De nouveaux décès à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie

La Pologne a instauré l’état d’urgence dans la région frontalière, ce qui signifie que les médias et les ONG se fient largement aux informations fournies par les autorités publiques.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

Avant de commencer à lire l’édition d’aujourd’hui des Capitales, vous pouvez jeter un coup d’œil au sondage d’EURACTIV sur les élections allemandes, en coopération avec Europe Elects. Vous pouvez trouver les versions anglaise et allemande ici.


Aujourd’hui dans les Capitales

VARSOVIE

De nouveaux décès à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Trois personnes sont décédées samedi à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, tandis qu’une quatrième est morte dimanche, ont confirmé les gardes-frontières polonais. Toutes sont mortes de froid, ont-ils ajouté.

La Fondation Ocalenie était en première ligne pour aider les migrants qui traversaient la frontière entre la Biélorussie et la Pologne à Usnarz Górny en août dernier. L’ONG a indiqué mardi soir qu’elle restait en contact par téléphone avec les migrants, qui sont maintenant bloqués à la frontière depuis 42 jours.

Un fil barbelé empêche actuellement les migrants du Belarus de retourner dans le pays du président Alexandre Loukachenko. Un autre fil barbelé sépare les migrants du territoire polonais, les empêchant ainsi d’entrer dans l’UE.

La Pologne a instauré l’état d’urgence dans la région frontalière, ce qui signifie que les médias et les ONG se fient largement aux informations fournies par les autorités publiques.

Les autorités polonaises perçoivent la situation comme une menace pour la sécurité, et non comme une crise humanitaire. Dans une déclaration écrite, le porte-parole du ministre en charge des services secrets, Stanisław Żaryn, a déclaré :

«  Nous avons affaire à une tentative d’utiliser une route migratoire artificielle pour déstabiliser d’abord la frontière biélorusse-lituanienne, ensuite biélorusse-lettone et maintenant principalement la frontière biélorusse-polonaise  ».

«  Nos conclusions montrent qu’au moins une douzaine de milliers de migrants ont été introduits par le président Loukachenko en Biélorussie. Minsk cherche de nouvelles routes à partir desquelles les migrants pourraient être envoyés vers l’UE  », a poursuivi M. Żaryn. Il prévoit que la crise pourrait se poursuivre pendant des mois.

M. Żaryn fait valoir que la Pologne défend activement la frontière orientale de l’UE.

«  La Pologne est obligée de sécuriser la frontière polono-biélorusse, qui est aussi la frontière extérieure de l’Union européenne et de l’OTAN. Le gouvernement polonais prend des décisions visant à neutraliser les actions de la Biélorussie et de la Russie contre l’Union européenne  », a-t-il déclaré.

Le 17 septembre, la chambre basse du parlement polonais a adopté une loi autorisant les refoulements, qui doit encore être adoptée par le Sénat et signée par le président.

Frontex ne participe pas à la surveillance de la situation à la frontière orientale entre l’UE et la Biélorussie, mais l’agence est active en Lituanie et en Lettonie. Les sources d’Euractiv ont confirmé que jusqu’à présent, le gouvernement polonais n’a pas requis l’aide de Frontex.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

BERLIN

Armin Laschet compte désormais sur le soutien explicite de Merkel à l’approche des élections. Alors que les conservateurs allemands continuent à enregistrer des scores historiquement bas dans les sondages, Armin Laschet, candidat à la chancellerie, parie sur le soutien de la chancelière sortante Angela Merkel, qui devrait lui exprimer son soutien dans sa circonscription historique du nord-est de l’Allemagne. (Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne) 

PARIS

L’épidémie poursuit sa tendance à la baisse en France. Le taux d’incidence, qui se situait encore à près de 250 cas pour 100  000 habitants à la mi-août, est désormais tombé sous le seuil d’alerte des 50 cas/100 000 habitants dans presque la moitié des départements français, avec une moyenne nationale à 75,5 cas. Mais alors qu’un assouplissement des règles autour du passe sanitaire est attendu du gouvernement, celui-ci est également en train de préparer un projet de loi pour prolonger le passe sanitaire au-delà du 15 novembre. (Magdalena Pistorius | EURACTIV France)

VIENNE

L’Afghanistan en tête des priorités du gouvernement autrichien. Le gouvernement autrichien a lancé mardi (21 septembre) deux événements à Washington et à Vienne pour discuter de la situation humanitaire en Afghanistan et des défis potentiels concernant la migration et la sécurité. Lire plus.  (Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN 

L’Irlande refuse de s’engager dans un plan mondial d’impôt minimum sur les sociétés. Le Taoiseach (chef du gouvernement) irlandais, Micheál Martin, a refusé de prendre une position concrète sur le maintien du taux d’imposition des sociétés de 12,5 % dans un contexte de pression croissante pour rejoindre le plan de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoyant un taux minimum d’imposition des sociétés de 15 % au niveau mondial. (Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

