Différend entre l’UE et la Pologne sur fond d’état de droit

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VARSOVIE

Contentieux entre l’UE et la Pologne sur fond d’état de droit. Alors que le Parlement européen et le Conseil de l’UE ne parviennent pas à s’entendre sur un mécanisme de contrôle de l’état de droit, le chef du parti conservateur (PiS) au pouvoir en Pologne, Jarosław Kaczyński, menace d’opposer son veto au budget de l’UE et au plan de relance si Bruxelles devait imposer des conditions en matière d’état de droit. (Aleksandra Krzysztoszek, Euractiv Pologne)

INSTITUTIONS EUROPÉENNES

Strasbourg ou Bruxelles ? Le président du Parlement européen, David Sassoli, devrait revoir la décision de se rendre à Strasbourg pour la plénière de la semaine prochaine, selon une source européenne. Cette décision intervient alors que la pandémie continue de sévir à Bruxelles. Tandis que le président français Emmanuel Macron insiste encore pour un retour à Strasbourg, M. Sassoli a demandé, dans une lettre vue par EURACTIV, l’introduction de mesures plus strictes dans les bâtiments de l’institution à Bruxelles. (Alexandra Brzozoswski, Euractiv.com)

BRUXELLES

Covid-19 : baromètre « code couleur ». Le baromètre « coronavirus » annoncé fin septembre devrait être lancé cette semaine, alors que la Belgique connaît l’un des taux d’infection par habitant les plus élevés de l’UE. (Alexandra Brzozoswski, Euractiv.com)

LA HAYE

Confinement partiel. Les Pays-Bas entrent dans un « lockdown partiel », a annoncé mardi le Premier ministre Mark Rutte, en fermant les bars et les restaurants alors que le pays lutte contre la rapide augmentation des infections par le SARS-CoV-2. (Alexandra Brzozoswski, Euractiv.com)

BERLIN

Covid-19 : Markus Söder demande des règles nationales. En amont de la réunion virtuelle des chefs des Länder, le Premier ministre bavarois Markus Söder (CSU) a appelé à la mise en place de restrictions nationales concernant le Covid-19, avertissant qu’« un deuxième confinement [était] imminent ». Outre sa volonté de mettre en place des mesures « plus claires pour tous » lors de la réunion d’aujourd’hui, M. Söder a également exprimé son souhait de renforcer les mesures liées au port du masque à l’échelle nationale. Par ailleurs, il entend aussi imposer des restrictions sur les rassemblements privés. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Peut mieux faire. Un groupe d’experts indépendants mandatés par l’Elysée dénoncent des « défauts d’anticipation et de gestion » de la crise sanitaire par le gouvernement, mais place la France « en position intermédiaire par rapport à ses voisins européens » en termes de mortalité. Dans leur rapport d’étape publié mardi (13 octobre), les membres de la mission nationale sur l’évaluation de la gestion de la crise de Covid-19 ont également constaté « un déploiement heurté des processus de gestion de crise au niveau interministériel ». Le rapport final devrait être rendu en décembre. Le président Emmanuel Macron s’exprimera ce mercredi à 19 h 55 lors d’une allocution télévisée, alors que la deuxième vague de l’épidémie s’intensifie. (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

LONDRES

Le Parti travailliste réclame un confinement « disjoncteur ». Le Royaume-Uni a besoin d’un confinement « disjoncteur » de trois semaines pour endiguer la deuxième vague de Covid-19, a déclaré le chef du parti travailliste Keir Starmer mardi (13 octobre). C’est la première fois que le parti de M. Starmer s’oppose catégoriquement au plan du gouvernement du Premier ministre Boris Johnson visant à contrôler la pandémie. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

VIENNE

Avec un déficit supérieur à 6 %, le plan budgétaire pour 2021 suscite de vives critiques. Le plan budgétaire pour 2021, divulgué par Der Standard, fait des désormais l’objet de vives critiques de la part de l’opposition, alors qu’il devrait être présenté aujourd’hui (14 octobre) par le ministre des Finances Gernot Blümel (ÖVP) : les sociaux-démocrates (SPÖ) s’attendaient à une baisse des impôts pour les ménages à faibles revenus ; le SPÖ et le parti libéral NEOS ont tous deux reproché le manque d’investissements dans le marché du travail et la protection du climat. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

HELSINKI

Le nouveau coronavirus ramène les Finlandais chez eux. D’après Statistics Finland, bien que les chiffres de la fuite des cerveaux aient augmenté année après année en Finlande depuis 2010, quelque 40 % des nouveaux résidents d’Helsinki cette année sont des Finlandais qui reviennent de l’étranger.

Si cet « afflux de retour » s’explique notamment par les feux de forêt en Californie et le Brexit, c’est surtout la crise sanitaire qui pousse de nombreux Finlandais à revenir. Même les Finlandais retraités ont troqué les plages ensoleillées de l’Espagne et du Portugal pour retrouver le froid du pays des Mille Lacs. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

ROME

Covid-19 : un nouveau pic inquiète les hôpitaux. Alors que les hôpitaux seraient capables de maintenir le taux actuel de nouvelles infections quotidiennes par le Covid-19 – qui a atteint 5 901 mardi – « le système hospitalier ne pourrait pas le maintenir plus de 2 mois », si la situation devait s’aggraver comme en France, a averti Carlo Palermo, secrétaire du plus grand syndicat italien de médecins hospitaliers (Anaao-Assomed). Dans le cas où les taux de contaminations doubleraient, les hôpitaux peineraient à surmonter la situation car « certaines difficultés commencent déjà à apparaître », a ajouté M. Palermo. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

L’économie espagnole est la plus touchée parmi les économies de la zone euro. L’économie espagnole, qui a été sévèrement touchée par la crise sanitaire, va se contracter de 12,8 % cette année, a indiqué le Fonds monétaire international (FMI) dans ses dernières prévisions publiées hier (13 octobre). Le gouvernement espagnol a prédit que le PIB du pays chuterait de 11,2 % cette année. (Euroefe)

BUDAPEST

Les querelles s’intensifient à l’Université de théâtre et de cinéma de Budapest. La nouvelle direction de l’Université d’arts dramatique et cinématographique de Budapest a déclaré vouloir mettre un terme au blocus et à la grève des professeurs et étudiants, selon 444. La nouvelle administration universitaire souhaite contacter l’ensemble des étudiants et du personnel de l’université dans les prochains jours pour développer une collaboration, tandis qu’elle interdit toute coopération avec les partisans du blocus. En outre, il semble que l’accès Internet dans les bâtiments occupés ait été coupé après 18 heures mardi. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

TIRANA

Réformes visant à accélérer l’adhésion à l’UE. « Les réformes importantes qui détermineront la vitesse des négociations (avec l’UE) concernent principalement le système judiciaire et la lutte contre le crime organisé et la corruption, a annoncé le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert dans un communiqué de presse publié par l’ambassade d’Allemagne en Albanie, à la suite d’une rencontre entre le Premier ministre albanais Edi Rama et la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER