De nouveaux cas de coronavirus poussent certaines villes d’Europe à se reconfiner

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BERLIN | ATHÈNES | SOFIA | LJUBLJANA

Nouvelle vague. Un certain nombre de villes européennes ont à nouveau imposé des mesures de restriction après que de nouveaux cas de COVID-19 sont apparus ces derniers jours. En Allemagne, un porte-parole du district de Gütersloh en Rhénanie du Nord-Westphalie a annoncé mercredi 17 juin que les écoles et les garderies locales fermeraient pour ralentir la propagation du virus à la suite d’une nouvelle vague dans la région, qui a débuté dans une usine de conditionnement de la viande. Les écoles resteront fermées jusqu’au début des vacances d’été, le 29 juin. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

Dans le nord de la Grèce, tous les habitants de la communauté d’Echinos à Xanthi ont été mis en quarantaine stricte pendant sept jours afin d’éviter la propagation du Covid-19. 73 nouveaux cas et 4 décès ont été signalés dans la région ces derniers jours. Cette hausse, qui pourrait être problématique peu de temps avant la saison estivale, a soulevé des questions au sein du gouvernement grec. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

En Slovénie, le chef du comité de gestion du coronavirus auprès du Ministère de la Santé a demandé que des contrôles stricts soient immédiatement réimposés aux frontières, après qu’une augmentation des nouvelles infections a été enregistrée à l’étranger. (Zoran Radosavljević | Euractiv.com)

La Bulgarie a elle aussi enregistré un nombre record de cas de COVID-19 mercredi : au cours des 24 dernières heures, 112 nouvelles infections ont été recensées, ce qui porte le nombre total de malades confirmés à 3453. Au moins 35 personnes de la région de Shumen ont contracté le virus à cause de la négligence d’un auxiliaire médical. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BRUXELLES

Clarifications sur l’opération IRINI. Le bureau de presse d’IRINI a mené une séance de questions-réponses avec la presse sur la situation de l’opération militaire de l’UE en Méditerranée. Les responsables ont abordé l’incident du 10 juin avec une frégate grecque, et ont indiqué s’être entretenus avec l’OTAN sur un possible accord de coopération.

En outre, en Belgique, la Chambre a approuvé la création d’une commission parlementaire consacrée au passé colonial belge au Congo. À l’exception du Vlaams Belang d’extrême droite, tous les partis politiques représentés au Parlement ont approuvé cette décision. La commission entamera ses travaux après les vacances d’été. Certains jugent que l’actuel roi Philippe devrait présenter ses excuses au peuple congolais au nom de la Belgique. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

PARIS

Pesticides dans l’eau du robinet. Selon l’ONG Future Generations, qui fait campagne contre les pesticides utilisés dans l’agriculture, l’eau du robinet en France contiendrait des traces de pesticides et des perturbateurs endocriniens. L’ONG a passé en revue un total de 273 500 analyses d’eau courante effectuées par les Agences régionales de santé, et en a retenu 8835 qui « ont révélé la présence d’au moins un résidu de pesticides au-delà des limites de quantification ». Mais d’après les autorités, cela ne remet pas en cause la qualité de l’eau. (Euractiv France)

VIENNE

Impôt sur la fortune pour payer la dette sanitaire. Mardi 16 juin, le vice-chancelier autrichien, Werner Kogler (Verts) a déclaré qu’un impôt sur la fortune serait « bien évidemment » imposé aux millionnaires « au cours de ce trimestre » pour relancer l’économie nationale post-coronavirus. Il avait déjà lancé l’idée en avril dernier, mais s’était rapidement rétracté parce que le gouvernement souhaitait se concentrer sur les mesures d’urgence pour faire face à la pandémie. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

ROME

Débat sur le Fonds de relance de l’UE. Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a abordé l’instrument de l’UE pour la relance, « Next Generation EU », au Parlement national hier, en amont du Conseil européen de ce vendredi 19 juin. « Les positions des États membres sont encore éloignées sur plusieurs points malgré les progrès de ces derniers mois », a déclaré le Premier ministre à la Chambre basse, appelant à un « esprit de cohésion » au niveau national. (Valentina Iorio | Euractiv Italie)

MADRID

La relance a commencé. La ministre espagnole de l’Économie, Nadia Calviño, a répondu aux questions des députés mercredi. Elle a souligné que la phase de reprise de l’économie locale avait déjà commencé. Même si l’avenir sera « extrêmement incertain », a-t-elle déclaré, l’Espagne connaîtra une forte baisse de son activité cette année, une relance au second semestre et une hausse de 6,8 % du PIB l’année prochaine, selon les prévisions du gouvernement. (Euroefe)

LISBONNE

Budget supplémentaire de l’État. Le Parlement portugais a adopté mercredi un nouveau budget pour l’année en cours pour atténuer l’impact économique du COVID-19. Le gouvernement prévoit une contraction de l’économie de 6,9 % en 2020 et une croissance de 4,3 % en 2021. La dette publique devrait atteindre 134,4 %. Dans son budget initial, le Portugal s’attendait à un excédent budgétaire, mais le ministre des Finances João Leão a assuré qu’il n’y aurait pas d’augmentation des impôts pour répondre à la crise. (Pedro Morais Fonseca et Nuno Simas | Lusa.pt)

PRAGUE

Amende pour votes multiples au Parlement européen. Le vote multiple aux élections du Parlement européen sera considéré comme un délit et sera passible d’une amende pouvant atteindre 10 000 couronnes (380 euros) en vertu d’un amendement que le président de la République tchèque, Milos Zeman, a approuvé hier, selon l’Agence de presse tchèque. L’amendement prendra effet l’année prochaine. Le pays cherche ainsi à régler le problème des citoyens européens à double nationalité, qui peuvent voter deux fois aux élections de l’UE parce qu’ils sont automatiquement inscrits sur les listes électorales des deux États membres dont ils sont originaires. (Ondřej Plevák | Euractiv République tchèque)

BUCAREST

Google Roumanie condamné à une amende pour discrimination. Le Conseil national de lutte contre les discriminations (CNCD) a décidé d’infliger une amende de 10 000 lei (2 000 euros) à Google Roumanie, après que la balise de la cathédrale du Salut du peuple a été changée en « Cathédrale qui trompe le peuple » sur Google Maps en mai. D’après un membre du Conseil, cette amende serait plutôt destinée à punir l’inaction de la société, qui était au courant du changement, mais n’a rien fait pour régler le problème. (Bogdan Neagu Euractiv Roumanie)

ZAGREB

Prolongation du moratoire. La Commission européenne a approuvé une prolongation de trois ans du moratoire sur la vente de terres agricoles croates à des étrangers, a déclaré le Ministère de l’Agriculture mercredi. La décision prolonge la période transitoire pendant laquelle les citoyens de l’UE ne peuvent pas acheter de terres agricoles en Croatie. (Karla Junicic | Euractiv Croatie)

BELGRADE

Les présidents de la Serbie et du Kosovo invités à la Maison-Blanche. Le président américain, Donald Trump, a invité Aleksandar Vučić, le président serbe, et Hashim Thaçi, le président kosovar, à la Maison-Blanche, en vue de résoudre le conflit qui oppose les deux pays depuis longtemps. Mercredi, le chef d’État serbe a déclaré qu’il ne savait pas quel sujet serait débattu, mais s’est montré catégorique sur le fait que la Serbie savait se défendre elle-même. « Je ne m’attends pas à quelque chose de spectaculaire. Ce que j’attends, c’est une conversation rationnelle », a soutenu le leader. « La Serbie est beaucoup trop petite pour donner des ordres à la Maison-Blanche, mais elle est assez grande pour [protéger ses intérêts nationaux] ». (Euractiv Serbie, betabriefing.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER