La Bulgarie rejoint la coalition américaine contre Huawei

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

SOFIA

La Bulgarie a rejoint la coalition internationale dirigée par les États-Unis contre Huawei, tandis que le Premier ministre Boyko Borissov a signé un accord-cadre vendredi (23 octobre) avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lors d’une cérémonie improvisée par vidéoconférence sur la sécurité de son réseau 5G. Cependant, les accords n’ont pas été officiellement approuvés par le Conseil des ministres bulgare. Bien que les déclarations aient été définies par les parties comme des « documents clés », elles ne peuvent pas être juridiquement contraignantes. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BERLIN

Le ministre des Affaires étrangères veut une remise à zéro transatlantique. A un peu plus d’une semaine des élections présidentielles américaines, Berlin espère un rapide « nouveau départ dans le partenariat transatlantique » après les élections – quel que soit le vainqueur, a déclaré le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas ce week-end. (Alexandra Brozozwski, Euractiv.com)

PARIS

Manifestation massive pour les Arméniens du Haut-Karabakh. Des milliers de personnes dont plusieurs élus ont défilé dimanche (25 octobre) à Paris pour soutenir les Arméniens du Haut-Karabakh, alors que de nouveaux combats entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ont éclaté ce week-end. L’Iran a également envoyé des troupes ce dimanche, selon l’agence d’État iranienne IRNA.

« La volonté de massacrer les Arméniens est très clairement affirmée et renforcée par la participation active de la Turquie à cette guerre », a déploré le Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes (CCAF), qui avait lancé l’appel à manifester. « Les citoyens français d’origine arménienne appellent le président Emmanuel Macron à reconnaître la République arménienne du Haut-Karabakh et lancent un appel au secours pour que les Arméniens bénéficient d’une protection internationale. Ils ne peuvent être seuls contre l’Azerbaïdjan, la Turquie et les djihadistes ». (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

BRUXELLES

Tout, sauf un confinement total. Le gouvernement régional bruxellois a annoncé une série de nouvelles mesures au cours du week-end visant à contrer la hausse des infections à COVID-19. Parmi celles-ci, en vigueur jusqu’au 19 novembre, figure une prolongation du couvre-feu préexistant de 22 heures à 6 heures du matin et l’obligation de porter un masque à tout moment et dans toute la région. Le télétravail doit être imposé dans la mesure du possible, les magasins doivent fermer au plus tard à 20 heures et les personnes doivent faire leurs achats seuls, à deux exceptions près : s’ils sont accompagnés d’un mineur de moins de 12 ans, ou s’ils accompagnent une personne souffrant d’un handicap. Les lieux culturels, y compris les musées, les galeries, les théâtres et les cinémas, ainsi que les installations sportives, sont désormais fermés. (Alexandra Brozozwski, Euractiv.com)

VIENNE

Des millions de dollars volés sur le chantier du tunnel du Semmering. Huit personnes qui avaient travaillé sur le chantier du tunnel de base du Semmering – un tunnel de 27,3 km de long reliant la Styrie à la Haute-Autriche – font l’objet d’une enquête pour fraude et détournement de fonds par le procureur général de Styrie, car elles auraient volé des outils et des matériaux sur le chantier et les auraient vendus au marché noir, selon la police. Les dommages sont estimés à 1,9 million d’euros. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Prolongation des négociations commerciales. Le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, Michel Barnier, restera à Londres trois jours supplémentaires afin de continuer les discussions commerciales avec son homologue britannique, David Frost. La conclusion d’un accord se profilerait-elle à l’horizon ? (Benjamin Fox, Euractiv.com)

HELSINKI

Une énorme fuite de données choque les citoyens et les politiques. Le piratage du centre privé de psychothérapie Vastaamo la semaine dernière a permis à des informations sensibles et secrètes concernant vraisemblablement des dizaines de milliers de patients, dont des enfants, d’atterrir entre les mains de cybercriminels, provoquant une onde de choc à travers le pays et révélant des failles dans la sécurité des données. Le gouvernement a déjà mis en place des lignes d’assistance téléphonique pour aider ceux qui ont été piratés. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

VILNIUS

L’opposition de centre droit remporte les élections en Lituanie. L’opposition de centre droit lituanienne a remporté les élections parlementaires ce dimanche (25 octobre), ouvrant la voie à une coalition entièrement féminine à la tête de l’État balte. Le parti conservateur « l’Union de la patrie-Chrétiens-démocrates » a ainsi remporté 49 sièges sur 141 et deux partis libéraux en ont gagné respectivement 12 et 11, tandis que l’actuel parti au pouvoir « l’Union des Paysans et Verts » en a obtenu 32. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

ROME

Mise en place d’un « mini-confinement ». Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a détaillé dimanche (25 octobre) les nouvelles mesures qui seront appliquées du 26 octobre au 24 novembre. « L’analyse de la situation actuelle montre une augmentation inquiétante des cas positifs, ce qui entraîne des difficultés pour notre système de santé », a déclaré M. Conte, ajoutant que « nous devons faire de notre mieux pour protéger notre santé et notre économie, c’est pourquoi les nouvelles mesures dureront jusqu’au 24 novembre ». (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

État d’alerte. Dimanche (25 octobre), le gouvernement espagnol a décrété un nouvel état d’alerte et annoncé un couvre-feu, tandis que la bataille entre la deuxième vague et Madrid continue. Le Premier ministre Pedro Sánchez a déclaré qu’il demanderait au Parlement de maintenir le mécanisme d’urgence en place pendant six mois, jusqu’au 9 mai. (Euroefe avec EPA)

ΑΤΗÈΝES

Soutien à Emmanuel Macron. Athènes a exprimé son plein soutien au président français Emmanuel Macron dans son nouvel affrontement avec son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan.

« Les insultes personnelles contre le président Macron et les discours de haine visant la France formulés par les dirigeants turcs sont inacceptables, alimentent la haine religieuse et sapent la coexistence pacifique. Je soutiens entièrement Emmanuel Macron et le peuple français, toujours en deuil d’un crime odieux », a tweeté le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Quatrième jour de manifestations contre la loi sur l’avortement. Dimanche (25 octobre) a marqué le quatrième jour consécutif de protestations à travers la Pologne contre la décision prise jeudi (22 octobre) par le Tribunal constitutionnel selon laquelle les lois autorisant actuellement l’avortement pour cause de malformation du fœtus sont inconstitutionnelles. (Mateusz Kucharczyk, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Le ministre de la Santé a enfreint ses propres règles. Le ministre tchèque de la Santé Roman Prymula est prêt à démissionner après avoir été photographié par le populaire tabloïd tchèque Blesk lors d’une réunion privée dans un restaurant, violant ainsi les mesures de son pays contre le nouveau coronavirus qu’il a lui-même imposées. Bien que celui-ci nie tout acte répréhensible, il admet que la confiance du public à son égard a été gravement ébranlée. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

Dépistage et confinement. Les tests nationaux en Slovaquie ont commencé ce week-end dans quatre districts au nord du pays, qui sont actuellement les plus touchés par la deuxième vague de coronavirus. Dimanche (25 octobre) à 14 heures, 130 000 personnes ont été testées, dont 3,76 % ont été déclarées positives, bien que les tests antigènes ne détectent que les personnes très infectieuses et soient moins fiables que les tests PCR. Le reste du pays devrait passer des tests au cours des week-ends prochains. En attendant, la Slovaquie est partiellement confinée. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer