En Belgique, la rencontre entre Jan Jambon et Viktor Orbán ne passe pas

[EPA/OLIVIER HOSLET]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BRUXELLES

Visite controversée. La visite programmée du Premier ministre flamand en Hongrie a suscité des inquiétudes en Belgique, notamment du côté des socialistes qui craignent que les discussions sur la situation de l’état de droit en Hongrie ne soient pas abordées frontalement.  « Il va sans dire que je soulèverai des critiques sur l’État de droit et la liberté de la presse dans mes discussions », s’est défendu le Premier ministre flamand Jan Jambon (N-VA) à propos de sa visite controversée à Budapest, où il doit rencontrer le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto et le Premier ministre Viktor Orbán.

Protéger les enfants. Par ailleurs, le roi Philippe de Belgique a demandé au Conseil de sécurité des Nations unies de « mieux protéger les enfants pour rendre possible une paix durable ». « Un enfant sur cinq dans le monde souffre de l’impact négatif des conflits armés — ce chiffre ne peut pas vous laisser indifférent », a déclaré le Roi des Belges lors de son discours à New York dans le cadre de la présidence du pays au Conseil de sécurité de l’ONU. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Les dates des votes avancées ? Après le départ d’Annegret Kramp-Karrenbauer, le CDU envisage d’avancer le calendrier électoral pour choisir le prochain chef de parti et le futur candidat à la Chancellerie après que les politiciens du parti ont exprimé leurs inquiétudes. Initialement, le candidat devait être choisi d’ici l’été et son élection devait être validée lors de la conférence annuelle du parti en décembre. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La France liée au meurtre de Daphne Caruana Galizia ? Le Parquet national financier a ouvert une enquête sur certaines personnes soupçonnées d’avoir joué un rôle dans l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, une journaliste d’investigation maltaise assassinée par une voiture piégée en 2017 après avoir enquêté sur les problèmes de corruption de son pays. Le Parquet étudie actuellement les liens entre les activités économiques françaises et l’éventuelle corruption d’agents étrangers. La crise constitutionnelle et politique qui a suivi la mort de la journaliste a poussé l’ancien Premier ministre Joseph Muscat à démissionner en janvier. (Euractiv France)

LONDRES

Remaniement du gouvernement. Les ministres se préparent à un remaniement radical du gouvernement avant la fin de cette semaine, ce qui pourrait entraîner une série de licenciements et de restructurations ministérielles. Le département sur la sortie de l’UE a déjà été supprimé. Le département du commerce international pourrait quant à lui être intégré au département des affaires. Le lieutenant en chef de Johnson, Michael Gove, devrait être officiellement en charge de gérer les négociations de Brexit. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

VIENNE

Marche arrière dans l’affaire Airbus. Après avoir déclaré à la chaîne publique ORF que l’inculpation de l’Autriche contre Airbus devait avoir lieu « très bientôt », la ministre de la Justice Alma Zadić (Verts) a fait marche arrière le lendemain. Sa déclaration faisait suite à la corruption présumée de fonctionnaires lors de l’achat par l’État de 18 avions Eurofighter en 2003.

Dans un communiqué de presse, Alma Zadić a précisé qu’elle ne voulait pas anticiper la décision du procureur général, seul compétent pour la mise en accusation. Peu après, les sociaux-démocrates lui ont reproché de « créer la confusion » avec ces messages contradictoires, disant que les contribuables attendent de la clarté dans l’affaire Eurofighter. En 2017, l’Autriche avait poursuivi Airbus pour avoir soudoyé des fonctionnaires afin d’acheter leurs avions Eurofighter, pour lesquels Airbus a récemment admis qu’il y avait eu des « contributions politiques ». (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

ROME

Salvini doit être jugé. Le Sénat italien a levé l’immunité du chef de la Lega, Matteo Salvini, autorisant l’enquête sur les allégations d’enlèvement de migrants qui n’ont pas été débarqués du navire des garde-côtes italiens Gregoretti en juillet dernier. Après le vote, Matteo Salvini a déclaré qu’il restait calme et fier de ce qu’il avait fait. « Je le referai dès que je serai de retour au gouvernement », a-t-il ajouté. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com)

LISBONNE

Importation de voitures d’occasion. La Commission européenne saisit la Cour de justice de l’UE d’une plainte contre le Portugal parce que ses véhicules d’occasion importés d’autres États membres de l’UE sont toujours soumis à des taxes plus élevées que celles appliquées aux véhicules « d’occasion » achetés sur le marché portugais. (André Campos et Vanda Proença, Lusa.pt)

VARSOVIE | BUDAPEST

Réunion des maires. Rafał Trzaskowski, maire de Varsovie, a participé à une réunion à Bruxelles aux côtés des maires de Budapest, Bratislava et Prague. Après avoir convoqué un « Pacte des villes libres » il y a quelques mois afin d’agir ensemble pour défendre les valeurs européennes face à leurs gouvernements centraux, les quatre maires se sont réunis à Bruxelles pour faire pression en faveur de l’octroi de fonds européens pour lutter contre le changement climatique, entre autres choses. Le maire de Budapest souligne que les deux défis les plus importants pour le bloc sont la lutte contre le réchauffement climatique et la crise des démocraties d’Europe centrale. Les édiles veulent également « construire une résistance contre le populisme en introduisant un exemple positif dans la sphère publique ». (Łukasz Gadzała | Euractiv Pologne, Vlagyiszlav Makszimov |Euractiv.com)

SOFIA

Le partenaire bulgare de Marine Le Pen veut un référendum sur l’euro. Dans une tentative d’entraver les efforts du gouvernement en vue d’une monnaie européenne commune, le leader du parti eurosceptique prorusse Volya (Will) Vesselin Mareshki, a lancé une campagne pour un référendum sur l’adoption de l’euro en Bulgarie. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BUCAREST

Exploitation illégale des forêts. La Commission européenne demande à la Roumanie d’appliquer correctement la législation sur le bois afin d’empêcher la production et la mise sur le marché de l’UE de produits fabriqués à partir de bois récolté illégalement. L’exécutif européen affirme que la Roumanie n’est pas en mesure de contrôler et de sanctionner efficacement les opérateurs, et qu’elle ne prend pas en compte l’impact sur les habitats protégés en autorisant l’exploitation de ses forêts.

Par ailleurs, la Commission a exhorté la Roumanie (ainsi que la Grèce et Malte) à accélérer la mise en œuvre de sa législation environnementale, dont le programme aurait dû être adopté et fourni à la l’exécutif européen avant le 1er avril 2019. (Euractiv Roumanie)

BELGRADE

Pas d’adhésion à Interpol. Le Kosovo « devra notifier aux institutions compétentes qu’[il] ne posera pas sa candidature à Interpol cette année. Cela nous a été suggéré par nos partenaires étrangers », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Glauk Konjufca, selon les médias kosovars. Alors qu’il s’était retiré d’un débat sur l’adhésion en 2019 au Chili, il n’avait pas réussi à obtenir le soutien des deux tiers des membres en 2018 à Dubaï. (Euractiv Serbie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.