Belgrade proteste contre le couvre-feu sanitaire

[EPA-EFE/KOCA SULEJMANOVIC]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BELGRADE

Manifestations contre les mesures sanitaires. Après l’annonce d’un couvre-feu à Belgrade pour lutter contre le coronavirus, un groupe de partisans de l’opposition politique a pris d’assaut le bâtiment du Parlement dans la capitale serbe mardi 7 juillet pour protester les mesures sanitaires.

Belgrade sera soumise à un couvre-feu du 10 au 13 juillet, et tous les rassemblements de plus de cinq personnes seront interdits à partir de ce mercredi 8 juillet, étant donné la situation « alarmante » dans la capitale, a annoncé mardi le président serbe, Aleksandar Vučić. « Belgrade est dans une situation critique et la situation est grave dans quatre autres villes », a-t-il déclaré, en signalant que les hôpitaux de la capitale étaient presque pleins. (Vladimir Tintor | Euractiv Serbie)

BRUXELLES

Préservation de l’État de droit dans le cadre du budget à long terme. Mardi, Renew Europe, le groupe libéral du Parlement européen, a présenté un document sur la manière dont la Commission devrait gérer les fonds de l’UE. Le groupe politique souhaite que les principes de la démocratie, des droits fondamentaux et de l’État de droit sous-tendent les mesures de solidarité de l’UE et le financement conjoint de projets. Dans un communiqué de presse, Renew Europe note le « recul de l’État de droit et les attaques contre les institutions démocratiques, notamment en Pologne et en Hongrie » et veut donc s’assurer que les citoyens européens, et non les gouvernements, bénéficient directement des fonds de l’UE. (Euractiv.com)

Par ailleurs, en Belgique, les ministres de la Santé se réuniront à nouveau ce matin pour discuter de l’autosurveillance et du dépistage des voyageurs qui ont séjourné dans une région à haut risque à l’étranger. Ils avaient déjà donné leur accord de principe mardi, mais ne s’étaient pas encore accordés sur la manière dont les mesures pourraient être appliquées, car l’isolement et les tests ne sont pas encore légalement requis. Les gouvernements régionaux comme la Flandre et la Wallonie font pression pour rendre cette obligation juridiquement contraignante. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Les mesures sanitaires sont-elles adaptées ? Les libéraux démocrates allemands (FDP) veulent que toutes les dispositions sanitaires de l’Allemagne soient étudiées afin de déterminer si elles sont adaptées à la situation épidémiologique. Cette décision fait suite à l’annulation des mesures de restriction par un tribunal administratif à Gütersloh, lundi 6 juillet. La révision pourrait inclure l’obligation de porter un masque dans les magasins et les transports publics, qui a récemment été remise en question. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

VIENNE

La Haute-Autriche réintroduit les masques. Le gouvernement régional de Haute-Autriche a décidé de rendre le port du masque obligatoire dans les espaces publics, comme les magasins et les restaurants, après que la mesure a été levée dans tout le pays à la mi-juin. En cause, la forte hausse des cas de COVID-19 dans la région la semaine dernière, principalement dans des abattoirs. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

PARIS

Fonds supplémentaires pour les travailleurs de la santé. Le nouveau Premier ministre français, Jean Castex, a décidé d’augmenter le financement du secteur sanitaire après l’échec, la semaine dernière, du « Ségur de la santé ». Olivier Véran, le ministre de la Santé, avait déjà augmenté le budget de 6,4 milliards d’euros, somme que les syndicats avaient jugée insuffisante. Le Premier ministre a donc décidé de faire un geste envers les travailleurs du domaine, qui font grève depuis des années, et a décidé d’ajouter les « questions d’emploi » à l’ordre du jour des négociations. (Anne Damiani | Euractiv France)

LUXEMBOURG

Soutien financier aux étudiants. L’Université du Luxembourg a créé un Service d’aide et de soutien étudiant pour les universitaires qui peinent à joindre les deux bouts à cause de la crise actuelle. Le ministre de l’Éducation, Claude Meisch, a annoncé mardi que parmi les quatre-vingts demandes reçues, « une cinquantaine » avait été acceptée ». Chacun de ces étudiants recevra une somme de 1100 euros de la part de l’université, qui a également créé une plate-forme en ligne pour offrir un soutien psychologique à ses élèves. (Anne Damiani | Euractiv.com)

LONDRES

L’emploi des jeunes au centre du nouveau plan de relance. Dans le cadre d’un plan de redressement à deux milliards de livres sterling, le gouvernement britannique subventionnera des stages de six mois pour les personnes âgées de 16 à 24 ans, qui risquent de se retrouver au chômage de longue durée. Le Royaume-Uni tente ainsi d’augmenter les offres d’emploi pour les jeunes. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

ROME

Impact du confinement sur le revenu. « Plus de la moitié de la population a subi une baisse du revenu familial avec les mesures de confinement et l’impact a été particulièrement important sur les travailleurs indépendants », selon une étude menée par la Banque d’Italie, qui a interrogé des familles du pays entre avril et mai. Le rapport révèle aussi que près d’un tiers des familles italiennes ne pourront partir en vacances. (Alessandro Follis | Euractiv Italie)

MADRID

Montée en flèche du taux de chômage. D’après l’OCDE, le chômage en Espagne atteindra 20 % si une nouvelle vague du COVID-19 frappe le pays. Le taux de chômage passerait d’environ 14 % à la fin de l’année 2019 à 19,2 % à la fin de cette année, selon le scénario le plus probable, mais pourrait finalement monter en flèche pour atteindre 20,1 % en cas de deuxième épidémie. (Euroefe)

LISBONNE

Accord pour déjouer les prévisions économiques. Les Premiers ministres du Portugal et de l’Italie ont déclaré mardi que la dégradation des prévisions économiques publiées par la Commission nécessitait un accord entre les 27 États membres lors de la prochaine réunion du Conseil européen.

Les estimations ont été revues à la baisse partout en Europe, en particulier au Portugal, a déclaré le Premier ministre portugais, António Costa. « Nous sommes maintenant un dixième en dessous de la moyenne européenne », a-t-il indiqué. Et d’ajouter que son gouvernement « a l’habitude de travailler contre les prévisions — et c’est ce qui sera fait ». (Pedro Morais Fonseca | Lusa.pt)

BRATISLAVA

La Slovaquie cède à la pression de la Commission. Le gouvernement slovaque est convaincu qu’il trouvera un terrain d’entente avec l’exécutif européen à propos de la lettre de mise en demeure relative aux restrictions dans le secteur de la distribution alimentaire.

Selon la Commission, les mesures slovaques, comme un quota obligatoire de produits nationaux dans les publicités, créent des conditions plus avantageuses pour les aliments du pays et restreignent la liberté des détaillants de décider de leur assortiment et de l’agencement de leurs surfaces de vente. Le gouvernement a déjà approuvé les modifications législatives nécessaires, qui devraient être adoptées prochainement par le Parlement. (Zuzana Gabrižová | Euractiv Slovaquie)

LJUBLJANA

Procès slovène. Jeudi 9 juillet, le Premier ministre slovène, Janez Janša, discutera avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, du procès que l’exécutif a déposé contre la Slovénie en 2019. Le pays avait été traduit en justice pour avoir collecté des données de la Banque centrale européenne (BCE) au cours d’une enquête menée en 2016 sur un précédent renflouement de son système bancaire, enfreignant ainsi « l’inviolabilité des archives de la BCE ». (Zoran Radosavljević | Euractiv.com)

BUCAREST

Environ un quart des mères adolescentes de l’UE sont roumaines. Près d’un quart des mères mineures d’Europe vivent en Roumanie, selon l’organisation humanitaire Save the Children. Rien qu’en 2018, plus de 8 600 jeunes Roumaines sont devenues mères avant l’âge de 18 ans, dont 725 avant l’âge de 15 ans, a déclaré l’ONG, citant des données d’Eurostat. Deux tiers de ces jeunes mamans ont abandonné l’école avant de tomber enceintes et 2 % n’ont eu aucune interaction avec les services sociaux. (Bogdan Neagu | Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER