Belgrade suspend ses activités militaires, en raison de la pression accrue de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

BELGRADE

Suspension des activités militaires. La Serbie suspend ses activités militaires en raison des « horribles » pressions exercée par l’UE. Le gouvernement serbe a décidé de suspendre tous les exercices et activités militaires avec tous ses partenaires pour les six prochains mois afin de préserver sa position de neutralité militaire, a annoncé le ministère serbe de la Défense mercredi 9 septembre, un jour seulement avant le début de l’exercice « Slavic Brotherhood 2020 » organisé par le Belarus. (Euractiv Serbie)

BERLIN

Olaf Scholz interrogé sur l’affaire Warburg. Le ministre des Finances et candidat chancelier des sociaux-démocrates (SPD), Olaf Scholz, a été interrogé mercredi (9 septembre) sur ses rencontres avec un cadre de banque impliqué dans le plus grand scandale de fraude fiscale en Allemagne, alors qu’il était maire de Hambourg.

Les membres de l’opposition ont accusé M. Scholz d’avoir menti sur ses rencontres avec Christian Olearius, le directeur de la banque MM Warburg, qui faisait l’objet d’une enquête au moment de leur entrevue en 2016. Le candidat chancelier s’est défendu en déclarant que « la question n’est pas de savoir si nous nous rencontrons, mais si nous nous laissons influencer ». Je tiens à dire que je peux être très têtu ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS | OSLO

1982, l’attentat de la rue des Rosiers. Alors que le procès de l’attentat de Charlie Hebdo est en cours, c’est une autre affaire d’attentat qui progresse. Le 9 août 1982, un attentat visant la communauté juive avait été perpétré dans le IVe arrondissement de Paris. L’attaque avait fait six morts et 22 blessés. La France demande depuis 2015 l’extradition de Walid Abdulrahman Abou Zayed, établi en Norvège depuis 1991, et de trois autres suspects, installés en Jordanie et en Cisjordanie.

Alors que la Norvège n’avait pas jamais donné suite à cette requête, la police antiterroriste du pays (PST) a indiqué mercredi (9 septembre) avoir procédé à une arrestation en lien avec cette affaire. « Nous pouvons confirmer que la PST a arrêté un homme à Skien (sud de la Norvège) aujourd’hui (…) sur un mandat d’arrêt européen émis par les autorités françaises », a déclaré Annett Aamodt, porte-parole de cette police. « Une demande d’extradition a été émise par les autorités françaises, elle va être examinée soigneusement pour voir si les conditions sont réunies », a-t-elle ajouté.

L’homme, âgé d’une soixantaine d’années et aujourd’hui naturalisé norvégien, nie son implication, affirmant qu’« il y a erreur sur la personne ». « Mon mari n’a jamais tué personne. Il n’a jamais été en France », avait déclaré son épouse à l’AFP en 2015. Jamais revendiqué, l’attentat avait été attribué à l’époque au Fatah-Conseil révolutionnaire d’Abou Nidal, un groupe palestinien dissident de l’Organisation de libération de la Palestine, responsable de plusieurs attentats dans les années 1970 et 1980. (Anne Damiani, Euractiv France)

BRUXELLES

Un Belge sur quatre veut diviser son pays. Environ 28 % des Flamands sont favorables à une division du pays en régions, comme 18 % des Wallons et 17 % des Bruxellois, selon un récent sondage mené par l’Institut Dedicated pour Soir Mag.

Plus de la moitié des personnes interrogées estime qu’il ne sera pas possible de maintenir le pays unifié, 58 % des Wallons et 56 % des Flamands, et Bruxelles (46 %) s’attendant à une rupture dans le futur. 48 % des personnes interrogées sont favorables à un statu quo, tandis que 45 % opteraient pour le confédéralisme. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Le taux de contamination est revenu au niveau d’avril. Alors que l’Autriche a enregistré 563 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures et près de 600 nouvelles infections la veille, le taux de contamination quotidien du pays a atteint un niveau qui n’avait plus été observé depuis avril.

« Personnellement, je trouve ces chiffres trop élevés », a déclaré le ministre autrichien de la Santé, Rudolf Anschober. Vienne et le Tyrol enregistrent le nombre de cas le plus haut. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

ATHÈNES

Dialogue avec la Turquie ou sanctions. « Si la Turquie refuse de faire preuve de bon sens d’ici au prochain sommet européen ce 24 septembre, je ne vois pas d’autre option pour mes homologues européens que d’imposer des sanctions significatives », a écrit le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis dans une opinion relayée par plusieurs médias européens.

« Parce qu’il ne s’agit plus seulement de solidarité européenne. Il s’agit de reconnaître que des intérêts vitaux — des intérêts stratégiques européens — sont désormais en jeu. Si l’Europe veut exercer un véritable pouvoir géopolitique, elle ne peut tout simplement pas se permettre d’apaiser une Turquie belligérante », a-t-il ajouté. (Euractiv.com)

PRAGUE

Prague, ville à haut risque. La capitale tchèque a été placée sur la liste des villes à haut risque après un pic de Covid-19. La Belgique et l’Allemagne ont décidé mercredi (9 septembre) de placer Prague sur leur liste des régions à haut risque après que le nombre de cas quotidiens de COVID-19 a dépassé le cap des 1 000 pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Le même jour, le ministre tchèque de la Santé, Adam Vojtěch, a annoncé la réintroduction, à l’échelle nationale, de l’obligation de porter un masque dans les espaces intérieurs, sauf dans les salles de classe. Toutefois, aucune mesure économique visant à freiner la propagation du virus ne sera reprise, car le pays ne peut pas se les permettre, a déclaré le Premier ministre Andrej Babiš. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER