Espagne: le fantôme de Franco fait l’objet d’un projet de loi sur la « mémoire démocratique »

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

MADRID

L’Espagne approuve le « projet de loi sur la mémoire démocratique » pour effacer l’héritage de Franco. Le gouvernement espagnol, une coalition entre les socialistes (PSOE) et la gauche Unidas Podemos (UP), a approuvé mardi un projet de loi avec des mesures spécifiques visant à effacer l’héritage de la guerre civile et de la dictature de Francisco Franco.

La « Ley de Memoria » (projet de loi sur la mémoire) s’appuie sur la législation existante en matière de mémoire historique (« Ley de la Memoria Histórica ») et permet, entre autres mesures, la fermeture des associations et groupes civils qui glorifient encore la mémoire de Franco, dont la Fondation Francisco Franco (« Fundación Francisco Franco »), qui deviendra illégale.

Le texte déclare également « nuls et non avenus » tous les « procès sommaires » pendant les quatre décennies de répression sous le régime de Franco.

Le texte propose également d’accorder l’éligibilité à la citoyenneté espagnole aux descendants des membres des Brigades internationales, qui ont combattu du côté républicain pendant la guerre civile espagnole.

Le régime de Franco s’est étendu de la fin de la guerre civile espagnole (1936-1939) jusqu’à sa mort en 1975. (Euroefe)

BERLIN

La CDU/CSU et le SPD acceptent d’accueillir davantage de réfugiés. La grande coalition allemande (GroKo) est parvenue à un accord mardi (15 septembre) pour accepter 1 553 réfugiés supplémentaires à la suite de l’incendie qui a ravagé le camp de Moria sur l’île de Lesbos.

Ces réfugiés viendront s’ajouter aux 150 mineurs non accompagnés dont le pays a annoncé le relogement vendredi dernier. Autrement dit, 2 750 personnes arriveront en Allemagne en provenance de cinq îles grecques. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Un décret reconnaît la Covid-19 comme maladie professionnelle. Pour les soignants et personnels hospitaliers, la reconnaissance sera automatique, mais soumise à de nombreuses restrictions. Les malades devront notamment prouver qu’ils ont été touchés par une affection respiratoire aiguë, causée par une infection au Sars-CoV-2 et qui a nécessité une assistance ventilatoire comme l’oxygénothérapie, ou qui a entraîné le décès. Cette reconnaissance permettra une prise en charge à 100 % des frais médicaux ainsi qu’une perception d’indemnités. Mais les restrictions sont vivement critiquées par les syndicats, qui s’inquiètent de la complexité des démarches pour les autres travailleurs concernés. (Anne Damiani, Euractiv France)

BRUXELLES

Respectez les règles « avant qu’il ne soit trop tard », avertit la Première ministre belge. Le Première ministre Sophie Wilmès (MR) a appelé mardi les Belges, dans un message vidéo, à respecter les restrictions Covid-19 existantes, qui comprennent le maintien de la distance sociale, le port du masque et la limitation des contacts sociaux.

Selon elle, les derniers chiffres sont « alarmants », mais des mesures plus strictes ne seront pas prises pour le moment. Cependant, elle a exhorté chacun à prendre ses responsabilités et à respecter les règles « avant qu’il ne soit trop tard ». (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Des millions de masques. L’Autriche a acheté une « réserve stratégique » de matériel médical comprenant 44,4 millions de masques de protection chirurgicale, 2,6 millions de masques respiratoires et 991 000 kits de test rapide COVID-19 qui seront stockés sur cinq sites militaires, ont annoncé hier le chancelier Sebastian Kurz et la ministre de la Défense Klaudia Tanner (ÖVP). « Nous avons tiré les leçons de la crise du coronavirus et nous nous préparons à relever d’autres défis », a déclaré Mme Tanner.

Récemment, le nombre de cas autrichiens signalés a augmenté, ce qui a conduit M. Kurz à déclarer le début de la « deuxième vague » dimanche. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LUXEMBOURG

Un jour de télétravail par semaine coûte 350 millions d’euros. Si les travailleurs luxembourgeois télétravaillaient un jour par semaine, le revenu annuel du secteur du commerce et de l’hôtellerie au Luxembourg diminuerait de 348 328 640 euros, selon le Conseil économique et social (CES) du Grand-Duché. Cette estimation se base sur le fait que sur les 460 000 travailleurs au Luxembourg, 197 914, soit 43 % de la population active, occupent des postes administratifs qui ne nécessitent pas une présence continue au bureau.

« En tout état de cause, il s’agit de trouver le juste équilibre entre l’application du régime de télétravail et les pertes budgétaires et économiques qui en découlent », conclut le rapport (Anne Damiani, Euractiv France)

LONDRES

Les tests de dépistage sont confrontés à une crise de la demande. Le ministre britannique de la Santé Matt Hancock est sous pression pour résoudre le problème croissant de la demande publique de tests COVID-19, qui dépasse la capacité du pays à fournir ces tests. M. Hancock a déclaré mardi aux législateurs que le service de test était confronté à des « défis opérationnels » qui prendraient « quelques semaines » à résoudre. (Benjamin Fox, Euractiv France)

VILNIUS

Les exercices militaires russes et biélorusses « sont inquiétants ». Les exercices militaires russes et biélorusses sont des opérations offensives bien qu’ils prétendent être des exercices défensifs, a déclaré le chef de la Défense lituanienne Valdemaras Rupšys mardi (15 septembre).

« Les exercices sont inquiétants, car contrairement aux affirmations du Belarus, ils sont orientés vers des actions offensives », a déclaré M. Rupšys après avoir rencontré le président lituanien Gitanas Nausėda et le ministre de la Défense Raimundas Karoblis, ajoutant qu’il n’y avait pas de menace militaire directe contre le pays. Pour sa part, M. Karoblis a déclaré que la Lituanie ne céderait pas « aux provocations ». (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

ROME

Le plan de relance italien se concentre sur « quelques grands projets ». « Nous allons nous concentrer sur quelques grands projets plutôt que de disperser les fonds sur des centaines de petits », a déclaré hier le ministre italien de l’Économie Roberto Gualtieri aux commissions du budget et des finances de la Chambre. « Le plan représente un tournant pour la relance de l’économie et une occasion de laisser derrière soi une longue période de stagnation », a ajouté M. Gualtieri. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

ATHÈNES

Les tensions s’exacerbent à Athènes. De nombreux fonctionnaires étrangers sont en visite à Athènes cette semaine, en raison du conflit croissant avec la Turquie. Ils souhaitent discuter des relations futures entre l’UE et la Turquie à la veille d’un sommet européen crucial. Au niveau de l’UE, le Président du Conseil européen, Charles Michel, a rencontré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, suivi par le chef du mécanisme européen de stabilité, Klaus Regling. Par ailleurs, M. Mitsotakis s’est entretenu au téléphone avec Angela Merkel au sujet de la Turquie et l’immigration. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

PRAGUE

Coordination sur le SARS-CoV-2. Le ministre tchèque des Affaires étrangères Tomáš Petříček (S&D) a rencontré ses homologues autrichien, slovaque, polonais et slovène pour discuter de la coopération régionale et de la lutte contre le Covid-19. « Nous voulons coordonner les mesures introduites afin de réduire la propagation du nouveau coronavirus », a déclaré M. Petříček après la réunion à Brdo en Slovénie. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER