Donald Tusk fait son retour dans la politique polonaise

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VARSOVIE

Donald Tusk fait son retour dans la politique polonaise. L’ancien président du Conseil européen et ex-Premier ministre polonais, Donald Tusk, a été élu samedi (3 juin) à la tête du plus grand parti polonais d’opposition, la Plate-forme civique (PO), à la suite de la démission du vice-président, Borys Budka. Lire plus… (Mateusz Kucharczyk, EURACTIV Pologne)

BERLIN

Le président allemand craint une âpre bataille lors de la campagne électorale. Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a averti les partis « qu’ils pourraient avoir à s’asseoir ensemble à nouveau » après les votes lors des prochaines élections du pays. (Alexandra Brzozowski, EURACTIV.com)

INSTITUTIONS EUROPÉENNES

Propos déplacé : le ministre de l’Intérieur slovène est prié de s’excuser. Le président slovène Borut Pahor a reproché au ministre de l’Intérieur Aleš Hojs d’avoir utilisé le terme « porc » dans un commentaire interprété comme visant un haut membre de la Commission européenne, et lui a demandé de s’excuser. (Sebastijan R. Maček, STA)

PARIS

Marine Le Pen, réélue à la tête du Rassemblement national (RN). Le parti d’extrême droite l’a réélue pour la deuxième fois dimanche (4 juillet) à sa présidence, lors de son congrès à Perpignan. Rebaptisé Rassemblement national en 2018, le Front national avait été fondé par son père, en 1972. L’eurodéputé Jordan Bardella, fidèle lieutenant de Marine Le Pen, a pour sa part été désigné premier vice-président du Rassemblement national. À l’automne et à seulement 25 ans, il deviendra le président par intérim du mouvement le temps de la campagne présidentielle de la cheffe du RN.

Marine Le Pen a battu le rappel de ses militants pour la présidentielle, après une défaite aux régionales qui a généré des questionnements au sein du RN. Mercredi (30 juin), elle avait déjà appelé à « la mobilisation » face à « la submersion [migratoire] programmée de l’Europe ». Deux jours plus tard, elle a publié avec 15 alliés en Europe une déclaration commune visant à une « grande alliance au Parlement européen », marque d’un « travail de rassemblement » selon le RN. (Anne Damiani, EURACTIV France)

Lire également : Présidentielle : priorité à la formation et à la jeunesse, réclame le Cercle des économistes

Lire également : Covid-19. Olivier Véran craint une quatrième vague « dès la fin juillet », le point par département

LUXEMBOURG

Le Premier ministre hospitalisé après avoir été diagnostiqué positif à la Covid-19. Xavier Bettel a été hospitalisé après avoir été diagnostiqué positif à la Covid-19, a indiqué le gouvernement luxembourgeois dans un communiqué dimanche (4 juillet). Il va subir des « tests supplémentaires » et restera en observation pendant 24 heures par précaution, a précisé le gouvernement.

M. Bettel a été testé positif au virus le week-end dernier, bien qu’il ait reçu la première dose du vaccin d’AztraZeneca. Le gouvernement a déclaré qu’il continuerait à travailler à distance, tout en restant en isolement pendant une période de 10 jours. (Anne Damiani, EURACTIV France)

VIENNE

Les partis de la coalition autrichienne s’affrontent sur la question de l’immigration. L’ÖVP et les Verts sont en désaccord sur l’appel à renforcer les lois sur l’immigration après le meurtre d’une jeune fille de 13 ans, qui aurait été commis par deux demandeurs d’asile afghans. Lire plus… (Oliver Noyan, EURACTIV Allemagne)

LONDRES

Le Royaume-Uni va durcir les peines contre les migrants illégaux. La Grande-Bretagne a annoncé qu’elle allait imposer des peines plus sévères pour les migrants pris en flagrant délit d’entrée dans le pays sans autorisation alors que le nombre d’arrivées par la Manche bat des records. (Agence France-Presse, AFP)

DUBLIN

Protocole nord-irlandais : le Royaume-Uni ne fait preuve d’« aucune générosité ». Le Royaume-Uni ne fait preuve d’aucune générosité à l’égard de l’UE dans le cadre de la dispute qui s’intensifie au sujet du protocole sur l’Irlande du Nord, a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, en réponse à une tribune publiée dans l’Irish Times par le négociateur en chef britannique, David Frost, et le secrétaire d’État britannique au Nord, Brandon Lewis. (Paula Kenny, EURACTIV.com)

ROME

L’Italie veut vacciner les jeunes dans le but de rouvrir les écoles à l’automne. Avec seulement 16 % des 12-18 ans, ayant au moins reçu la première dose de vaccin anti-Covid-19, le président de la Fédération des ordres médicaux, Filippo Anelli, a déclaré qu’« avec le variant Delta, il convient de se faire vacciner rapidement, avant le début de la nouvelle année scolaire. En effet, comme toutes les activités communautaires, le risque que de nouvelles épidémies puissent se propager à l’école est très élevé ». Lire plus… (Daniele Lettig, EURACTIV Italie)

MADRID

Les autorités sanitaires espagnoles s’inquiètent du pic des cas de Covid-19. L’Espagne a connu une augmentation des cas de Covid-19, après que la moyenne sur 14 jours des infections pour 100 000 habitants a grimpé à 152,8, selon les dernières données fournies par les autorités sanitaires espagnoles. Lire plus… (EuroEFE)

ATHÈNES

La Grèce renforce les règles contre les non-vaccinés. Le gouvernement grec a décidé d’imposer de nouvelles restrictions aux personnes non vaccinées et a exclu toute probabilité d’un nouveau lockdown général en raison de l’augmentation des cas de Covid-19. (Sarantis Michalopoulos, EURACTIV.com)

PRAGUE

Remise en cause de l’aide de l’UE face aux retombées économiques de la Covid-19. L’agence STEM a révélé que 51 % des Tchèques ne pensent pas que l’UE serait en mesure d’aider la République tchèque à surmonter les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. (Aneta Zachová, EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Nouvel assouplissement des mesures : suppression du port du masque. Vendredi (2 juillet) dans l’après-midi, le gouvernement a annoncé un nouvel assouplissement des mesures, le plus notable étant la suppression du port obligatoire du masque. Contrairement à leurs voisins italiens, la plupart des Hongrois ont rangé leur masque sans tarder, révèle Telex. En Hongrie, 56 % de la population a déjà reçu au moins une dose du vaccin. (Vlagyiszlav Makszimov, EURACTIV.com avec Telex)

Subscribe to our newsletters

Subscribe