Grèce : la visite de Mike Pompeo est déterminante

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ATHÈNES

Visite cruciale à Thessalonique. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo effectue aujourd’hui une visite cruciale à Thessalonique, dans le nord de la Grèce, et à La Canée, dans l’île de Crète ; deux endroits qui n’ont pas été choisis par hasard, selon les médias grecs. Cette visite intervient tandis que les tensions avec la Turquie perdurent à propos des forages gaziers en Méditerranée orientale et que de prochaines discussions exploratoires devraient être entamées par les deux pays cette semaine.

Les lieux que M. Pompeo a choisi de visiter sont symboliques : Thessalonique confirme l’intérêt des États-Unis pour le nord de la Grèce dans le contexte de leur concurrence avec la Russie pour la région des Balkans. Les oligarques russes ont été influents dans le nord de la Grèce et n’ont pas tenté de bloquer l’accord de changement de nom avec la Macédoine du Nord il y a quelques années.

En Crète, Washington dispose d’une solide base navale qu’elle est prête à moderniser. Un souhaite qui coïncide également avec les discussions à la Maison-Blanche sur la relocalisation de la base américaine à Incirlik en Turquie, Ankara ayant averti qu’elle pourrait l’en expulser. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

BERLIN

Des mesures unifiées et plus sévères contre le nouveau coronavirus. La chancelière allemande Angela Merkel (CDU) doit rencontrer les 16 chefs des Länder mardi (29 septembre) pour discuter de la réponse du pays face au SARS-CoV-2. Comme le nombre de cas continue d’augmenter dans certaines régions, plusieurs souhaitent voir des mesures plus strictes à l’échelle nationale.

Parmi eux figure le Premier ministre bavarois Markus Söder (CSU), qui a demandé dimanche (27 septembre) la mise en place d’un code couleur normalisé dans l’ensemble du pays, car les Länder n’ont actuellement pas de réponse uniforme aux niveaux élevés d’infections. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La droite et le centre confirment leur majorité au Sénat. Les grands électeurs ont réélu ce dimanche (27 septembre) l’alliance de la droite et du centre à la chambre haute du Parlement français, dont la moitié des sièges étaient à pourvoir. Gérard Larcher, président sortant du Sénat, a annoncé sa candidature pour rester le deuxième personnage de l’État. Les élections ont aussi été marquées par un retour d’un groupe écologiste et le maintien du seul siège du Rassemblement national. Le parti d’Emmanuel Macron a quant à lui réussi à se maintenir. (Anne Damiani, Euractiv France)

VIENNE

Bregenz : premier maire social-démocrate depuis 30 ans. Michael Ritsch a été élu maire de Bregenz, la capitale du Vorarlberg – le Land le plus occidental d’Autriche -, devenant ainsi le premier social-démocrate à occuper ce poste depuis 1990 et mettant fin à 25 ans de campagne victorieuse de l’ÖVP. C’est un coup de maître pour le Parti social-démocrate autrichien (SPÖ), en crise depuis l’accession de Sebastian Kurz (ÖVP) à la chancellerie en 2017, prenant ainsi la place de Christian Kern (SPÖ). Pour son premier mandat, M. Kurz avait alors formé une coalition avec l’extrême droite (FPÖ), avant de se tourner vers les Verts après sa deuxième victoire électorale en 2019. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

HELSINKI

La Première ministre et le monde des affaires, à couteaux tirés. Après des semaines de nouvelles économiques inquiétantes, la Première ministre Sanna Marin a déclaré vendredi (25 septembre) au magazine économique Talouselämä qu’il était maintenant temps pour les entreprises de prouver qu’elles « ont vraiment ce sens de la responsabilité sociale », ajoutant qu’« il semble qu’il y ait encore besoin d’un État providence et d’un secteur public fort ».

Au cours de l’entretien, la jeune Première ministre a critiqué le monde des affaires, soulignant que le message propagé par secteur au fil des ans avait été « que la réglementation [pouvait] être assouplie puisque les entreprises [étaient] prêtes à assumer la responsabilité de leurs actions ». (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

LUXEMBOURG

Luxembourg, 12e centre financier mondial. Le centre financier luxembourgeois se classe au 12e rang des plus grands centres financiers au monde et est désormais devenu le premier centre financier de l’UE grâce au Brexit, selon le Global Financial Centres Index. Bien que la ville de Londres reste le deuxième centre financier mondial, Luxembourg se classe derrière New York, Londres et Hong Kong sur le plan du capital humain et occupe la deuxième place dans le secteur des fonds d’investissement.

Depuis le référendum de 2016 sur le Brexit, environ 70 institutions financières ont choisi le Grand-Duché comme base pour accéder au marché de l’UE, selon Luxembourg for Finance. (Anne Damiani, Euractiv France)

DUBLIN | LONDON

La visite des États-Unis soulève les craintes de l’Irlande du Nord. L’envoyé spécial des États-Unis pour l’Irlande du Nord, Mick Mulvaney, doit se rendre en Irlande et au Royaume-Uni cette semaine, tandis que les inquiétudes liées au Brexit grandissent.

Mick Mulvaney doit se rendre à Dublin, Belfast et Londres dans les prochains jours. Il s’entretiendra avec de hauts responsables du gouvernement irlandais pour « faire avancer les priorités politiques américaines et affirmer l’engagement de longue date des États-Unis en faveur de la paix et de la prospérité sur l’île d’Irlande », selon le communiqué du Département d’État américain. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

ROME

Axer le plan de relance sur l’éducation. Le gouverneur de la Banque d’Italie, Ignazio Visco, a déclaré qu’« agir au niveau de l’éducation » et « améliorer les ressources et les infrastructures de l’éducation » étaient essentiels pour réduire l’écart dans le domaine de la recherche, car les « dépenses de recherche du pays sont deux fois moins élevées que la moyenne de l’OCDE ». D’après lui, le plan de relance de l’UE serait un moyen idéal de soutenir l’éducation du pays plutôt que le mécanisme européen de stabilité (MES). (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

BUDAPEST

Pas de quarantaine après le vote en Roumanie. Les doubles ressortissants hongrois et roumains et les Roumains vivant en Hongrie qui ont voté aux élections locales roumaines ne devront pas être mis en quarantaine à leur retour en Hongrie, a déclaré le secrétaire d’État du ministère des Affaires étrangères, Tamás Menczer, en soulignant l’importance pour tous les électeurs de participer aux élections. Bien que la Hongrie ait fermé ses frontières le 1er septembre, les électeurs et les enfants voyageant avec eux seront autorisés à rentrer en Hongrie à n’importe quel point de passage entre 8 heures du matin le dimanche et 9 heures le lundi. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

SOFIA

La Bulgarie soutient l’avenir européen de la Macédoine du Nord. La Bulgarie soutient l’avenir européen de la République de Macédoine du Nord, a assuré le Premier ministre bulgare Boyko Borissov à son homologue macédonien Zoran Zaev lors d’une conversation téléphonique dimanche (27 septembre). M. Borissov a indiqué qu’il pensait que les deux pays resteraient engagés dans la mise en œuvre du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération de 2017. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER