Tous les Belges n’auront pas accès aux tests de dépistage du COVID-19

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BRUXELLES

Controverse sur les tests sérologiques en Belgique. Dans un arrêté royal du 13 mai, le gouvernement belge interdit aux personnes qui ne répondent pas aux critères de dépistage d’effectuer des tests virologiques ou sérologiques contre le COVID-19. En réponse, l’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) a publié un communiqué dans lequel elle explique qu’« en clair, [un] employeur qui voudrait dépister son personnel […] ou [un] citoyen qui voudrait connaître son statut pour quelque raison que ce soit ne serait pas autorisé à le faire ». Les seules possibilités d’effectuer le test seraient de mentir à son généraliste pour rentrer dans les critères ou aller se faire dépister dans un pays voisin, ajoute l’ABSyM.

L’association accuse Maggie De Block, la ministre de la Santé, d’avoir pris cette décision pour des raisons politiques et non pour éviter une pénurie — une allégation que la ministre a nié en bloc sur Twitter. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Proposition de réduction du salaire minimum. La direction du parti de l’union chrétienne-démocrate (CDU) a dû rapidement abandonner la proposition de certains membres de réduire le salaire minimum. Cette idée, qui avait germé lors d’une réunion du groupe de travail pour l’économie et l’énergie mardi 26 mai, a immédiatement provoqué un tollé dans toute la sphère politique.

La dirigeante du CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, s’y est opposée fermement sur Twitter, en indiquant que « les entreprises ont besoin de marge de manœuvre et de liquidités pour investir », mais cela ne doit pas se faire « sur le dos des salariés ». (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

PARIS

Huit milliards d’euros pour l’industrie automobile. Emmanuel Macron a annoncé un vaste plan de soutien d’un peu plus de huit milliards d’euros à l’industrie automobile du pays lors de sa visite d’une usine d’équipement à Étaples, dans le Pas-de-Calais, le 26 mai. Le président français y a annoncé l’objectif de « faire de la France la première nation productrice de véhicules propres en Europe en portant à plus d’un million par an sous cinq ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides ». (Euractiv France)

LONDRES

La saga Cummings continue. Le non-respect des mesures sanitaires de Dominic Cummings, le conseiller principal du Premier ministre britannique, Boris Johnson, continue de déchaîner les passions, alors que le gouvernement est en train de perdre rapidement le soutien des citoyens.

Près de quarante législateurs conservateurs ont demandé au conseiller de quitter le pouvoir et mardi matin, Douglas Ross, un ministre de second rang du gouvernement, a démissionné en déclarant que la grande majorité de la population, qui a suivi les directives du gouvernement, ne validait pas l’interprétation de Dominic Cummings des dispositions. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

HELSINKI

L’achat d’avions de chasse divise le gouvernement. Le gouvernement finlandais, une coalition de cinq partis, est de plus en plus divisé sur l’achat de nouveaux avions de chasse. Avec l’approche d’une récession et les coupes budgétaires prévues, la pression de l’opinion publique pour reporter le remplacement des Hornets actuels ou en acheter moins que prévu ne cesse de croître. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

ROME

Pas de jugement pour Matteo Salvini. L’ancien ministre de l’Intérieur et chef de la Lega, Matteo Salvini, ne sera pas jugé pour l’« enlèvement » présumé de 161 migrants en août 2019, après que le comité d’immunité du Sénat a voté contre la levée de l’immunité de l’homme politique hier. L’affaire va maintenant être examinée par l’ensemble du Sénat, qui prendra une décision finale. (Alessandro Follis | Euractiv Italie)

MADRID

Un air de liberté. Lundi 25 mai, après plus de deux mois de confinement strict, les Madrilènes ont pu retrouver leurs proches qui vivent dans d’autres foyers, par groupes de dix personnes maximum, alors que la ville entamait la première des quatre étapes d’assouplissement des restrictions. Les restaurants, cafés et bars de la ville ont également pu rouvrir leurs terrasses. (Jake Threadgould | Euroefe)

LISBONNE

Plan de soutien financier. Les partis politiques portugais réclament un soutien accru aux entreprises et une augmentation des salaires en réponse à la crise provoquée par le COVID-19. Le gouvernement doit présenter une proposition de budget supplémentaire incluant un ensemble d’investissements dans différents domaines au Parlement.

Le Premier ministre portugais, António Costa, avait déjà annoncé que le programme de « stabilisation sociale et économique » du pays devait comporter quatre piliers. Ce plan vise à « débureaucratiser » les municipalités et les entreprises ; à investir dans les sociétés ; dans l’emploi ; et à répondre à la dimension sociale de la crise, renforcer le système de santé public et l’enseignement. (Francisca Matos | Lusa.pt)

BUDAPEST

Violation de la liberté d’expression. Mardi, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a conclu que la Hongrie avait violé la liberté d’expression en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme lorsque le président du Parlement et député Fidesz László Kövér a interdit indéfiniment à un certain nombre de journalistes l’accès à l’institution hongroise en 2016. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv Hongrie)

VARSOVIE

Le plan de relance franco-allemand pourrait coûter cher à la Pologne. Selon les calculs de Bloomberg et du Centre pour la recherche européenne en économie de Mannheim, la Pologne pourrait contribuer à hauteur de 2,3 à 4,5 milliards d’euros au cours des prochaines années au plan de relance de 500 milliards proposé par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron. Cela représente entre 0,4 et 0,8 % de son PIB net. (Mateusz Kucharczyk | Euractiv Pologne)

BUCAREST

Annulation d’un accord nucléaire avec une entreprise chinoise. Le gouvernement roumain a demandé au fournisseur d’énergie publique Nuclearelectrica de mettre fin à son partenariat avec la China General Nuclear Power Corporation, au travers duquel les entreprises comptaient construire deux nouveaux réacteurs dans l’unique centrale nucléaire du pays, à Cernavoda. Nuclearelectrica, qui exploite déjà deux réacteurs de 700 mégawatts dans cette centrale, examinera les possibilités de poursuivre le projet d’ouverture de deux autres réacteurs. (Bogdan Neagu | Euractiv Roumanie)

PODGORICA

Le Monténégro fait la cour aux touristes. Moins de deux mois après avoir détecté le premier cas de coronavirus sur son territoire, le Monténégro est le premier pays d’Europe à ne plus enregistrer aucun cas de COVID-19 — une réussite qui, espère le petit État de l’Adriatique, attirera les touristes cet été. (Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER