Le Conseil européen demande une « stratégie de sortie » de la crise sanitaire

Le président du Conseil européen, Charles Michel. [EPA/STEPHANIE LECOCQ]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BRUXELLES

Plan de relance global. Jeudi 26 mars, à l’occasion du Conseil européen, les chefs d’État doivent appeler la Commission à présenter un « plan de relance global » pour atténuer les effets de la crise. Euractiv a pu se procurer le projet de loi, qui plaide pour un retour à « un fonctionnement normal de nos sociétés et à une croissance durable ». « Cela nécessitera une stratégie de sortie, un plan de relance complet et des investissements sans précédent ». Le document fait également référence à une proposition récemment faite par le président du Conseil européen, Charles Michel, qui avait demandé la création d’un Centre européen de gestion des crises.

L’ébauche de conclusions appelle par ailleurs au partage des informations scientifiques et à la collaboration, « tant au sein de l’UE que dans le monde entier », afin de développer un vaccin accessible à tous dans les plus brefs délais.

En outre, ce week-end, deux chirurgiens de l’Hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, Guy-Bernard Cadiere et Didier De Cannière, ont publié une lettre ouverte à l’attention de la Première ministre belge Sophie Wilmès, dans laquelle ils tirent la sonnette d’alarme sur le manque d’équipements médicaux et de protection pour lutter contre le coronavirus. La Première ministre a répondu à ces inquiétudes dans une lettre mardi 24 mars. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Appel à la patience. Depuis lundi 23 mars, tout rassemblement public de plus de deux personnes est interdit en Allemagne. Le gouvernement du pays appelle les citoyens à suivre strictement les règles et à être patients. Cela pourrait prendre jusqu’à deux semaines « avant de voir les premières améliorations […]. Il est donc d’autant plus important que nous respections les règles dès maintenant », a déclaré le chef de file des démocrates-chrétiens (CDU) de Rhénanie-du-Nord–Westphalie, Armin Latschet, lors d’une session spéciale au parlement du Land. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

HELSINKI

Jour historique. Dans la soirée du lundi 23 mars, Päivi Sillanaukee, la secrétaire permanente du ministère des Affaires sociales et de la Santé, a déclaré à la télévision nationale que l’Agence nationale d’approvisionnement d’urgence avait commencé à distribuer ses réserves – une journée qu’elle a qualifiée d’« historique ». (Pekka Vanttinen | Euractiv.com)

LONDRES

250 000 volontaires pour le NHS. Le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a annoncé mardi 24 mars la création d’un nouveau corps de 250 000 « Répondants volontaires du NHS », chargé d’apporter des produits essentiels aux personnes les plus vulnérables confinées chez elles, dans le cadre d’une série de mesures visant à éviter que le système de santé publique britannique ne soit submergé par les cas de coronavirus dans les semaines à venir. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

MADRID

L’état d’urgence prolongé de deux semaines. Le gouvernement espagnol a décidé de prolonger l’état d’urgence de 15 jours, soit jusqu’au 11 avril. Le Premier ministre socialiste, Pedro Sánchez, doit demander l’autorisation du Parlement espagnol ce mercredi 25 mars. Une vaste opération de rapatriement des centaines de citoyens espagnols à l’étranger a également été mise en place, indique Euroefe. Seuls les déplacements « essentiels » sont autorisés.

Parallèlement, une patinoire de Madrid a été reconvertie en morgue pour entreposer les victimes du de la crise sanitaire et ainsi alléger la charge de travail des unités de soins intensifs des hôpitaux de la capitale. La société propriétaire du bâtiment a pris cette décision lundi 23 mars, une initiative saluée par les autorités madrilènes, rapporte Euroefe. (Fernando Heller | Euroefe)

LISBONNE

Suspension des vols pendant 15 jours de plus. Le gouvernement portugais, qui avait déclaré l’état d’urgence jusqu’au 2 avril, a annoncé que les vols à destination et en provenance de l’Italie seraient suspendus deux semaines de plus. Mardi, le pays recensait 2 362 cas confirmés de coronavirus et 33 décès, et les autorités nationales s’attendent à ce que le pic de la pandémie se situe jusqu’au 14 avril. (Lusa.pt)

ATHÈNES

48 nouveaux cas. La Grèce compte 48 nouveaux cas de coronavirus, ce qui porte le total de personnes atteintes à 743, selon le porte-parole du ministère de la Santé, Sotiris Tsiodras. Il précise que 134 patients sont hospitalisés et 45 d’entre eux, dont l’âge moyen est de 68 ans, sont sous respirateur. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

ROME

Amendes salées. Mardi, le gouvernement a approuvé des sanctions plus sévères en cas de violation des mesures de confinement, selon des sources extérieures à une réunion du cabinet. Les amendes pourraient s’élever à 4000 euros et les véhicules motorisés pourraient être confisqués, indiquent les sources. (Ansa.it)

BRATISLAVA

Attention aux arguments russes. Le secrétaire d’État du ministère des Affaires étrangères et européennes, Martin Klus, du parti Liberté et solidarité, a mis en garde contre la Russie, qui tente de dépeindre l’UE comme un projet en échec. « [Ce récit] gagne du terrain, en particulier dans les médias alternatifs », a-t-il déclaré. Le secrétaire d’État note qu’à l’approche de la crise économique, l’UE aura encore l’occasion de démontrer sa valeur. (Zuzana Gabrižová | Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Une quarantaine « intelligente ». La République tchèque va lancer un nouveau « système de quarantaine intelligente » pour suivre les mouvements des citoyens infectés. Le système de surveillance, qui nécessite le consentement des citoyens, exploitera les données des smartphones et des cartes bancaires des personnes positives pour repérer toutes les personnes susceptibles d’être infectées par la suite. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

SOFIA

L’État offre des fonds d’aide. La Bulgarie accordera des prêts sans garantie et sans intérêt allant jusqu’à 1 500 levs (760 euros) à tous les travailleurs en congé sans solde à cause de l’état d’urgence. Cette somme représente 120 euros de plus que le salaire brut moyen du pays. L’État payera également 60 % des salaires des employés des entreprises fermées temporairement suite aux ordres du ministère de la Santé. L’aide initiale a été fixée à environ 2,3 milliards d’euros — une somme qui, selon le Premier ministre Boyko Borissov, pourrait s’avérer insuffisante. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BUCHAREST

La Roumanie en état d’urgence. La Roumanie a imposé un lockdown mardi soir, le pays ayant atteint près de 800 cas confirmés de COVID-19 et 11 décès. Les gens ne sont autorisés à sortir de chez eux que pour aller travailler, acheter des produits de première nécessité, s’occuper de personnes dans le besoin, et sortir leurs animaux de compagnie. De même, les personnes de plus de 65 ans ne sont autorisées à sortir de leur domicile qu’entre 23 heures et 13 heures ou pour travailler. La Roumanie, qui avait déjà interdit les vols en provenance et à destination de l’Italie et de l’Espagne, a suspendu tous les vols entre l’Allemagne et la France pendant 14 jours à compter de mercredi soir. (Euractiv Roumanie)

ZAGREB   

Les membres du gouvernement payent de leur poche. Les membres du gouvernement vont faire don d’une partie de leur salaire pour aider à réparer les dommages causés par le tremblement de terre qui a secoué Zagreb le 22 mars. L’argent sera reversé sur un compte ouvert à cet effet, a indiqué mercredi le Premier ministre croate, Andrej Plenković. (Karla Junicic | Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.