La Commission reste muette sur les demandeurs d’asile albanais

Plus de 1 400 Albanais ont demandé l’asile dans les États membres de l’UE en août 2021, soit une augmentation de 46 % par rapport à juillet et plus du double par rapport à juin. [Shutterstock/Alexandros Michailidis]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook

Collecter des fonds en Europe avec Facebook.

Au Portugal, Vamos Ajudar o Diogo utilise Facebook pour collecter des fonds et sensibiliser l’opinion publique à FOXP1, une maladie génétique rare. Plus de 27 millions de personnes dans l’UE ont créé des collectes de fonds Facebook ou fait un don pour des causes qui leur tiennent à cœur. En savoir plus.


Aujourd’hui dans les Capitales

TIRANA

La Commission reste muette sur les demandeurs d’asile albanais. Selon les données de l’UE, plus de 1 400 Albanais ont demandé l’asile dans les États membres de l’UE en août 2021, soit une augmentation de 46 % par rapport à juillet et plus du double de celle de juin, retrouvant ainsi une tendance pré-pandémique. Cette situation survient alors que la réduction des demandes d’asile infondées est l’une des conditions d’adhésion à l’UE que l’Albanie a rempli, selon la Commission.

Les chiffres étaient plus élevés que dans les mois précédant la pandémie, où 1 124 demandes ont été déposés en février 2020 et 1 122 en janvier 2020. En décembre 2019, il y en avait 1 532, et en novembre, 1 672, ce qui suggère que les chiffres actuels reviennent à la tendance qui avait été interrompue en raison de l’épidémie de Covid-19.

Sur les demandes du mois d’août, 1 200 étaient des premières demandes, et quelque 230 étaient des nouvelles demandes. L’Albanie a réalisé plus de demandes d’asile en août que l’Ukraine, le Kosovo, la Serbie, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Bosnie-Herzégovine réunis.

Le pays est le troisième contributeur le plus important de demandes d’asile aux pays de l’UE en provenance du continent européen. La Turquie est arrivée en tête avec 3 066 demandes, suivie de la Géorgie avec 1 524 demandes, de l’Albanie, puis de la Moldavie avec 1 139 demandes.

Au total, 283 Albanais ont obtenu le statut de réfugié, ou la protection subsidiaire dans l’UE depuis janvier 2021, bien que l’Albanie soit considérée comme un pays d’origine «  sûr  ». Parallèlement, plus de 3 500 dossiers sont toujours en attente d’une issue.

L’office statistique de l’UE a noté que «  les Albanais ont rejoint les 10 principales nationalités demandant une protection internationale dans l’UE, pour la première fois en deux ans.  »

Près d’un quart de million d’Albanais ont demandé l’asile dans un État membre de l’UE entre 2008 et 2021, sans compter le Royaume-Uni, qui a vu 7000 demandes pour la seule année 2020.

Les chiffres ont légèrement diminué en 2020 en raison de la pandémie, mais depuis que les mesures de voyage ont été réduites, les chiffres sont repartis à la hausse.

Selon divers rapports réalisés dans le pays, les raisons courantes de la demande d’asile sont le manque d’emplois, les bas salaires, la corruption et la faiblesse de l’État de droit. Beaucoup demandent également l’asile pour des raisons de «  vendetta  », une forme de meurtre par vengeance, d’implication dans le crime organisé, d’être victime de crimes tels que la traite des êtres humains, et même de persécution politique.

Une tendance inquiétante a également été détectée en ce qui concerne les mineurs non accompagnés qui demandent l’asile. Quelque 60 000 d’entre eux seraient restés dans le pays et les ONG locales de défense des droits de l’enfant ont demandé une enquête parlementaire pour déterminer où ils se trouvent.

Un témoin expert du pays en Albanie pour le ministère de l’Intérieur britannique a déclaré à EURACTIV que les raisons courantes de la demande comprenaient le trafic sexuel, les femmes fuyant les mariages planifiés, les violences domestiques graves, les usuriers, les mauvais traitements de la police et les «  attaques dues à l’affiliation politique. » Ils ont ajouté qu’environ un tiers d’entre elles ont obtenu gain de cause.

La réduction des demandes d’asile est une condition pour l’ouverture de la première conférence intergouvernementale, qui marque le début officiel des négociations d’adhésion à l’UE.

Le rapport d’étape d’octobre 2021 notait que le nombre de demandes diminuait en même temps que le taux de reconnaissance. La Commission déclare que la condition a été remplie et qu’elle «  suit la tendance de très près  » et que des «  efforts substantiels  » sont encore nécessaires.

Une forte augmentation du nombre de demandes d’asile suggère que la situation nécessite plus de travail et de suivi avant de pouvoir déclarer des progrès.

L’équipe d’EURACTIV a contacté la Commission pour lui demander si le fait que des milliers d’Albanais fuient le pays chaque mois et demandent l’asile est le reflet de quelque chose qui ne tourne pas rond à Tirana. En outre, elle a demandé s’il était acceptable que les citoyens d’un pays candidat à l’UE se voient accorder une protection et un statut d’asile dans d’autres Etats membres. La Commission n’avait rien à ajouter à sa déclaration précédente qui ne s’attaquait cependant pas à la racine du problème.

Cette déclaration parlait de «  contrôles plus stricts aux points de passage frontaliers, d’entretiens approfondis à la sortie, d’informations sur les droits et obligations liés à l’exemption de visa, et d’une coopération étroite avec les États membres de destination  », et notait que l’Albanie avait mis en place des mesures pour résoudre ce problème.

En ce qui concerne le long chemin d’adhésion de l’Albanie à l’UE, la présidente de la Commission, Ursula von Der Leyen, a déclaré que la prochaine conférence intergouvernementale pourrait avoir lieu d’ici la fin de l’année. Cependant, un tel scénario semble peu probable en raison de l’inquiétude des Etats membres de l’UE et du veto de la Bulgarie sur la Macédoine du Nord, qui ne sera probablement pas levé d’ici là.

(Alice Taylor | EURACTIV.com)

BERLIN

Les Allemands sont sur le point de former un gouvernement avec un droit de veto « vert ». Alors que les négociations se poursuivent à Berlin sur le premier gouvernement tripartite de l’histoire de l’Allemagne, leur calendrier ambitieux pourrait être remis sur les rails. Une grande annonce est désormais attendue mardi 23 novembre. Lire plus.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne)

PARIS

« Situation explosive » en Guadeloupe :  Emmanuel Macron appelle à ne pas « céder aux mensonges »En marge d’un déplacement à Amiens, dans le nord de la France, le chef de l’État a appelé à « la quiétude et l’ordre public » en Guadeloupe, alors que l’île est secouée par un mouvement de protestation contre l’obligation vaccinale du personnel soignant.
« Notre priorité, c’est de continuer à convaincre que la vaccination est la meilleure protection. Et ne rien céder aux mensonges, au détournement d’informations et à la manipulation par certains de la situation », a déclaré le président de la République.

(Mathieu Pollet | EURACTIV France)

VIENNE BERLIN

La dirigeante de l’opposition biélorusse critique Berlin pour son appel avec Aleksandr Loukachenko. Sviatlana Tsikhanovskaya, leader de l’opposition biélorusse en exil, a demandé aux dirigeants européens de s’abstenir de contacter l’homme fort du pays, Aleksandr Loukachenko, lors de la Conférence internationale sur la Biélorussie à Vienne. Elle a également critiqué la chancelière allemande Angela Merkel pour avoir appelé M. Loukachenko afin d’apaiser les tensions dans la crise migratoire en cours à la frontière avec la Pologne. Lire plus.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

DUBLIN 

L’Irlande pourrait introduire la vaccination des jeunes enfants au cours de la nouvelle année. Le gouvernement pourrait introduire les vaccinations pour les enfants en âge de fréquenter l’école primaire, avec une date potentielle pour le début de la nouvelle année, a déclaré le Taoiseach (Premier ministre) Micheál Martin.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI | TALLINN

La Finlande répond à l’appel de l’Estonie pour les vaccins. La Finlande livrera 130 000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech d’ici la fin novembre à l’Estonie, qui a demandé l’aide d’autres pays de l’UE, a annoncé le ministère finlandais des Affaires sociales et de la Santé. En contrepartie, l’Estonie a promis de renvoyer la même quantité de vaccins à la Finlande en février de l’année prochaine.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM

La potentielle première femme Premier ministre de Suède se voit accorder plus de temps pour former un gouvernement. La ministre des Finances et présidente du parti social-démocrate, Magdalena Andersson, a obtenu un délai jusqu’à mercredi matin pour rassembler suffisamment de soutien au sein du parlement pour former un gouvernement et assurer sa place en tant que première femme Premier ministre du pays.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Le président italien fait l’éloge de la science derrière les vaccins à quelques semaines de la fin du mandat. Le président Sergio Mattarella a glorifié le rôle de la science dans la lutte contre le COVID-19 lundi à l’occasion de l’inauguration de l’année académique à l’Université Sapienza de Rome.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

L’Espagne souhaite que les fonds européens de la PAC et de Next Generation se complètent pour stimuler le secteur agroalimentaire. Le ministre de l’Agriculture Luis Planas a demandé lundi que la politique agricole commune (PAC) et les fonds du fonds de relance européen Next Generation EU se complètent et stimulent l’innovation dans le secteur agroalimentaire espagnol dans le but d’atténuer les effets secondaires économiques de la pandémie de Covid-19 dans l’économie du pays, a rapporté le partenaire d’EURACTIV, EFE.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Le Portugal est le septième pays de l’Union européenne où le nombre de décès et de nouveaux cas quotidiens d’infection par la Covid-19 est le plus faible. Le Portugal est le septième pays de l’Union européenne ayant le plus faible nombre de décès et de nouveaux cas quotidiens d’infection par le SRAS-CoV-2 par million d’habitants, selon le site web statistique Our World In Data.

(Mariana Caeiro, Fernando Peixeiro | Lusa.pt)

ATHENES 

L’église grecque ne peut pas garantir qu’elle suivra les dernières mesures sanitaires en vigueur. «  Les personnes qui travaillent ou sont bénévoles dans les Saintes Églises n’ont ni la capacité ni le pouvoir d’un bien public comme la police  », a annoncé le Saint-Synode lundi, alors que le nombre de décès liés à la Covid-19 a dépassé la centaine en un mois, rappelant les pires moments de la troisième vague de la pandémie l’année dernière.

(Matthaios Tsimitakis | EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Le soutien au PiS chute à 30 %. Le soutien au parti au pouvoir Droit et Justice (Prawo i Sprawiedliwość, PiS) a chuté à 30 %, selon plusieurs sondages d’opinion publiés ces derniers jours. Le soutien collectif de l’opposition démocratique reste stable, à plus de 40 %, souvent proche de 50 %, tandis que la Confédération d’extrême-droite enregistre des résultats inférieurs à 10 %. Les prochaines élections sont actuellement prévues pour 2023.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Lancement d’une pétition en faveur de la vaccination obligatoire en République tchèque. Le scientifique tchèque Peter Šeba, de l’Académie des sciences, a lancé une pétition en ligne en faveur de la vaccination obligatoire. Après quelques jours, elle a recueilli environ 2 500 signatures et a suscité un débat sur cette question sensible. Jusqu’à présent, le gouvernement tchèque a refusé d’opter pour la vaccination obligatoire. Lire plus.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Un pilote aidant les médias est visé par un logiciel espion acheté par les services secrets hongrois. Le numéro de téléphone d’un ancien journaliste de télévision apparaît dans la base de données divulguée de plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients du groupe israélien NSO, parmi lesquels se trouve le gouvernement hongrois pour la surveillance par le logiciel-espion Pegasus, a rapporté Telex via Direkt36.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

La Slovaquie toujours en retard sur l’UE en matière de numérisation. La Slovaquie est arrivée 22e dans l’indice de l’économie et de la société numériques (DESI) de cette année, publié chaque année par la Commission européenne, ce qui signifie que son classement n’a pas changé par rapport à 2020, rapporte EURACTIV Slovaquie.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Les discussions politiques en Bulgarie seront diffusées en direct. La coalition gagnante «  Continuons le Changement  » entame ce mardi une série de discussions avec des partenaires politiques potentiels dans le but de parvenir à un accord de coalition pour former un gouvernement stable. Pour la première fois, les réunions des politiciens se dérouleront devant un public. Les discussions politiques seront diffusées sur toutes les plateformes de médias sociaux.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCHAREST

Nicolae Ciuca a une chance de former le nouveau gouvernement roumain. Le président Klaus Iohannis a de nouveau désigné le ministre de la Défense Nicolae Ciuca pour former le nouveau gouvernement. Cette fois, M. Ciuca est soutenu par une coalition formée par les principaux partis des deux côtés de l’échiquier politique.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Selon le ministre des Affaires étrangères, la Croatie ressent la forte présence de la Chine. «  Nous ne pouvons pas simplement condamner la présence de la Chine si nous n’avons pas montré suffisamment de force en termes d’offre et de présence plus forte  », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Gordan Grlić Radman, ajoutant que l’influence économique de la Chine était forte dans les Balkans occidentaux, une région qui avait été négligée ces derniers temps.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

ZAGREB-VIENNE 

La présidence croate a fait part de ses préoccupations concernant les «  libertés humaines fondamentales  » en Autriche. Le président Zoran Milanović a déclaré que son bureau allait convoquer l’ambassadeur d’Autriche pour lui faire part de ses préoccupations concernant les «  libertés humaines fondamentales  » dans ce pays. Commentant les restrictions de plus en plus strictes imposées pour stopper la propagation du coronavirus, Zoran Milanović a accusé les eurocrates de Bruxelles d’être derrière une telle politique, ajoutant qu’aucune restriction de ce type n’est en place dans les pays scandinaves.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

Le ministre slovène de la Justice survit au vote de défiance. Marjan Dikaučič reste ministre de la Justice de Slovénie après que 42 députés ont voté en faveur d’une motion de défiance déposée par cinq groupes de députés de l’opposition, soit quatre de moins que la majorité requise.

(Sebastijan R. Maček | sta.si)

PODGORICA 

Tous les deux jours, une femme est victime de violences domestiques au Monténégro. Tous les deux jours, une femme est victime de violences domestiques, selon le Centre des droits de la femme (CŽP). Au cours des dix premiers mois de cette année, 180 femmes se sont adressées au centre pour obtenir de l’aide en raison de violences domestiques. «  L’année dernière, 201 bénéficiaires se sont adressés au CŽP pour obtenir de l’aide, et 3 510 services ont été fournis. En octobre de cette année, on comptait 214 bénéficiaires, dont 180 pour cause de violence domestique  », a annoncé le CŽP.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)


AGENDA:

  • Roumanie : Maia Sandu, la présidente de la République de Moldavie, est en visite officielle en Roumanie. Des rencontres avec le président Klaus Iohannis et le premier ministre intérimaire Florin Citu sont prévues.
  • Croatie : Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Gordan Grlić Radman, se rendra en Suisse.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe