Andrej Babiš perd la bataille «  suspecte  » contre le système d’échange de quotas d’émission

M. Babiš est convaincu que les quotas d’émissions sont le principal facteur responsable de la flambée actuelle des prix. [EPA-EFE/MARTIN DIVISEK]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

PRAGUE

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš – soutenu par son homologue hongrois Viktor Orbán – a bloqué les conclusions du Conseil de l’UE (EUCO) de jeudi à tard dans la soirée. Son affaire controversée avec la société Agrofert pourrait en être la raison principale, a appris EURACTIV République tchèque.

M. Babiš est convaincu que les quotas d’émissions sont le principal facteur responsable de la flambée actuelle des prix. Il se battait pour que des changements soient apportés au système d’échange de quotas d’émission (SEQE) afin d’empêcher les capitaux spéculatifs d’acheter des quotas d’émission.

Cependant, la Commission européenne et la grande majorité des États membres de l’UE n’y étaient pas favorables, arguant que les quotas d’émission ne sont pas le principal facteur responsable de la flambée des prix de l’énergie. Ils étaient par ailleurs réticents à envisager une intervention aussi importante.

Après quelques heures, Andrej Babiš a dû faire marche arrière et accepter que la Commission étudie le fonctionnement du marché européen des quotas d’émission et évalue si certains comportements commerciaux nécessitent une action réglementaire supplémentaire.

Les raisons pour lesquelles M. Babiš a tant insisté et menacé de bloquer les conclusions de l’EUCO restent incertaines.

Avant le sommet, Andrej Babiš a déclaré que sa priorité dans le cadre des négociations était l’exonération de la taxe sur l’énergie récemment appliquée par le gouvernement tchèque, bien qu’elle soit contraire à la législation européenne. Cependant, M. Babiš a échoué dans les négocations, et l’EUCO n’a pas soutenu une telle mesure.

S’adressant à EURACTIV République tchèque, des sources proches des discussions de l’EUCO ont exprimé leurs doutes quant à l’intention de M. Babiš d’intervenir dans le système d’échange de quotas d’émission. Elles ont en effet expliqué que la hausse des prix des quotas d’émission affecte directement Agrofert, une société holding qui appartenait autrefois au Premier ministre tchèque.

L’auditeur de la Commission européenne a conclu en avril 2021 que le Premier ministre tchèque se trouve en situation de conflit d’intérêts puisqu’il contrôle toujours la société holding.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

PARIS

L’Assemblée nationale vote un projet de loi pour l’allongement du pass sanitaire jusqu’à cet été.

Les députés ont adopté dans la nuit de mercredi (20 octobre) à jeudi (20 octobre) le projet de loi de « vigilance sanitaire ». Le texte permet notamment, grâce à l’article 2, de prolonger l’utilisation du pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. Et c’est sur ce dernier point que les députés se sont déchirés : l’article 2 a été voté à 74 votes pour et 73 votes contre. 

« Cet article 2 ne prévoit pas d’étendre l’application du pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022 », a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran à l’Assemblée nationale mercredi soir lors des débats. « Il permet de donner la possibilité de le déclencher et de le maintenir si la situation sanitaire l’exige », a-t-il précisé. 

Un argument qui a fait débat même au sein de la majorité. Le député de la République en marche (LREM) Pacôme Rupin, souhaite supprimer le pass sanitaire dès le 15 novembre prochain, le comparant à un « outil dangereux pour nos libertés ». 

Autre point de discorde : un amendement visant à autoriser les chefs d’établissement à savoir si un enfant est vacciné ou non. Selon M. Véran cela faciliterait « l’organisation de campagnes de dépistage et de vaccination et d’organiser des conditions d’enseignement permettant de prévenir les risques de propagation du virus »  afin d’éviter « les fermetures de classe ». 

« Vous ouvrez une brèche impensable dans un secret (médical à l’école) qui doit être conservé », a fustigé le député Les Républicains (LR) Philippe Gosselin soutenu par les autres groupes politiques d’opposition.

Le texte doit maintenant être examiné au Sénat. 

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

Le gouvernement français va investir 650 millions d’euros dans la santé numérique. Le ministre de la Santé et des Solidarités a annoncé lundi 18 octobre un plan d’investissement de 650 millions d’euros, répartis en cinq axes, pour accélérer sa stratégie du numérique en santé, dans le cadre du plan innovation santé 2030. Lire plus.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

BERLIN

Début des discussions sur la coalition allemande. Près d’un mois après les élections fédérales allemandes, les négociations officielles de coalition entre le SPD, les Verts et le FDP ont débuté jeudi (21 octobre), avec l’espoir d’obtenir un accord de coalition d’ici à la fin novembre. Lire plus.

(Alexandra Brzozowski, EURACTIV.com)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

LONDRES

L’agriculture du Pays de Galles risque d’être rendue «  non viable  » par les accords commerciaux post-Brexit. L’industrie de l’agneau au Pays de Galles pourrait devenir «  économiquement non viable  » si les accords commerciaux post-Brexit libéralisent les marchés agricoles et si les «  vannes des importations du monde entier  » sont ouvertes, a déclaré jeudi le président du syndicat national des agriculteurs gallois, John Davies.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN

Les dirigeants observent le centième anniversaire de la division de l’Irlande et de la formation de l’Irlande du Nord. Des responsables se sont réunis jeudi pour marquer le centenaire de la division de l’Irlande en 1921 et de la formation de l’Irlande du Nord. Le ministre irlandais des Affaires étrangères Simon Coveney et le Chief Whip Jack Chambers se sont joints aux dirigeants politiques et religieux à la cathédrale de l’église irlandaise St Patrick à Armagh, en Irlande du Nord, à l’occasion de ce centenaire.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

