Boris Johnson envisage des mesures sanitaires plus sévères

[EPA/LEON NEAL]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

LONDRES

Non-respect des mesures. Le gouvernement devra imposer des mesures plus strictes si les gens continuent à enfreindre les règles de distanciation sociale, a averti le Premier ministre britannique, Boris Johnson, dimanche 22 mars.

Tous les pubs, restaurants et cafés ont été fermés, mais le gouvernement s’inquiète du fait que trop de gens ne respectent pas les règles de distanciation d’au moins deux mètres entre eux. Les Britanniques ont en effet afflué à la côte et dans les parcs le week-end dernier. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

BERLIN

Angela Merkel en quarantaine. La chancelière allemande s’est mise en auto-isolement dimanche soir après avoir été en contact avec un médecin qui avait été testé positif au coronavirus, a annoncé son porte-parole peu de temps après une conférence de presse qu’elle a tenue sur les nouvelles mesures contre la propagation du coronavirus dans le pays. Ces restrictions incluent notamment la fermeture des restaurants, des salons de coiffures et de tatouage, alors que l’Allemagne a dépassé le cap des 20 000 personnes contaminées durant le week-end. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Huit semaines de confinement minimum. Le « lockdown » de la Belgique pourrait se poursuivre pendant au moins huit semaines, a déclaré la ministre de la Santé, Maggie De Block, au journal De Zondag. « C’est la question à un million de dollars ! », s’est exclamée la ministre à propos de la durée de la quarantaine. « Nous nous dirigeons maintenant vers le pic de l’épidémie, après quoi la courbe descendra. Je pense que cette situation va durer encore au moins huit semaines — ce serait [l’évolution normale de] la courbe ». Elle a ajouté que cette estimation se basait sur les exemples de la Chine et de la Corée du Sud. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

DUBLIN

Accord avec la Chine. Le gouvernement irlandais est en pourparlers avec la Chine sur un éventuel accord concernant l’équipement de protection contre le virus, a déclaré le vice-premier ministre, Simon Coveney. « Nous avons maintenant un contrat pour dépenser plus de 200 millions d’euros en équipements de protection individuelle en provenance de Chine », a-t-il déclaré.

L’homme politique a également révélé que l’Irlande était proche d’un accord par lequel la Chine enverrait chaque semaine 100 000 kits de test au cours des semaines à venir. (Samuel Stolton | Euractiv.com)

MADRID

Les hôpitaux mis à rude épreuve. Samedi 21 mars, le nombre de décès liés aux coronavirus a augmenté de 32 % en Espagne, ce qui porte le nombre total de décès à plus de 1 300 – et ce seulement une semaine après que le gouvernement a déclaré l’état d’urgence. Plus de 300 décès ont été enregistrés dans la nuit de vendredi à samedi et le nombre de patients hospitalisés est passé à 13 000, a indiqué le ministère de la Santé. (Victoria Moreno | Euroefe)

ATHÈNES

La Grèce aussi en quarantaine. L’état de confinement a été déclaré en Grèce, qui compte plus de 624 cas de coronavirus, dont 124 hospitalisés et 34 intubés. « En Italie, malheureusement, une personne décède toutes les deux minutes. Et la situation s’aggrave partout dans le monde. Je suis donc obligé d’éviter que notre pays ne subisse une telle épreuve », a déclaré le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis. « Mais je ne permettrai pas qu’un petit nombre de personnes négligentes compromette la sécurité du reste », a-t-il ajouté, en faisant référence aux Grecs qui ont ignoré la règle du confinement. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv Grèce)

ROME

Augmentation record du nombre de décès. Samedi, l’Italie a enregistré 793 décès, contre 651 dimanche. Le commissaire à l’aide d’urgence et chef de la protection civile, Angelo Borrelli, a déclaré dimanche que le coronavirus avait fait 5476 victimes dans le pays. Au total, plus de 59 138 personnes, y compris les victimes et celles qui se sont rétablies, ont contracté le virus en Italie. (Ansa.it)

PRAGUE

Confiscation des masques. Un colis de 100 000 masques chinois pour l’Italie avait été saisi la semaine dernière par la douane tchèque. Le ministre des Affaires étrangères, Tomáš Petříček, a déclaré à la presse du pays dimanche que la République tchèque réparerait son erreur en envoyant à l’Italie le même nombre de masques en début de semaine. Le ministre compte aussi expliquer à son homologue italien que cette saisie n’était pas volontaire, mais obligatoire, parce qu’un groupe organisé soupçonné de fraude aurait « volé » la cargaison. (Ondřej Plevák | Euractiv République tchèque)

SOFIA

Restrictions de voyage. La Bulgarie a enregistré 15 nouveaux cas de coronavirus dimanche, ce qui porte le total de personnes atteintes à 185, selon le quartier général des opérations nationales. Parmi eux, 30 personnes sont hospitalisées et 3 personnes sont décédées jusqu’à présent. La dernière mesure de confinement oblige les nombreux propriétaires de maisons de vacances à ne pas quitter les villes pour rejoindre leur résidence secondaire.

Le Premier ministre du pays, Boïko Borissov, et le président, Roumen Radev, avaient annoncé mettre de côté leurs divergences face à la menace du coronavirus il y a une semaine, mais le conflit a repris dimanche. Le président a mis son veto à la loi d’urgence, n’acceptant pas certains éléments de celle-ci, notamment les restrictions à la liberté d’expression qui y sont introduites. (Georgi Gotev | Euractiv Bulgarie)

ZAGREB   

Deux crises parallèles. « Nous subissons deux crises parallèles qui se contredisent », a déclaré le Premier ministre croate, Andrej Plenković, après une réunion d’urgence des hauts fonctionnaires du pays. Outre la crise sanitaire, Zagreb a été victime d’un tremblement de terre d’une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter dimanche. (Karla Junicic | Euractiv Croatie)

BUCHAREST

La Roumanie demande l’aide de la BERD. Le gouvernement roumain a fait appel à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) afin d’élaborer une stratégie de relance économique après la crise du coronavirus. « Nous voulons être prêts lorsque la crise se terminera, pour voir dans quelle direction l’économie roumaine devrait aller », a déclaré le ministre de l’Économie, Virgil Popescu, à la télévision du pays. Il a également indiqué que le gouvernement travaillait à une deuxième série de mesures de soutien des entreprises touchées par la crise sanitaire. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.