Ingérence hongroise dans les élections en Ukraine

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV. [EPA/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUDAPEST

Ingérence hongroise. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a convoqué l’ambassadeur de Budapest à Kiev après la campagne, sur les réseaux sociaux, de son homologue hongrois Péter Szijjártó pour les candidats de la Fédération culturelle hongroise en Transcarpathie (KMKSZ) lors des élections municipales de dimanche (25 octobre), a révélé l’agence de presse hongroise MTI par l’intermédiaire d’Evropeyskaya Pravda.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré dimanche qu’il « [était] profondément attristé que, par la sorte, Budapest ait effrontément confirmé son ingérence directe dans les affaires intérieures de l’Ukraine et porté un coup insidieux aux efforts constants du pays pour résoudre de manière constructive les problèmes des relations ukraino-hongroises ». (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BERLIN

CDU, le vote est reporté. Les chrétiens-démocrates (CDU) ont reporté la conférence du parti en raison du coronavirus et avec lui, le vote pour un nouveau chef de parti et probablement candidat chancelier. Initialement prévue pour le 4 décembre, la décision a été déplacée en 2021, laissant la dirigeante actuelle, Annegret Kramp-Karrenbauer, à la tête du parti au début de l’année électorale. La chancelière Angela Merkel a confirmé qu’elle ne sollicitera pas un nouveau mandat. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Les tensions entre la France et la Turquie montent encore d’un cran. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi 26 octobre Emmanuel Macron de diriger « une campagne de haine » envers les musulmans. L’homme fort d’Ankara a tenu un discours très virulent, estimant que la France mène « une campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d’Europe avant la Seconde Guerre mondiale » envers les musulmans.

Les attaques du président turc font suite à la réaction des autorités françaises après l’assassinat de Samuel Paty, un enseignant décapité après avoir montré des caricatures de Mahomet. Recep Tayyip Erdogan a également appelé à boycotter les produits d’origine française. Dimanche 25 octobre, l’ambassadeur de France en Turquie a été rappelé « pour consultation », une première dans l’histoire franco-turque.

Berlin et Rome ont fermement condamné les propos d’Ankara. Il s’agit, selon le porte-parole de la chancelière allemande Steffen Seibert, de « déclarations diffamatoires qui ne sont absolument pas acceptables ». Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a pour sa part estimé sur son compte Twitter que « les invectives personnelles n’aident pas l’agenda positif que l’UE veut poursuivre avec la Turquie, mais éloignent au contraire les solutions ». (Lucie Duboua-Lorsch, Euractiv France)

BRUXELLES

Covid-19 : le couvre-feu est-il anticonstitutionnel ? Un juriste et une philosophe des sciences de la Vrije Universiteit Brussel vont introduire un recours au Conseil d’État pour contester le couvre-feu, au nom du respect de la Constitution, ont révélé les médias belges lundi (26 octobre). (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Les conservateurs veulent des clarifications. Un groupe de 50 députés conservateurs du nord de l’Angleterre a demandé au Premier ministre britannique Boris Johnson de proposer une « feuille de route claire » pour sortir de la situation de confinement, ajoutant que la pandémie « [avait] mis en évidence de façon flagrante le profond désavantage structurel et systémique auquel sont confrontées nos communautés ». (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Paquet relatif aux services numériques : le gouvernement sous pression. Le gouvernement irlandais subit la pression des membres de la filière numérique pour qu’il adopte une approche critique sur la prochaine loi de l’UE concernant les services numériques (DSA), dont la Commission présentera les plans en décembre. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

HELSINKI

Plus de transparence dans les exportations d’armes. Il est difficile de dresser un tableau complet des politiques d’exportation d’armes de la Finlande, car le système est trop dispersé, selon le rapport annuel du groupe de réflexion indépendant et spécialisé dans la sécurité, Safer Globe, publié lundi (26 octobre). (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

VILNIUS

Le nouveau gouvernement conservateur-libéral. Le deuxième et dernier tour des élections législatives en Lituanie s’est achevé lundi au petit matin. Le parti conservateur L’Union de la patrie-Chrétiens-démocrates (TS-LKD) est arrivé en tête, suivi par l’Union des Paysans et Verts (LGPU) au pouvoir actuellement. (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

ROME

Covid-19 : personne n’est satisfait du nouveau décret. Le nouveau décret italien sur le SARS-CoV-2, qui est entré en vigueur lundi (26 octobre) et durera jusqu’au 24 novembre, a suscité des critiques de la part des politiques, des associations et des citoyens. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

L’Espagne va réclamer 100 % des fonds européens disponibles. Le gouvernement espagnol prévoit de réclamer la totalité des 140 milliards d’euros disponibles pour l’Espagne au titre du plan de relance pour l’Europe, et pas seulement la « tranche non remboursable », comme l’ont laissé entendre certains médias espagnols la semaine dernière, a confirmé le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez lors d’une visioconférence avec les dirigeants de toutes les régions espagnoles et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lundi (26 octobre). (Euroefe)

ATHÈNES

Le président égyptien met en garde contre la Turquie et la « vague de djihadistes ». Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi a récemment mis en garde les dirigeants de la Grèce et de Chypre contre une éventuelle « vague de djihadistes » en Méditerranée orientale, ainsi que contre la manière dont Recep Tayyip Erdoğan semble avoir abordé le terrorisme islamiste dans ses plans. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

« L’état de droit ne s’applique pas à l’avortement en Pologne ». « Un référendum sur l’avortement dans les conditions actuelles, où le parti au pouvoir dispose de possibilités illimitées de propagande et de débat dans les médias publics, ne laisserait pas de place à une discussion réelle et approfondie », a déclaré le médiateur des droits civiques Adam Bodnar dans un entretien avec Euractiv Pologne. (Karolina Zbytniewska, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Couvre-feu et magasins fermés le dimanche. Le gouvernement tchèque a introduit de nouvelles restrictions afin de ralentir la progression du coronavirus. À partir de mercredi (28 octobre), le couvre-feu devra être respecté tandis que tous les magasins essentiels encore ouverts devront fermer à 20 heures et le dimanche. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

Soupçonné d’avoir couvert un complot d’assassinat contre un policier. Le chef du bureau du procureur spécial de Slovaquie, Dušan Kováčik, a été suspendu de ses fonctions de procureur par le procureur général par intérim et a été placé en détention préventive à la suite de la décision d’un tribunal pénal spécialisé.

M. Kováčik est soupçonné, entre autres, d’avoir compromis l’enquête sur un complot de meurtre contre un officier de police de l’Agence nationale de la police criminelle, selon le quotidien Denník N. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer