétexte à une offensive russe.

« Nous avons des informations qui indiquent que la Russie a déjà positionné à l’avance un groupe d’agents pour mener une opération sous un faux drapeau dans l’est de l’Ukraine », a indiqué Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche, lors d’une conférence de presse.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Le passe vaccinal est définitivement adopté. Dans la soirée de dimanche 16 janvier, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi instaurant le passe vaccinal, qui remplacera le passe sanitaire. Son application sera effective d’ici la fin de la semaine.

Après près de deux semaines de débats sous haute tension, les députés ont validé, par 215 voix pour et 58 contre, l’instauration du passe vaccinal. En plus de la majorité présidentielle, le texte a été voté par une bonne partie des Républicains, malgré quelques dissensions sur le fond.

Si le dernier mot sur la version définitive revenait à l’Assemblée nationale, certaines des modifications proposées par le Sénat, où Les Républicains sont majoritaires, ont néanmoins été retenues par les députés.

En particulier, le passe vaccinal ne s’appliquera finalement qu’aux majeurs de 16 ans, alors que le gouvernement souhaitait initialement y soumettre toutes les personnes de plus de 12 ans.

En revanche, la vérification d’identité par les professionnels de la restauration a été approuvée par l’Assemblée nationale dans le texte adopté en lecture définitive, malgré l’hostilité de l’opposition, qui jugeait cette prérogative comme devant être réservée aux forces de l’ordre. Le gouvernement rétorque qu’il ne s’agit pas d’un contrôle d’identité, étant donné qu’il n’est pas systématique et qu’il n’entraîne ni amende ni sanction.

L’entrée en vigueur du passe vaccinal est envisagée pour les prochains jours, avec du retard par rapport au calendrier prévisionnel du gouvernement. Quand le nouveau dispositif sera effectif, il empêchera les personnes non vaccinées d’accéder aux cafés, restaurants et lieux de loisirs.

(Davide Basso | EURACTIV France)

VIENNE

L’Autriche présentera une loi sur la vaccination obligatoire en février malgré les protestations. En Autriche, la vaccination contre la Covid-19 serait obligatoire à partir de février, conformément à une nouvelle loi présentée dimanche, alors que des manifestations de grande ampleur ont secoué plusieurs villes autrichiennes. Lire la suite (en anglais).

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN

Le gouvernement irlandais s’engage à pratiquer une « tolérance zéro » à l’égard des violences sexistes après le meurtre d’une femme. Le ministre irlandais de la Justice a promis de mettre en place une politique de tolérance zéro à l’égard des violences sexistes après le meurtre d’Ashling Murphy, une enseignante de 23 ans, la semaine dernière. Lire la suite (en anglais).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

STOCKHOLM 

La police suédoise recherche un drone ayant survolé une centrale nucléaire. La police suédoise a déployé des patrouilles et des hélicoptères à la centrale nucléaire de Forsmark pour rechercher un drone de grande taille vu en train de survoler le site vendredi (14 janvier). Jusqu’à présent, ils n’ont pas été en mesure d’identifier l’engin sans pilote. Lire la suite.

(Charles Szumski | EURACTIV.com)

HELSINKI

Fin du débat sur l’OTAN entretenu par les tensions avec la Russie. L’OTAN pourrait prendre une décision en une nuit si la Finlande et la Suède demandaient à devenir membres. C’est ce qu’a déclaré l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, lors d’une interview accordée le 15 janvier à la chaîne de télévision YLE. « Vous pourriez être membre dès le lendemain de votre demande d’adhésion car vous remplissez tous les critères d’adhésion nécessaires », a-t-il ajouté.

Les dirigeants politiques finlandais et suédois ont quant à eux assuré que leur position de neutralité n’a pas changé, que le non-alignement est toujours d’actualité et que des demandes d’adhésion à l’OTAN ne sont pas en préparation.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Selon le Président du Parlement italien, le prochain Président doit faire preuve d’une « haute moralité ». Dimanche, le Président de la Chambre des députés italienne, Roberto Fico, a déclaré sur les plateaux de la Rai3 que le prochain Président devrait faire preuve d’une « haute moralité, adhérer à notre Constitution, à nos principes et à nos valeurs fondamentales, et également être capable de représenter l’Italie sous tous ses aspects ». Lire la suite (en anglais).

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

Pedro Sanchez et Olaf Scholz veulent prendre la tête de la social-démocratie de l’UE. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et le chancelier allemand Olaf Scholz — tous deux socialistes — auraient l’intention de prendre ensemble la tête de la social-démocratie européenne. C’est ce qu’a annoncé M. Sanchez à la veille de la première visite officielle de M. Scholz en Espagne. Lire la suite (en anglais).

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

ATHENES

La Grèce commence à imposer des amendes aux personnes de plus de 60 ans qui ne sont toujours pas vaccinées. Les Grecs de plus de 60 ans qui n’ont pas encore été vaccinés vont commencer à recevoir à partir d’aujourd’hui une amende mensuelle de 100 euros. Le gouvernement a toutefois exclu la possibilité d’une extension la vaccination obligatoire à d’autres tranches d’âge. Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE | PRAGUE

La Pologne refuse de payer les amendes pour la mine de Turów, mais accepte une réduction des montants provenant des fonds européens. Le gouvernement polonais a rejeté l’ordre de la Commission européenne de payer les amendes dues pour ne pas s’être conformé à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne d’arrêter l’activité de la mine de lignite de Turów, qui faisait l’objet d’un conflit entre la Pologne et la République tchèque. Le gouvernement a toutefois accepté de se voir octroyer des montants réduits du budget de l’UE. Lire la suite (en anglais).

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Le président tchèque critique le boycott des Jeux olympiques de Pékin. Le président tchèque Miloš Zeman, réputé pour entretenir de bonnes relations avec les dirigeants chinois et russes, critique le boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver en Chine. Lire la suite (en anglais).

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST 

L’opposition hongroise prévoit de dépenser 3,4 milliards d’euros supplémentaires pour les soins de santé. À l’approche des élections d’avril, le candidat de l’opposition au poste de Premier ministre, Péter Márki-Zay, a promis de dépenser 1 200 milliards de forints supplémentaires pour réformer les soins de santé hongrois en les alignant sur ceux des pays européens. Lire la suite (en anglais).

(Silvia Ellena | EURACTIV.com)


NOUVELLES DES BALKANS

ZAGREB

Selon un ministre croate, aucune prolongation de délai pour le Fonds de solidarité n’a été demandée à la Commission européenne. Le ministre de l’Intérieur Davor Božinović a démenti les médias croates qui affirment que la Commission européenne aurait refusé de prolonger le délai d’utilisation par la Croatie des financements du Fonds de solidarité, précisant qu’il ne comprenait pas ces affirmations puisqu’aucune prolongation de délai n’avait été demandée. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

La Serbie organise un référendum sur les amendements constitutionnels relatifs au système judiciaire. Dimanche, les citoyens serbes se sont prononcés par référendum sur les amendements proposés à la section de la Constitution traitant du système judiciaire. Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

///

Aleksandar Vucic dénonce la décision du tribunal australien contre Novak Đoković et la qualifie de chasse aux sorcières. Dimanche (16 janvier), le Président serbe Aleksandar Vučić a déclaré que la révocation par l’Australie du visa accordé au joueur de tennis Novak Đoković était une décision politique et une chasse aux sorcières, ajoutant que Canberra se rabaissait en agissant de la sorte. Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Aleksandar Vucic demande à Milorad Dodik et à la Republika Srpska de participer aux institutions de l’État. Le président serbe Aleksandar Vučić a appelé le membre serbe de la présidence tripartite de Bosnie-Herzégovine (BiH), Milorad Dodik, et les autorités de la Republika Srpska (entité serbe) à participer aux activités des institutions étatiques communes en BiH et à protéger les intérêts des Serbes. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Le parlement du Kosovo s’oppose à l’organisation d’un référendum constitutionnel serbe au Kosovo. Le Parlement du Kosovo a adopté une résolution contre la tenue d’un référendum constitutionnel serbe au Kosovo, et ce malgré la pression exercée par l’UE pour que cela soit autorisé. Lire la suite (en anglais).

(Barbara Halla | Exit.al)


AGENDA

  • UE : session plénière du Parlement européen à Strasbourg et cérémonie à l’occasion du décès de son président, David Sassoli / Réunion des ministres européens de l’Agriculture et de la Pêche à Bruxelles / Réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) / Rencontre entre le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, et les nouveaux ministres des Finances de l’Allemagne, de l’Autriche, du Luxembourg et des Pays-Bas.
  • Allemagne : la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock se rendra à Kiev, puis à Moscou mardi.
  • France : verdict du procès du candidat d’extrême droite à la présidentielle, Eric Zemmour, accusé d’incitation à la haine raciale.
  • Suisse : le Forum économique mondial (FEM) accueille les sessions virtuelles de l’« Agenda de Davos » / Rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur l’impact de la pandémie.
  • République tchèque : les employés doivent commencer à effectuer des tests antigéniques deux fois par semaine dans le but de lutter contre la Covid-19.
  • Espagne : le Chancelier allemand Olaf Scholz, qui est en visite à Madrid, rencontrera le Premier ministre Pedro Sanchez.
  • Croatie : le ministre des Affaires étrangères Gordan Grlić Radman se rend en Russie et annonce qu’il profitera de sa rencontre avec Sergey Lavrov pour désamorcer les tensions, promouvoir le dialogue et communiquer la position commune de l’UE.
  • Monténégro : Dritan Abazović, vice-premier ministre et président du parti United Reform Action (URA), annonce la formation d’un gouvernement minoritaire pour résoudre la crise politique.
  • Albanie : le président turc Recep Tayyip Erdogan se rendra en Albanie où il s’adressera officiellement au Parlement.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe