En Allemagne, la région du Nord Stream 2 refuse d’accorder une aide à l’Ukraine

Au lieu de prélever de l’argent sur le budget ordinaire pour l’aide à l’Ukraine, le gouvernement souhaite plutôt réaffecter les 20 millions d’euros que la société Nord Stream 2 avait versés à une fondation publique relevant de la région. [Shutterstock/Frame Stock Footage]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BERLIN

En Allemagne, le gouvernement du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale a rejeté une motion visant à réunir 20 millions d’euros pour l’aide humanitaire à l’Ukraine.

Les partis d’opposition régionaux, dont le parti conservateur CDU, les Verts et le parti libéral FDP, avaient proposé d’avancer des fonds du budget de l’État pour accorder une aide financière rapide à l’Ukraine.

Toutefois, les partis au gouvernement — le SPD social-démocrate et le parti d’extrême gauche Die Linke — ont rejeté la motion au Parlement, prétextant des obstacles juridiques et administratifs à une telle initiative.

La région du nord-est abrite le tronçon allemand du gazoduc controversé Nord Stream 2, qui a été suspendu en raison de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine.

Au lieu de prélever de l’argent sur le budget ordinaire pour l’aide à l’Ukraine, le gouvernement souhaite plutôt réaffecter 20 millions d’euros que la société Nord Stream 2 avait versés à une fondation publique relevant de la région.

Cette fondation controversée, appelée « Fondation pour le climat », a été accusée de faciliter le transfert de l’argent du lobbying russe vers la région.

La décision du gouvernement de ne pas avancer les fonds a suscité de vives critiques de la part de l’opposition.

« Une honte ! », s’est exclamé Paul Ziemiak, secrétaire général du parti CDU, sur Twitter. Le SPD et la gauche « refusent d’utiliser l’argent du lobbying russe qu’ils ont obtenu à des fins humanitaires », a-t-il ajouté.

Les partis au gouvernement ont quant à eux soutenu que l’État mobilisait déjà des sommes importantes pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens et qu’il n’était pas légalement autorisé à envoyer de l’argent à des pays tiers.

(Julia Dahm | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Le gouvernement français annonce une remise de quinze centimes par litre d’essence pour tous. À partir du 1er avril, chaque Français qui fera un plein d’essence se verra rembourser quinze centimes par litre, a annoncé le Premier ministre Jean Castex samedi (12 mars) au journal Le Parisien, face à la flambée des prix accentuée par la guerre en Ukraine.

La réduction se fera au moment du paiement, par carte bancaire ou à la caisse, et ne sera donc pas visible sur les prix affichés de l’essence à l’entrée de la station. L’État remboursera ensuite les distributeurs, ce qui devrait lui coûter « un peu plus de deux milliards d’euros », a précisé Jean Castex. La mesure, qui sera effective quatre mois, s’appliquera à tous les Français, quel que soit leur revenu ou leur véhicule.

Moins d’un mois avant le premier tour de l’élection présidentielle, les oppositions voient là une « mesure électoraliste ». « À l’évidence, ce n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation d’aujourd’hui et peut-être d’ailleurs de demain. Il faut baisser de manière pérenne la TVA sur l’énergie de manière générale (…), de 20 % à 5,5 % », a déclaré Marine Le Pen sur BFM TV. Sur RMC selon Manuel Bompard, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, « c’est mieux que pas de réduction du tout, bien sûr, mais c’est très largement insuffisant et ce n’est pas la bonne méthode ».

Côté socialiste, la candidate Anne Hidalgo s’interroge sur France 3 : « Il y a un côté quand même un peu clientéliste et électoraliste puisqu’on nous explique que, quand vous allez payer, vous aurez une petite mention vous expliquant combien le gouvernement vous a fait un cadeau. Pourquoi ne pas confondre bulletin de vote et tickets d’essence ? ».

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

VIENNE

Pour le chancelier autrichien, une armée européenne ne verra jamais le jour. Une armée de l’Union européenne ne sera pas constituée dans un avenir proche, a déclaré le chancelier autrichien Karl Nehammer à l’issue du sommet des dirigeants européens qui s’est tenu jeudi et vendredi dernier à Versailles. Lire la suite (en anglais).

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne)

LA HAYE

Les élections municipales néerlandaises veulent satisfaire les électeurs anglophones. Les partis politiques proposent désormais des informations et des débats électoraux en anglais pour les résidents du pays qui ne parlent pas le néerlandais mais qui ont le droit de voter aux élections municipales, lesquelles devaient par ailleurs débuter bientôt. Lire la suite (en anglais).

(Sofia Stuart Leeson | EURACTIV.com)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

Le gouvernement britannique invite les citoyens à ouvrir leurs portes aux réfugiés ukrainiens. Les Britanniques se verront offrir 350 £ (environ 417 €) par mois pour ouvrir leurs portes à des réfugiés ukrainiens dans le cadre du programme gouvernemental Homes for Ukraine. Ce programme permettra aux Britanniques de parrainer un réfugié ou une famille de réfugiés qui vivra chez eux pendant six mois. Lire la suite (en anglais).

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

La neutralité militaire de l’Irlande doit être redéfinie, indique le ministre des Affaires étrangères du pays. La neutralité militaire traditionnelle de l’Irlande devra être redéfinie mais un référendum sur cette position n’est pas envisagé par le gouvernement à l’heure actuelle, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays Simon Coveney. Lire la suite (en anglais).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

Les consommateurs européens vont payer « les prix de Poutine ». La guerre en Ukraine pourrait entraîner des augmentations des prix des produits alimentaires qui sont déjà élevés, et même des pénuries d’approvisionnement. Ce constat s’applique non seulement à la Finlande mais aussi au reste de l’Europe, a déclaré le ministre de l’Économie finlandais Mika Lintilä. Lire la suite (en anglais).

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM | HELSINKI

L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN est à nouveau menacée par la Russie. Un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a lancé un avertissement à la fois à la Suède et à la Finlande dans le but de les dissuader de rejoindre l’alliance de défense de l’OTAN. Lire la suite (en anglais).

(Charles Szumski | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME 

Accident impliquant un bus transportant des réfugiés ukrainiens en Italie. Un bus transportant 20 Ukrainiens s’est renversé dans le nord-est de l’Italie dimanche matin alors qu’il se rendait à Pescara dans les Abruzzes. L’accident a fait un mort et plusieurs blessés, ont indiqué les pompiers. Lire la suite (en anglais).

(Simona Zecchi | EURACTIV Italie)

MADRID

5 000 personnes manifestent à Madrid pour demander une « zone d’exclusion aérienne » au-dessus de l’Ukraine. Dimanche, quelque 5 000 personnes ont manifesté à Madrid pour demander à l’Union européenne et aux États-Unis de faire respecter une « zone d’exclusion aérienne » en Ukraine afin d’aider le pays de l’Est à repousser l’invasion russe. Lire la suite (en anglais).

(Fernando Heller | EFE)

///

Le Premier ministre espagnol annonce des mesures d’allègement fiscal pour atténuer l’impact de la guerre en Ukraine. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a annoncé dimanche un ensemble de mesures d’allègement fiscal axées sur l’atténuation de l’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie. Lire la suite (en anglais).

(Fernando Heller | EFE)

LISBONNE

Le centre de Lisbonne pour les Ukrainiens a accueilli près de 400 réfugiés. Le centre d’accueil temporaire pour les réfugiés ukrainiens à Lisbonne a déjà accueilli 394 personnes au cours de sa première semaine de fonctionnement, parmi lesquelles on retrouve 116 enfants âgés de moins de 16 ans. C’est ce qu’a déclaré dimanche le maire de Lisbonne, Carlos Moedas. Lire la suite (en anglais).

(Rosária Salvado, Flávia Calçada | Lusa Portugal)

///

Le Portugal va ouvrir une plateforme pour la protection temporaire des réfugiés ukrainiens. Le service portugais de l’immigration et des frontières SEF lance lundi une plateforme en ligne en trois langues pour les demandes de protection temporaire des ukrainiens. Lire la suite (en anglais).

(Rosária Salvado, Flávia Calçada | Lusa Portugal)


GROUPE DE VISEGRAD 

BRATISLAVA |  PRAGUE |  SOFIA

Des monuments aux morts soviétiques vandalisés en Europe centrale et orientale. Plusieurs actes de vandalisme ont été observés à l’encontre des monuments aux morts soviétiques en Europe centrale et orientale à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. Alors que les ambassades russes se sont dites indignées, les autorités nationales font preuve de compréhension vis-à-vis des auteurs de ces actes. Dans certains cas, les municipalités envisagent même de retirer les monuments en question. Lire la suite.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie, Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque, Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

VARSOVIE

Les députés de l’opposition rejettent le projet de loi accordant aux responsables l’impunité pour aider les réfugiés. Les députés des partis d’opposition du pays ont déclaré qu’ils étaient opposés à la nouvelle loi réglementant le statut de résident pour les réfugiés ukrainiens qui ont fui vers la Pologne à la suite de l’invasion russe, en particulier les dispositions accordant l’impunité aux responsables abusant de leur pouvoir pour aider les ukrainiens lorsque leur vie est en jeu.

Dans sa formulation initiale, le projet de loi prévoyait que les responsables de l’administration de l’État ou des collectivités locales pouvaient outrepasser leurs compétences ou leur budget pour sauver ou protéger la vie des nombreuses personnes qui fuient la guerre ou qui se trouvent dans une situation d’urgence. Le Parlement a par la suite adopté un amendement supprimant cette disposition, la plupart des députés de l’opposition ayant voté pour le rejet de ce que l’on a appelé « l’impunité des responsables ». Lire la suite (en anglais).

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque a épuisé ses capacités d’accueil de réfugiés ukrainiens. La République tchèque ne peut plus proposer d’hébergement aux réfugiés ukrainiens, les capacités de l’État étant désormais épuisées. Lire la suite (en anglais).

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Les juges constitutionnels hongrois soutiennent le gouvernement dans l’affaire du scandale des courriels. La cour constitutionnelle hongroise, souvent accusée de partialité pro-gouvernementale, a rejeté dimanche les accusations portées contre l’exécutif d’avoir utilisé des courriels envoyés aux citoyens à la veille de la guerre en Ukraine pour sa campagne pour les prochaines élections législatives. Lire la suite (en anglais).

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com avec Telex)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie va rapidement entamer la construction d’un nouveau réacteur nucléaire. Le gouvernement bulgare va tenter de construire au moins un réacteur nucléaire dans la centrale nucléaire en activité de Kozloduy, sur les rives du Danube. Lire la suite (en anglais).

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

Les Roumains achètent de l’huile alimentaire en masse. En Roumanie, les consommateurs ont acheté en panique de l’huile de tournesol, un produit qu’ils pensaient bientôt en pénurie, et ce quelques jours seulement après que l’on ait observé des files d’attente massives dans les stations-service. Lire la suite (en anglais).

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Des résidus de bombe aérienne retrouvés dans le drone qui s’est écrasé à Zagreb. Des restes d’une bombe aérienne ont été trouvés dans le drone de l’ère soviétique qui s’est écrasé dans le sud-ouest de Zagreb tard jeudi, a déclaré dimanche le ministre de la Défense Mario Banožić. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

Le parlement slovène approuve les réductions d’impôts longtemps retardées. Le parlement slovène a adopté des modifications à l’impôt sur le revenu qui prévoient une augmentation générale du salaire net, une réduction de l’impôt sur les gains en capital et une baisse du taux d’imposition maximal. Ces modifications ont été saluées par les entreprises mais critiquées par les syndicats en raison de leur impact sur les finances publiques. Lire la suite (en anglais).

(Sebastijan R. Maček |  sta.si)

BELGRADE 

Plusieurs dizaines de voitures parcourent le centre de Belgrade en soutien à la Russie. Plusieurs dizaines de véhicules arborant des drapeaux serbes et russes ont dévalé les rues du centre de Belgrade dimanche dans un « cortège de soutien à la Russie ». Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Pour le commandant de l’EUFOR, la paix n’est pas menacée mais la prudence est de mise. Le commandant de l’EUFOR en Bosnie-Herzégovine (BiH), le général Anton Wessely, a déclaré qu’il n’y avait pas de menace immédiate pour la sécurité dans le pays, mais que la prudence était de mise en raison de la crise provoquée par la guerre en Ukraine, et qu’il était nécessaire de pouvoir réagir en temps utile si nécessaire. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

Le Premier ministre albanais blâme les milliers de personnes qui protestent contre la hausse des prix. Les Albanais devraient avoir honte car ils sont le seul membre de l’OTAN à protester contre les « conséquences de la guerre en Ukraine », a déclaré le Premier ministre Edi Rama alors que les manifestations nationales se poursuivent pour la cinquième journée de suite. Lire la suite (en anglais).

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA

  • UE : les ambassadeurs de l’Union européenne devraient donner leur feu vert au quatrième paquet de sanctions contre la Russie d’ici midi / Les ministres européens des Finances et du Travail se réunissent à Bruxelles / Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, s’exprime devant la commission transport et tourisme (TRANS) du Parlement européen / Le Haut représentant pour la Bosnie-Herzégovine Christian Schmidt s’exprime devant la commission affaires étrangères (AFET).
  • Allemagne : le chancelier allemand Olaf Scholz s’entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara / Le gouvernement donne un point de presse concernant le budget pour l’année 2023.
  • France : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe tient une session extraordinaire à Strasbourg pour discuter de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, le président ukrainien Volodymyr Zelensky devrait être présent / Fin du carnet de vaccination Covid et fin du port du masque, sauf dans les transports publics.
  • Suisse : audition des candidats au poste de directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT).
  • Suède : publication du rapport du SIPRI sur les exportations d’armes.
  • Norvège : exercice Cold Response 2022 de l’OTAN, un exercice militaire dans l’Arctique.
  • Pologne : la commissaire européenne à l’aide humanitaire Jutta Urpilainen se rend à Rzeszów, près de la frontière ukrainienne.
  • Roumanie : le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi di Maio, se rend en Roumanie, où il rencontrera le président Klaus Iohannis et le Premier ministre Nicolae Ciuca.
    Macédoine du Nord : le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Josep Borrell, se rendra à Skopje.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor, Sofia Stuart Leeson]

Subscribe to our newsletters

Subscribe