De nouvelles mesures pour protéger la mer Baltique. Les pays riverains de la mer Baltique ont décidé de renforcer les mesures destinées à assainir l’une des zones maritimes les plus polluées du monde. L’objectif fixé par le plan d’action pour la Baltique (PAB) et la Commission européenne consiste à protéger 30 % de la mer Baltique d’ici à 2030.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Les pharmacies italiennes enregistrent des ventes record de tests COVID-19 en raison des travailleurs non vaccinés. Les données montrent qu’un nombre record de 548 000 personnes ont été testées pour la COVID-19 en Italie mardi, soit le nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie. Cette hausse du nombre de tests est associée au pass sanitaire, qui est désormais obligatoire pour tous les travailleurs des secteurs privé et public du pays depuis le 15 octobre.

(Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

MADRID

Opérations d’évacuation alors que la coulée de lave de La Palma ravage les zones côtières. Une cinquantaine de maisons ont été évacuées jeudi alors qu’une coulée de lave dense s’approche des municipalités de Llanos de Aridane et Tazacorte sur l’île espagnole de La Palma. L’éruption volcanique ne montre aucun signe de stabilisation après plus d’un mois d’activité.

(EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Le Portugal plafonnera les prix des carburants à partir de vendredi. Une loi permettant au gouvernement de limiter les marges dans la commercialisation des carburants, publiée jeudi, entrera en vigueur vendredi (22 octobre).

(Alexandra Noronha, Tiago Almeida | Lusa.pt)

ATHÈNES

L’ancien Premier ministre Georges Papandreou va se présenter à la tête des socialistes grecs. L’ancien Premier ministre grec George Papandreou a annoncé jeudi qu’il se présentera à la tête du «  Mouvement pour le changement  » – le successeur du parti social-démocrate « Pasok  » et membre du groupe socialiste et démocrate au Parlement européen.

(Matthaios Tsimitakis & Dani Vergou | EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD

VARSOVIE

Parlement européen : pas d’argent européen pour le gouvernement polonais. Le Parlement européen a adopté une résolution sévère sur l’état de droit polonais suite au discours du Premier ministre polonais à Strasbourg et dans le contexte de la crise actuelle. Lire plus.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

BUDAPEST 

Les alliés de Viktor Orbán sont bien présents au sein du Parti populaire européen. Le partenaire de coalition junior de Fidesz (KDNP), considéré par beaucoup comme un «  parti satellite  », continue de travailler aux côtés du Parti populaire européen (PPE) conservateur, malgré la rupture des liens avec la famille politique de Viktor Orbán plus tôt cette année.

(Vlad Makszimov | EURACTIV.com)

BRATISLAVA

Le gouvernement slovaque a versé des millions à des sociétés dites « boites aux lettres  » dans le cadre du programme d’aide à la pandémie. Selon l’Institut d’investigation de Ján Kuciak, le gouvernement slovaque a versé environ 24 millions d’euros à des sociétés «  boîtes aux lettres  ». Cet argent était destiné à aider les petites et moyennes entreprises pendant la pandémie.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie va indemniser les entreprises en raison du coût élevé de l’électricité. Les entreprises bulgares recevront une compensation de 55 €/MWh en raison du coût élevé de l’électricité à partir du milieu du mois prochain, a annoncé le gouvernement intérimaire bulgare. L’argent proviendra des bénéfices de la centrale nucléaire de Kozloduy, qui subventionnera les entreprises bulgares à hauteur de 225 millions d’euros.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

Un général de l’armée va former le nouveau gouvernement de la Roumanie. Le président Klaus Iohannis a désigné le ministre de la défense par intérim Nicolae Ciuca pour former le nouveau gouvernement, Dacian Cioloș n’ayant pas obtenu le vote de confiance du Parlement. Lire plus.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

BELGRADE

Le chef de la délégation de l’UE estime que le rapport de la Commission sur la Serbie est prudemment optimiste. Le dernier rapport annuel de la Commission européenne sur les progrès de la Serbie dans le processus d’intégration européenne est prudemment optimiste, a déclaré jeudi le chef de la délégation de l’UE en Serbie, Emanuele Giaufret.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO

Milorad Dodik déclare que l’ambassade des États-Unis cherche à faire de la Bosnie-Herzégovine un «  État musulman  ». L’ambassade des États-Unis à Sarajevo est «  l’épicentre de l’instabilité  » dans le pays et cherche à faire de la Bosnie-Herzégovine un «  État musulman  », a déclaré Milorad Dodik, membre de la présidence serbe. Cette déclaration intervient après la visite à Sarajevo de Gabriel Escobar, secrétaire adjoint américain chargé de superviser la politique à l’égard des pays des Balkans occidentaux, qui a rencontré séparément les membres bosniaques et, semble-t-il, croates de la présidence de Bosnie-Herzégovine, Šefik Džaferović et Željko Komšić.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

Un groupe de 35 Afghans de Macédoine du Nord s’est rendu en Grèce. La Grèce a accepté d’héberger un groupe de 35 Afghans engagés dans la défense des droits de l’homme, ainsi que leurs familles, après un court séjour en Macédoine du Nord voisine, a rapporté AP.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA | BELGRADE

Le Kosovo et la Serbie étudient la question des plaques d’immatriculation. Un groupe de travail Kosovo-Serbie a tenu sa première réunion à Bruxelles, jeudi, dans l’espoir de trouver une solution permanente au conflit des plaques d’immatriculation.

(Alice Taylor | Exit.al)

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe