Budget de l’UE : la pression monte sur Varsovie et Budapest

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l'info à travers l'Europe. [EPA/FRANCOIS LENOIR]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VARSOVIE | BUDAPEST | LJUBLJANA

Plus de solidarité. Les ambassadeurs français et allemand à Varsovie, Frédéric Billet et Arndt Freytag von Loringhoven, ont appelé les pays de l’UE à faire preuve de solidarité pendant la pandémie de Covid-19 dans un message commun au gouvernement polonais publié lundi (23 novembre) par le quotidien Rzeczpospolita. Le message faisait également référence au nouveau budget septennal de l’UE, que la Pologne et la Hongrie ont bloqué.

Ces deux pays font l’objet d’une enquête européenne pour atteinte à l’indépendance des tribunaux, des médias et des organisations non gouvernementales. Les conditions du plan de relance étant en place, Varsovie et Budapest risquent de perdre l’accès aux aides financières en raison de leurs lacunes de l’État de droit.

La semaine dernière, les dirigeants européens ont décidé, lors d’un sommet virtuel, d’accorder plus de temps pour parvenir à un accord.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki rencontrera son homologue hongrois Viktor Orbán à Budapest jeudi (26 novembre) pour discuter de leur veto imposé sur le cadre financier pluriannuel (CFP) du bloc et le plan de relance pour l’UE, a déclaré un porte-parole du gouvernement polonais.

Il semble que Budapest et Varsovie resteront fermes dans leur position, qui est également ouvertement soutenue par la Slovénie. (Aleksandra Krzysztoszek, Euractiv Pologne | Alexandra Brzozowski, Euractiv.com | Zeljko Trkanjec, Euractiv Bulgarie)

BERLIN

Le commissaire à l’antisémitisme condamne le mouvement anti-Covid-19. Récemment, des commentaires prononcés par des « covid-sceptiques », se comparant à Anne Frank ou à la militante antinazie Sophie Scholl, ont suscité l’indignation en Allemagne.

Le commissaire du gouvernement allemand chargé de l’antisémitisme, Felix Klein, a exprimé de vives critiques à cet égard lors d’un entretien mardi (24 novembre) avec Redaktionsnetzwerk Deutschland (RND), indiquant que « celui ou celle qui connaît quelque peu l’histoire d’Anne Frank et de Sophie Scholl ne fera pas de banalisations aussi grossières ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le plus dur est passé. « Le pic de la seconde vague de l’épidémie est passé. (…) Nos efforts, vos efforts ont payé », a déclaré le président de la République Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée mardi (24 novembre) au soir. Le chef de l’État a toutefois précisé que le télétravail devra continuer à être privilégié et les réunions privées, les rassemblements familiaux et tous les déplacements « non nécessaires » évités. (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

BRUXELLES

Les magasins toujours fermés. Après l’annonce d’un déconfinement progressif en France par le président Emmanuel Macron, déclarant que tous les magasins de l’Hexagone pourraient rouvrir à partir de samedi (28 novembre), une décision également prise par tous les pays voisins, la pression sur le secteur belge du commerce de détail augmente, a averti la fédération du commerce Comeos. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

L’Autriche révèle sa stratégie de vaccination. Le ministre autrichien de la Santé, Rudolf Anschober (Verts), a présenté mardi (24 novembre) les premières étapes de la stratégie de vaccination du pays contre le nouveau coronavirus. À partir de janvier, les habitants et les employés des maisons de repos seront les premiers à être traités, suivis des patients et du personnel des hôpitaux.

Dans la deuxième phase, qui débutera en février ou mars, les personnes de plus de 65 ans et les travailleurs essentiels, tels que les policiers, les caissiers des épiceries ou les enseignants, seront les suivants. Ce n’est que plus tard au printemps que le reste de la population aura accès aux vaccins. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LUXEMBOURG

Les producteurs de biscuits, condamnés à une amende de 3,35 millions d’euros. Les producteurs de biscuits Bahlsen et trois de leurs revendeurs luxembourgeois Cactus, Auchan et Delhaize, se sont accordés sur le prix des gâteaux, biscuits, noix et chips entre 2011 et 2015, comme l’indique le jugement du Conseil de la concurrence luxembourgeois. Bien que Bahlsen, qui a partiellement reconnu les faits, devra payer un total de 1,5 million d’euros, les trois détaillants devront payer 1,85 million d’euros.

Cactus devra payer 75 % de l’amende infligée aux trois détaillants, une sanction plus élevée, car il a « atteint un volume de ventes au Luxembourg bien supérieur à celui d’Auchan et de Delhaize pour les produits et les années en cause ». (Anne Damiani, Euractiv.com)

LONDRES

Coupes budgétaires dans l’aide au développement. Les ministres de Boris Johnson préparent de nouvelles lois qui réduiront les dépenses d’aide du Royaume-Uni l’année prochaine à seulement 0,5 % du revenu national, alors que l’objectif juridiquement contraignant est de 0,7 %. S’agit-il d’une réduction permanente ou d’une mesure à court terme prise dans le cadre de la pandémie de Covid-19 ? La question reste ouverte. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

L’entreprise irlandaise TULSA est « encore loin » de respecter pleinement le RGPD. Le directeur de l’agence irlandaise pour l’enfance et la famille TULSA a déclaré que l’organisation était encore « loin » de respecter pleinement le RGPD, à la suite d’une série de violations de données très médiatisées en début d’année. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

HELSINKI | STOCKHOLM | OSLO | COPENHAGUE

Le développement durable, un sujet oublié dans les pays nordiques ? Selon une étude réalisée par Gapminder, une association indépendante à but non lucratif, les Suédois, les Finlandais, les Danois et les Norvégiens ont obtenu une mauvaise réponse sur quatre à 18 questions factuelles liées aux objectifs de développement durable des Nations unies. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

VILNIUS

Contre la légalisation du télétravail. Le parlement lituanien nouvellement élu a rejeté les amendements visant à légaliser le télétravail, tandis que tout un groupe de partis de la nouvelle coalition au pouvoir a dû s’isoler après avoir été en contact avec des personnes contaminées par le SARS-CoV-2, et n’a donc pas pu voter. (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

ROME

Des mesures coordonnées à l’échelle européenne pour Noël. Une approche européenne coordonnée des mesures à appliquer dans l’ensemble du bloc pendant la période de Noël est en cours de discussion, a confirmé le Premier ministre italien Giuseppe Conte après un échange avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

Le nouveau plan de santé pour un « Noël en toute sécurité ». Le gouvernement socialiste espagnol a approuvé un plan national de santé visant à garantir un « Noël sans danger » pour tous, qui sera présenté aux autorités régionales espagnoles mercredi (25 novembre) pour discussion et approbation finale. (Euroefe)

ATHÈNES

Plus d’unités de soins intensifs, plus de décès : un ministre grec provoque une vague de réactions. Le ministre d’État grec George Gerapetritis a déclenché de vives réactions après avoir déclaré qu’un nombre accru d’unités de soins intensifs (USI) causerait plus de décès. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

PRAGUE

Le Premier ministre tchèque rejette les réductions des dépenses de défense. Le gouvernement du Premier ministre tchèque Andrej Babiš propose d’augmenter les dépenses de défense à 1,46 % du PIB du pays dans le budget prévu pour 2021, a déclaré le Premier ministre aux forces armées tchèques, rejetant ainsi tous les efforts – notamment du parti communiste – visant à réduire les dépenses dans ce domaine. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

Les alliés slovaques de Viktor Orban expriment leur soutien. Un groupe de Hongrois de Slovaquie a publié une déclaration soutenant la position hongroise et polonaise sur l’État de droit – la principale raison pour les deux États membres d’imposer leur veto au budget de l’UE et au plan de relance pour l’Europe. (Zuzana Gabrizova, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer