La Hongrie passe les voyages de ses journalistes au peigne fin

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUDAPEST

Dans une lettre datée du 2 juin, József Magyar, secrétaire d’État adjoint pour le développement des affaires européennes au ministère des Affaires étrangères et du Commerce, appelle les ambassades hongroises dans l’UE à fournir à Budapest des informations sur les visites professionnelles de journalistes hongrois dans le bloc, indique Telex.

La missive, vue par Telex, demande aux ambassades si elles savaient que le pays hôte organisait des visites professionnelles, des formations et des voyages de recherche pour les journalistes hongrois. Dans l’affirmative, elle les invite à signaler les dates et les parties prenantes aux voyages.

Pourquoi cette liste est-elle nécessaire et à quelles fins les informations y figurant seront-elles utilisées ? Le ministère des Affaires étrangères répond : « Pour remplir son mandat, [le ministère] fait tout ce qui est en son pouvoir contre l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures hongroises. L’expérience a montré que les organisations Soros avaient notamment tendance à être derrière de telles attaques ». (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

INSTITUTIONS EUROPÉENNES

Retrait des navires turcs pour entamer le dialogue. L’UE souhaite que tous les navires de forage et de guerre turcs quittent la Grèce et Chypre afin que le dialogue puisse être amorcé, a déclaré une source européenne avant la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE organisée aujourd’hui (21 septembre). (Euractiv.com)

Pas de progrès dans les négociations du budget à long terme de l’UE. Les États membres de l’UE et le Parlement européen sont restés divisés vendredi (18 septembre) sur l’augmentation ou non du cadre financier pluriannuel (CFP). Les tentatives visant à parvenir rapidement à un accord sur le plan de relance s’enlisent. (Euractiv.com)

BERLIN

Manifestation nationale en faveur de l’accueil des réfugiés. Au cours du week-end, des milliers de personnes en Allemagne ont manifesté contre le traitement des réfugiés en Grèce, demandant au gouvernement de reloger tous les habitants du camp de Moria, en utilisant le slogan « Nous avons de la place » (Wir haben Platz). En réponse à l’incendie qui a détruit le camp, la grande coalition allemande (Groko) a promis d’accepter 1 553 personnes supplémentaires sur les 12 000 que compte le camp de Moria. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le protocole Covid-19 doit être assoupli dans les écoles. Le ministère de l’Éducation a annoncé que les règles concernant les cas contacts seront allégées dans les écoles maternelles et élémentaires à partir de mardi (22 septembre). Lorsqu’un enfant est testé positif, il doit certes être isolé sept jours chez lui, mais les élèves de sa classe doivent pouvoir continuer à aller normalement à l’école, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Le protocole d’identification des personnes cas contacts, leur isolement éventuel, la fermeture possible de classes, voire d’écoles, sera toutefois appliqué lorsque qu’il y aura au moins trois cas confirmés dans la même classe », a déclaré le ministère. (Anne Damiani, Euractiv France)

VIENNE

De nouveaux hélicoptères militaires en provenance d’Italie. L’Autriche va acheter 18 hélicoptères pour 300 millions d’euros à la société italienne Leonardo afin de remplacer certaines de ses machines construites dans les années 1960, ce qui constitue la plus grosse opération de ce type depuis l’acquisition des avions de combat Eurofighter d’Airbus en 2001.

Selon plusieurs médias, le premier lot d’hélicoptères devrait arriver sur le sol autrichien à la mi-2022, mais le ministère de la Défense du pays n’a pas encore confirmé officiellement l’accord. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Des amendes salées pour les infractions aux restrictions liées au Covid-19. Le gouvernement augmente les amendes pour ceux qui enfreignent les règles de confinement et de bulle sociale dans le but de forcer les gens à les respecter. Des amendes allant jusqu’à 10 000 £ et la création d’un casier judiciaire seront infligées à ceux qui transgressent de manière répétée les règles de quarantaine. Entre-temps, les scientifiques ont averti que le Royaume-Uni se trouvait à un « point critique » dans sa deuxième vague de Covid-19 et Londres pourrait être la prochaine grande ville à se voir imposer de nouveaux couvre-feux. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Les Italiens votent pour réduire le nombre de membres du Parlement. Depuis hier, les Italiens votent un amendement constitutionnel visant à réduire le nombre de parlementaires de 630 à 400 à la Chambre des députés et de 315 à 200 au Sénat.

La proposition a été incluse dans l’accord entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles (M5S) en 2018, lorsque le premier gouvernement présidé par le Premier ministre Giuseppe Conte a été formé. Elle a ensuite été confirmée au cours de l’établissement du gouvernement Conte II, soutenu par le M5S et le Parti démocrate. Une tentative similaire avait déjà été lancée par l’ancien Premier ministre Matteo Renzi en 2016, mais la décision de ne pas réduire le nombre de députés avait alors prévalu, forçant M. Renzi a démissionné. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

LISBONNE

Un plan Covid-19 automne/hiver. Les autorités sanitaires portugaises présenteront cette semaine un plan coronavirus pour la période automne/hiver, a déclaré le Premier ministre Antonio Costa lors d’une conférence de presse vendredi, après une réunion de deux heures du bureau de crise qui suit l’évolution de la pandémie au Portugal. Le Premier ministre a également appelé au respect des règles de prévention déjà en vigueur.

Si la tendance à l’augmentation des nouvelles contaminations se poursuit, nous pourrions atteindre 1 000 cas par jour cette semaine, a déclaré M. Costa. « Nous devons arrêter cette tendance. Nous ne pouvons pas arrêter le pays », a-t-il ajouté. (Pedro Morais Fonseca, Lusa.pt)

VARSOVIE

Les zones polonaises sans LGBT. Les municipalités polonaises qui ont adopté des résolutions sur les « zones sans LGBT » ne recevront pas d’argent des fonds norvégiens, a informé Oslo. L’allocation des fonds a déjà fait l’objet d’un litige entre les deux pays.

Il s’agit d’une aide non remboursable fournie à une douzaine de pays d’Europe centrale et du Sud et aux États baltes, dont la Pologne est le principal bénéficiaire.

L’objectif principal des fonds est de réduire les différences économiques et sociales au sein de l’Espace économique européen (EEE) et de renforcer les relations bilatérales entre les pays donateurs et les pays bénéficiaires. (Aleksandra Krzysztoszek, Euractiv Pologne)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER