L’Europe du sud demande un plan de relance pour sauver le tourisme

[Shutterstock/Navistock]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

Soutien du tourisme. Lors d’une vidéoconférence menée hier, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France, Malte, Chypre, la Bulgarie et la Roumanie ont appelé la Commission européenne à établir un plan de relance commun pour atténuer l’impact financier dévastateur de la crise sanitaire sur le tourisme.

Dans une déclaration conjointe, les neuf États membres invitent l’exécutif européen à inclure le tourisme dans le plan de reprise de l’UE post-coronavirus. Ils plaident pour la mise en place de règles « homogènes » en matière de voyages et avertissent qu’un déconfinement mal synchronisé risque de porter préjudice au secteur du tourisme.

Ils assurent également que l’instrument « SURE » et les nouveaux fonds d’investissement européens devraient soutenir l’emploi dans l’industrie tout au long de la crise.

La Commission doit encore formuler des recommandations sur les vacances d’été de cette année qui, d’après la présidente, Ursula von der Leyen, devront être « intelligentes ». (Karla Junicic | Euractiv Hongrie, Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

BERLIN

Nouveaux plans de sauvetage. Le fonds de soutien aux entreprises touchées par la crise doit être assorti de conditions supplémentaires, a déclaré lundi le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier (CDU), à la radio nationale. Il souhaite que les sociétés qui bénéficient de subventions de l’État cessent de verser des dividendes aux actionnaires et que la direction réduise les salaires.

Parallèlement, la ministre de l’Environnement, Svenja Schulze (SPD), a plaidé en faveur d’une relance verte lors du Petersberg Climate Dialogue (PCD), le rendez-vous annuel des ministres allemands pour aborder les questions climatiques. « La manière dont la communauté internationale relance l’économie est cruciale pour la protection du climat », a-t-elle déclaré dans son discours d’ouverture. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

VIENNE

Moins d’impôts pour les travailleurs, plus pour les multinationales. Dans un discours télévisé à l’occasion du 75e anniversaire de la Seconde République, le chancelier autrichien Sebastian Kurz (ÖVP) a promis un « retour » de l’Autriche, s’engageant à rétablir les libertés dès que possible. Il affirme vouloir faciliter la création d’emplois et le maintien de ceux-ci à l’avenir, et promet de réduire les impôts des travailleurs tout en augmentant ceux des multinationales. (Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Des masques pour tous ? Selon les nouvelles mesures de déconfinement du Conseil national de sécurité, les passagers des transports en commun ainsi que les employés d’entreprises qui ne peuvent garantir une distanciation sociale suffisante devront porter un masque à partir du 4 mai. Mais le cabinet du ministre de la Justice, Koen Geens, a indiqué qu’il sera impossible de fournir un masque à tout le monde en Belgique d’ici au 4 mai. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

PARIS

La stratégie « De la ferme à la table » s’impose. La mise en place de la très attendue stratégie européenne « De la ferme à la table », censée favoriser les circuits de distribution courts, a été reportée. Cependant, la crise sanitaire actuelle accélère le passage du secteur agricole à l’autosuffisance alimentaire en France. (Euractiv France)

LONDRES

Pas de délégation de l’UE à Belfast. Le gouvernement de Boris Johnson a refusé la proposition de la Commission d’établir une délégation européenne à Belfast. Dans une lettre envoyée le 27 avril à Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit, et à Helga Schmid, la secrétaire générale du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), la ministre britannique Penny Mordaunt déclare qu’un bureau de l’UE serait « source de division sur les plans politique et communautaire » en Irlande du Nord. La Commission d’installer cette délégation pour superviser la mise en œuvre du protocole sur l’Irlande du Nord après la fin de la période de transition post-Brexit en décembre. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

DUBLIN

Dons de Google à l’Irlande. Google, le géant américain de la technologie, va faire don d’un million d’euros à des organisations caritatives et communautaires irlandaises pour les aider à atténuer les répercussions économiques de la crise sanitaire actuelle.

La moitié de cette somme ira à des organisations de développement local et à des associations caritatives, tandis que l’autre moitié sera versée à des ONG « qui soutiennent les demandeurs d’emploi et les PME dans toute l’Irlande », selon la multinationale. « Nous voulons nous assurer que les services vitaux fournis par de nombreuses ONG irlandaises puissent se poursuivre à un moment où elles sont plus que jamais nécessaires », soutient Nick Leeder, responsable de Google en Irlande. (Samuel Stolton | Euractiv.com)

ROME

Pas de retour immédiat à la normale. Lors de sa première visite dans la région de Lombardie — la plus touchée par la pandémie — le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a réagi à la déception de l’opinion publique concernant le léger assouplissement des mesures restrictives après 50 jours de confinement.

« Il n’y a pas de conditions pour revenir à la normale, nous devons le dire haut et fort », affirme-t-il, en ajoutant qu’il ne fallait pas renoncer maintenant, après tous les sacrifices déjà consentis. Mais d’après le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana, attendre si longtemps la reprise des activités économiques risque de poser des problèmes majeurs à de nombreux secteurs. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com)

MADRID

Parents responsables. Les autorités espagnoles ont invité les parents d’agir de manière responsable lorsqu’ils se promènent avec leurs enfants, afin de s’assurer que la première mesure d’assouplissement majeure du confinement ne pose pas de risque pour la santé publique.

Alors que la majorité des parents ont respecté les règles, qui limitent les sorties avec les enfants à une heure par jour et à moins d’un kilomètre de la maison — le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a déclaré lundi que 157 personnes avaient été arrêtées la veille pour avoir enfreint ces dispositions. « Ne pas respecter les règles met la santé de vos enfants en danger », a-t-il souligné. (Euroefe)

PRAGUE

Seul contre le « Green Deal ». Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, a clairement fait savoir à plusieurs reprises qu’il n’était pas en faveur du « Green Deal » européen, en proposant de soutenir « l’industrie traditionnelle » dans la lutte contre les conséquences du coronavirus. Cependant, le Premier ministre est seul à mener ce combat, puisqu’aucun autre État membre ne s’est opposé à une relance verte jusqu’à présent. (Euractiv Pologne)

SOFIA

Pétition pour la démission du ministre de la Santé. Une pétition signée par 17 691 personnes plaide pour la démission du ministre bulgare de la Santé, Kiril Ananiev, et l’abandon du projet de rénovation d’un bâtiment désaffecté en hôpital pour enfants.

La pétition, soumise au gouvernement bulgare lundi, a été signée par des parents, des pédiatres, des architectes et des ingénieurs, qui avertissent que le vieil édifice est délabré et dangereux.

À ce jour, Sofia est la seule capitale européenne qui ne dispose pas d’un hôpital pour enfants, destiné à fournir des soins pédiatriques adéquats et immédiats. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.