L’achat par la Finlande de nouveaux avions de chasse pourrait devenir un enjeu politique. Le choix entre cinq fournisseurs proposant 64 avions de chasse pour remplacer la flotte actuelle de Hornet de la Finlande, pour un montant de 9,4 milliards d’euros, est devenu de plus en plus politique pour le gouvernement après que l’Australie a renoncé à commander des sous-marins à Paris en faveur d’un accord avec Washington et Londres. (Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

La députée européenne et eurosceptique d’extrême droite Francesca Donato quitte la Ligue. Francesca Donato, eurodéputée et eurosceptique de longue date, a annoncé qu’elle quittait le parti d’extrême droite de Matteo Salvini, la Ligue, après que celui-ci ait soutenu une série de mesures sanitaires, dont la décision de la semaine dernière rendant le passe sanitaire obligatoire pour tous les travailleurs. (Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

Par ailleurs, trois entrepreneurs italiens sur dix n’ont que peu ou pas d’idée de ce que recouvre le plan national de relance et de résilience mis en place par le gouvernement du Premier ministre Mario Draghi. Et ce, alors que la date limite pour soumettre des projets en vue d’un financement approche, selon une étude publiée par l’institut d’études de marché Format Research qui a interrogé 900 managers et entrepreneurs italiens. (Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

MADRID

Les étoiles semblent s’aligner pour l’économie espagnole après une année 2020 désastreuse. L’économie espagnole semble se redresser plus rapidement que prévu et, après une année 2020 désastreuse, les étoiles semblent enfin s’aligner, les institutions nationales et internationales prévoyant une croissance robuste du PIB du pays en 2022 et 2023.

ATHENES

Les maires d’Athènes et d’Istanbul parlent de coopération. TLes maires d’Athènes et d’Istanbul ont déclaré qu’ils pensaient pouvoir construire des bases de communication, d’amitié et de compréhension mutuelle et avancer ensemble pour résoudre les problèmes auxquels la Grèce et la Turquie sont confrontées. Lire plus. (Kostas Argyros  | EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD

PRAGUE

La République tchèque invite la Commission à repenser les nouvelles normes d’émission pour les voitures. Le futur règlement sur les normes d’émission Euro 7 pour tous les véhicules à essence et diesel «  semble presque impossible à mettre en œuvre  », a écrit le vice-premier ministre tchèque Karel Havlíček dans une lettre adressée à à la Commission européenne. (Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Un photojournaliste hongrois enquêtant sur les voyages de luxe de l’élite gouvernementale ciblé par un logiciel espion. L’analyse du téléphone portable du photojournaliste Dániel Németh a révélé que ses appareils avaient été ciblés par un logiciel espion israélien l’été dernier alors qu’il exposait les voyages de l’élite gouvernementale, a rapporté Telex. (Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

Le ministère slovaque de la santé reste silencieux sur les instructions de Sputnik concernant la troisième dose. Le ministère de la santé a annoncé que les 20 000 personnes qui ont reçu le vaccin Sputnik en Slovaquie recevront une troisième dose de Pfizer. Cependant, le ministère n’a pas répondu à EURACTIV concernant d’éventuelles instructions spécifiques provenant du producteur de Sputnik quant à une troisième dose. (Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Sofia souhaite que l’UE prenne son parti dans le conflit qui l’oppose à Skopje. «  La Bulgarie attend des institutions de l’UE des actions efficaces pour promouvoir les valeurs de la démocratie et le respect des droits de l’homme dans la République de Macédoine du Nord  », a déclaré le président bulgare Rumen Radev lors de sa rencontre mardi avec le commissaire européen à l’élargissement Olivér Várhelyi, cité par le bureau de presse de la présidence. La réunion n’a pas été suivie de point de presse et M. Várhelyi est reparti pour Skopje plus tard dans la journée. (Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BELGRADE 

La politique de M. Vucic est responsable de tout ce qui se passe actuellement au Kosovo, selon un ex-premier ministre serbe. Le remplacement des plaques d’immatriculation kosovares « KS », sans statut, dans le nord du Kosovo faisait partie de l’accord que le président serbe Aleksandar Vučić avait signé avec les Albanais cinq ans auparavant, ajoutant que la situation actuelle était le résultat de la politique de M. Vucic, a déclaré mardi l’ancien Premier ministre serbe Zoran Živković. (EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SKOPJE

Le chef de l’opposition de Macédoine du Nord a déclaré qu’il dirigerait bientôt le pays à M. Orbán. Le plus grand parti d’opposition de Macédoine du Nord, VMRO-DPMNE, dirigé par Hristijan Mickoski et son adjoint Aleksandar Nikoloski, a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orbán pour discuter de la pandémie de Covid-19, de la crise des migrants dans les Balkans et du processus d’adhésion de la Macédoine à l’UE, qui est au point mort, a rapporté Republika.mk. (Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

***

[Edité par Alexandra Brzozowski, Sarantis Michalopoulos, Daniel Eck, Zoran Radosavljevic]

Subscribe to our newsletters

Subscribe