France : un attentat à Nice a couté la vie à trois personnes

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d'EURACTIV. [EPA-EFE/ERIC GAILLARD]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PARIS

Un attentat à Nice a coûté la vie à trois personnes. L’attaque au couteau a eu lieu jeudi matin (29 octobre) à la basilique Notre-Dame de l’Assomption. Deux femmes et un homme ont péri sous les coups de l’assaillant.

Ce dernier, après avoir crié à plusieurs reprises « Allahou akbar », a été blessé par balles par la police à sa sortie de l’édifice religieux. Il a été conduit à l’hôpital, selon des sources policières. Aucune célébration n’avait lieu dans la basilique, mais les portes de l’église, qui donnent sur la rue, ouvrent dès 8 heures.

« C’est la France qui est attaquée », a martelé Emmanuel Macron qualifiant les faits d’« attaque terroriste islamiste ». Le président français a annoncé le renforcement de l’opération sentinelle, passant de 3000 à 7000 soldats pour protéger les lieux de cultes et les écoles. Cette attaque a eu lieu seulement deux semaines après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie dans les Yvelines. (Lucie Duboua-Lorsch, Euractiv France)

Lire aussi : La France en alerte après « une attaque islamiste » contre une basilique de Nice 

INSTITUTIONS EUROPÉENNES

L’UE va financer le transfert transfrontalier des patients atteints de Covid-19. L’UE financera le transfert de patients par-delà les frontières au sein du bloc afin d’éviter que les hôpitaux ne soient débordés par la montée en flèche des infections et des hospitalisations liées à la Covid-19. (Georgi Gotev, Euractiv.com)

L’accord sur le lien entre les fonds de l’UE et l’état de droit progresse. Le Parlement européen et le Conseil étaient sur le point de parvenir à un accord jeudi (29 octobre) sur le lien entre l’état de droit et l’octroi des fonds de l’UE, mais ils restent en désaccord sur la manière de déclencher le mécanisme. (Jorge Valero, Euractiv.com)

BERLIN

Les critiques du Bundestag sur le confinement. La chancelière allemande Merkel s’est exprimée devant le Bundestag jeudi (29 octobre) lors d’un débat sur le confinement, qui entrera en vigueur le 2 novembre. Bien qu’elle ait qualifié les nouvelles mesures d’« appropriées, nécessaires et proportionnées », l’opposition n’a pas été impressionnée par cette décision. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Le confinement entre les mains du comité de concertation. Ces derniers jours, les épidémiologistes, les hôpitaux et le personnel médical ont fait valoir qu’il n’y avait pas d’autre option qu’un nouveau confinement à travers le pays, augmentant la pression auprès du comité de concertation du pays. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

La République tchèque, dans la liste des pays à risque. Jeudi (29 octobre), le gouvernement autrichien a étendu son avertissement de voyage à l’ensemble de la République tchèque : les voyageurs en provenance du pays et entrant en Autriche devront présenter un test de Covid-19 négatif effectué dans les 72 heures ou se mettre en quarantaine et passer un test dans les 48 heures. De nouvelles mesures nationales seront présentées samedi (31 octobre), a annoncé Vienne. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

La récession est plus grave que prévu. Le FMI a revu à la baisse ses prévisions pour l’économie britannique en 2020 dans son rapport publié jeudi (29 octobre), prévoyant une chute de 10,4 % du PIB, pire que les 9,8 % initiaux, en raison de la pandémie de Covid-19 et de la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Le Taoiseach salue la coordination européenne. Le Taoiseach Micheál Martin a soutenu les projets visant à mieux coordonner la gestion du coronavirus à l’échelle du bloc, à la suite d’une réunion avec les dirigeants européens jeudi soir (29 octobre). (Samuel Stolton, Euractiv.com)

HELSINKI

Pas besoin d’un salaire minimum légal. La Finlande déclare qu’elle s’en tiendra à son système traditionnel de négociation salariale au lieu d’être soumise à un minimum européen, après que la Commission européenne a présenté mercredi (28 octobre) une proposition de directive visant à garantir que les travailleurs de l’Union reçoivent un salaire minimum adéquat. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

Lire aussi : Selon l’exécutif européen, un salaire minimum identique dans tout le bloc est impossible

ROME

L’adéquation des ministres italiens est remise en question. Le Premier ministre Giuseppe Conte devrait « évaluer chaque ministre et vérifier s’ils sont capables de faire face à l’urgence », a soutenu Andrea Marcucci, leader du Parti démocratique (PD) partenaire de la coalition au Sénat. « Nous avons besoin d’une majorité cohérente », a-t-il ajouté. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

Les régions espagnoles se préparent à un confinement partiel. Plusieurs régions ont commencé à fermer leurs frontières avant la fête de la Toussaint, une période de l’année où les Espagnols partent généralement en voyage à travers le pays, les autorités sanitaires ayant enregistré 19 000 infections supplémentaires par le SARS-CoV-2 mercredi (28 octobre). (Euroefe)

ATHÈNES

Dernier avertissement avant un confinement total en Grèce. Les annonces du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis vendredi dernier concernant le renforcement des restrictions seront les dernières, car « la prochaine fois elles concerneront un nouveau confinement total », ont déclaré des sources gouvernementales. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Le ministère polonais des Sciences et de l’Éducation menace les universités. Certaines universités polonaises pourraient perdre des fonds publics après avoir annulé mercredi (28 octobre) les cours obligatoires actuellement dispensés en ligne et permis aux étudiants de participer à des manifestations contre la décision du Tribunal constitutionnel sur l’avortement, a averti le ministre des Sciences et de l’Éducation Przemysław Czarnek. (Anna Wolska, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Appels à l’interdiction générale du Hezbollah. La chambre basse du parlement tchèque a adopté cette semaine une résolution qualifiant le groupe chiite libanais Hezbollah d’« organisation terroriste » qui « menace toutes les démocraties », arguant que « la division trompeuse de cette organisation en parties militaire et politique » doit être rejetée, car « elle agit comme une structure interne interconnectée ». (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

La Hongrie réagit aux attaques terroristes en France. Les responsables politiques d’Europe occidentale devraient cesser de passer leur temps à débattre de l’état de droit en Hongrie et en Pologne et plutôt défendre leurs propres citoyens contre les attaques terroristes, a déclaré la ministre hongroise de la Justice, Judit Varga. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Le Premier ministre slovaque n’aime pas son travail. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre slovaque Igor Matovič a déclaré qu’il n’avait aucun désir de diriger le bureau dans lequel il se trouve actuellement. (Zuzana Gabrizova, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer