Extrémisme de droite : le chef de l’agence allemande de contre-espionnage militaire démissionne

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BERLIN

Démission du chef de l’agence de contre-espionnage militaire. Le jeudi 24 septembre, Christof Gramm, le président de l’agence allemande de contre-espionnage militaire (MAD), a été contraint de démissionner. Pour beaucoup, cette nouvelle n’a rien d’étonnant, étant donné les récentes critiques sur la façon dont l’agence a traité les enquêtes sur l’extrémisme de droite dans les forces spéciales allemandes (KSK). Le mandat de M. Gramm prendra fin le mois prochain.

Au printemps de cette année, des rapports ont fait surface sur des membres d’extrême droite au sein des forces spéciales allemandes. L’un d’entre eux possédait même 6 000 cartouches et avait enterré deux kilogrammes de matériel hautement explosif sous sa propriété.

Début juillet, la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) a dissous une unité du KSK et a mis en garde contre les conséquences à venir si des réformes n’étaient amorcées.

Depuis lors, le MAD est l’un des organes chargés de superviser les enquêtes. Toutefois, le Bundestag mène également son enquête sur la propre investigation du MAD. Les inspecteurs du Parlement fédéral allemand ont ainsi affirmé que l’agence ne coopérait pas avec l’Office fédéral pour la protection de la Constitution et qu’elle ne tenait pas d’interrogatoire régulier.

L’extrémisme de droite dans les forces de l’ordre allemandes pourrait être un problème plus important qu’on ne le pensait. Un rapport actuel affirme que depuis 2017, 104 agents de police de Rhénanie-du-Nord–Westphalie (NRW) ont fait l’objet d’une enquête parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir des opinions d’extrême droite. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

À lire aussi : Allemagne. Comment contrer le racisme et l’extrémisme au sein de la police ?  

PARIS

Une hausse de 8 % pour le budget de la justice en 2021. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé sur France 2 que la justice disposera de 8,1 milliards d’euros. Il modifie ainsi la programmation quinquennale qui ne prévoyait qu’une hausse de 4 %, soit 8 milliards d’euros. Il a aussi promis le recrutement de 900 personnes et la création « d’un millier de postes pérennes ». Il a rappelé que la France était au 23e rang sur les 47 pays du Conseil de l’Europe sur le plan du budget consacré à la justice par habitant. (Anne Damiani, Euractiv France)

BRUXELLES

La Belgique traverse une « période inquiétante », selon l’ECDC. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a divisé les pays européens en deux groupes : les pays à tendance stable, où le risque d’infection est estimé faible, et les pays à « tendance inquiétante », qui présentent un risque modéré de propagation de la COVID-19. Selon leurs estimations, la Belgique est passée dans le deuxième groupe mercredi (23 septembre). (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Le tourisme d’hiver, à certaines conditions. Le gouvernement autrichien a défini les règles du pays en matière de tourisme d’hiver afin de préserver le secteur touristique dans les mois à venir. Les marchés de Noël pourront s’ouvrir et le ski sera autorisé, mais les fêtes d' »after-ski » seront interdites. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LUXEMBOURG

L’immunité de la BEI mise en cause dans un procès. Après avoir vu une stagiaire de 23 ans se suicider dans le bâtiment de la Banque européenne d’investissement (BEI) il y a sept ans, un ancien directeur a demandé des dommages et intérêts et exige maintenant l’accès à un rapport sur la mort de l’employée, malgré l’affirmation de la banque selon laquelle l’immunité diplomatique l’empêchait de partager les preuves.

Un juge a déclaré qu’il ne pouvait pas forcer la BEI à partager le document, mais a demandé au procureur de le faire afin qu’un procès équitable ait lieu. (Anne Damiani, Euractiv France)

LONDRES

Un nouveau dispositif de subvention d’emplois. Le gouvernement de Boris Johnson a dévoilé jeudi (24 septembre) un nouveau programme de soutien financier massif pour les entreprises et les employés, sur le modèle du programme allemand « Kurzarbeit », alors que l’économie britannique se prépare à affronter six mois de difficultés en raison de la seconde vague de la pandémie Covide-19. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Une percée dans les accords commerciaux UE-Royaume-Uni est possible. La Grande-Bretagne et l’UE disposent de plusieurs semaines pour parvenir à une avancée dans les négociations commerciales avant que la chambre haute du Parlement britannique n’examine le projet de loi controversé sur le marché intérieur, a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères jeudi 24 septembre.

« Je crois qu’il y a une marge de négociation. J’espère que les deux parties, en particulier le Royaume-Uni, en tireront profit afin de passer à la vitesse supérieure », a déclaré Simon Coveney au Parlement. « Il est possible de conclure un accord ». (Euractiv.com)

LISBONNE

Prolongation de l’état d’urgence. Le gouvernement portugais a décidé jeudi (24 septembre) de prolonger l’état d’urgence au Portugal continental jusqu’au 14 octobre étant donné l’augmentation des cas de SARS-CoV-2 au cours des cinq dernières semaines.

La décision du gouvernement a été annoncée par la ministre de la Présidence, Mariana Vieira da Silva. D’après elle, le gouvernement réévaluera l’état d’urgence dans un délai de deux semaines et réalisera une analyse plus approfondie des répercussions des premières semaines d’école. (Pedro Morais Fonseca, Lusa.pt)

ZAGREB

Mike Pompeo en visite la semaine prochaine. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo se rendra en Croatie la semaine prochaine, où il discutera de la levée de l’obligation de visa pour les citoyens croates, de la double imposition et des Balkans occidentaux, a déclaré jeudi (24 septembre) le ministre des Affaires étrangères Goran Grlic Radman.

M. Radman a souligné que la question de la 5 G et de la technologie chinoise serait également à l’ordre du jour, mais a refusé de se prononcer sur la signature d’une déclaration commune concernant la sécurité de la 5 G, comme l’a fait la Slovénie en août. « Cette question sera abordée », a-t-il dit brièvement. (Zoran Radosavljevic, Euractiv.com)

SOFIA

Pas de violence policière, juste de la violence contre la police. Le ministre bulgare de l’Intérieur, Hristo Terziiski, a envoyé aux députés européens trois vidéos avec des séquences sélectionnées montrant uniquement des actions agressives de manifestants contre la police à Sofia, confirmant que des journalistes avaient été battus et que des violences policières avaient effectivement eu lieu.

Cependant, M. Terziiski n’a pas montré aux députés les images de la répression policière qui agit comme un élément déclencheur des troubles civils dans le pays, et ce, depuis les premiers jours des protestations contre le gouvernement et le procureur général. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER